Dufaux le conquérant

1er mai 2012 0 commentaire
  • Avec pas moins de deux nouveautés mêlant le fantastique à la légende, Jean Dufaux ne se laisse pas aller à la déprime ambiante de la crise. Au contraire, en bon stratège, il sait que, quand la mêlée est confuse, c'est le moment de foncer. Et il ne le fait pas seul : il a à ses côtés Mohamed Aouamri et Philippe Xavier, deux des meilleurs dessinateurs réalistes du moment.
Dufaux le conquérant
Conquistador T1 de Dufaux et Xavier
Ed. Glénat.

Jean Dufaux, c’est d’abord un style, un rythme, une voix. Une voix off qui ouvre le récit, une voix de conteur qui sait profiter de la pénombre et du jeu dansant des flammes pour mettre ses héros et ses lieux en valeur. Ils portent des noms aux résonances ancestrales : Walta, Halgerr, Valgar, Thorgerr, Astridr... ou encore Txlaka, Oczu, Tenochtitlan... Ce sont des rocs au milieu desquels s’insinue un récit capable de chanter comme un ruisseau ou de vrombir comme un torrent.

Car Dufaux impose son rythme, balade le lecteur d’un point de vue à l’autre, d’un lieu à l’autre, d’un personnage à l’autre, dans une fluidité sans heurt, avec une science consommée. Il suffit de comparer les deux albums qui sortent presque concomitamment en librairie : Conquistador, un diptyque dessiné par Philippe Xavier qu’il signe pour Glénat, s’articule sur les souvenirs d’un survivant mais dont le point de vue s’étend bien au-delà de celui du témoin. L’artifice fonctionne à merveille.

Conquistador T1 de Dufaux et Xavier
(c) Dufaux, Xavier & Ed. Glénat
Saga Valta de Dufaux & Aouamri
Le Lombard

Si dans cet album, nous sommes dans le Mexique de Cortès, dans Saga Valta, une nouvelle série dessinée par Mohamed Aouamri pour le Lombard, nous sommes dans la légende nordique. Le conteur ne se dissimule pas : "Maintenant, la Saga nous mène vers la côte sud de l’Île..."

Dufaux, c’est une langue emprunte d’un lyrisme désuet, qui nous emmène dans un registre fantastique dont la Belgique a quelque peu le secret : souvenons de Jean Ray, de Thomas Owen, de Michel de Ghelderode et même d’Henri Vernes. La méthode de travail du scénariste est souvent la même : il exige de son dessinateur de lui montrer ses pages au fur et à mesure. Il adapte alors son récit au vibrato du dessin qui s’offre à lui.

Ce dessin, parlons-en. Philippe Xavier, le dessinateur de Conquistador, a la "touche américaine", il va à l’essentiel. Son héros a la gueule carrée et ses femmes sont ravissantes. Nous ne sommes pas dans un réalisme vériste "à la belge", ce qui ne l’empêche pas de s’attarder avec talent sur les entrelacs d’un casque, sur le détail de la crosse d’un pistolet ou sur le dessin d’un bijou. Les couleurs de Jean-Jacques Chagnaud font le reste. Le lecteur est happé par son atmosphère.

Illustration de Mohamed Aouamri pour "Saga Valta"
(c) Dufaux, Aouamri, Le Lombard

Mohamed Aouamri s’inscrit dans la tradition des Giraud et des Rosinski. Mais le dessinateur de la nouvelle Quête de l’Oiseau du temps n’est pas dans la position d’un élève ou d’un suiveur : il est leur égal. Il faut regarder de près ces planches, en particulier dans leur version noir et blanc qui paraît en même temps que l’édition régulière au Lombard : le jeu des lumières, la vigueur du trait, cette clarté entre les avant-plans et les arrière-plans, la sûreté des angles de vue, la justesse des visages et des anatomies, nous sommes face à un des meilleurs dessinateurs réalistes du moment.

Avec un tel équipage, Dufaux peut voir venir. Il peut conquérir une bonne part des larges territoires de nos lectures.

Crayonné de Mohamed Aouamri pour "Saga Valta"
(C) Dufaux, Aoumari, Le Lombard.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Conquistador T1 chez Amazon ou à la FNAC

Commander Saga Valta T1 chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?