Dorohedoro T16 - Par Q. Hayashida (trad. Sylvain Chollet) - Soleil Manga

16 février 2015 0 commentaire
  • Des gyozas qui volent, un grand magasin qui débute ses soldes prometteurs et un espion invisible qui passe à l'action...: le programme du tome 16 de {Dorohedoro} s'avère chargé!

Certes, on vous a déjà détaillé tout le bien que nous pensions de ce splendide seinen qu’est Dorohedoro, mais le tome 16 est l’occasion d’en remettre une couche, d’autant que l’on s’approche du terme, en France comme au Japon. En effet, la série devrait compter 20 -peut-être 21- tomes, après une pause dans la publication du fait de l’arrêt du Monthly Ikki, magazine dans lequel le manga était prépublié.

Au programme de ce tome 16, plusieurs grands moments : côté révélation, nous avons la confirmation des origines de Caïman, pressenties depuis un moment et là officialisées grâce à l’utilisation du pouvoir de Nikaïdo. Celle-ci développe d’ailleurs de plus en plus sa nature de démon, ce qui donne lieu à une scène de cuisine jubilatoire dans laquelle elle revisite son classique des gyozas, marqueur du début, lointain désormais, de l’aventure. De la comédie, après les mystères.

Dorohedoro T16 - Par Q. Hayashida (trad. Sylvain Chollet) - Soleil Manga
Les affres de l’homme invisible affamé lorsqu’il découvre que la nourriture ingérée ne l’est pas, elle, invisible
Dorohedoro T16 © 2002 Hayashida-Q / Shogakukan

Du côté des mages, tandis que la En Family et les lieutenants du Boss des Yeux-en-croix errent en quête de solutions à leurs problèmes respectifs, Fujita nous livre son morceau de bravoure. Ce volume retrace son infiltration dans le repaire ennemi et tout ce qu’il accompli depuis son invisibilité. Les actions du transparent agent expliquent d’ailleurs, de manière amusante, certains mystères des précédents volumes.

La trouvaille de Q-Hayashida est assez admirable : la mangaka fait de son loser favori le pivot ignoré de plusieurs événements-clés de l’histoire et le conduit directement au cœur d’un moment critique impliquant le Boss des Yeux-en-croix. La conclusion de ce volume, d’une cruelle ironie, rappelle le ton à la fois décalé et impitoyable de Dorohedoro, ce véritable OVNI parmi les seinen d’action.

Heureusement, Fujita trouve la solution. Du moins la sienne.
Dorohedoro T16 © 2002 Hayashida-Q / Shogakukan

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Dorohedoro T16. Par Q. Hayashida. Traduction Sylvain Chollet. Soleil Manga, collection "seinen". Sortie le 03 décembre. 214 pages. 11,95 euros.

- Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

- Lire la présentation de Dorohedoro sur ActuaBD, ainsi que les chroniques du tome 14 et du tome 15.

  Un commentaire ?