Dupuis, Le Lombard et Dargaud en bourse ?

26 juillet 2004 0 commentaire
  • Décidément, le rachat de Dupuis par Dargaud ne décroche plus de l'actualité. Aujourd'hui, c'est le quotidien économique belge « L'Echo » qui, sous la plume de Laurent Fabri, évoque la mise en bourse du pôle BD de Média-Participations. Un vrai scénario à la Largo Winch !

Il y a peu, on vous vendait des albums puis de produits dérivés avec vos héros favoris. Bientôt, vous allez pouvoir racheter des actions à leur effigie. Selon le journal belge L’Echo, l’acquisition de Dupuis par Média-Participations s’inscrirait « dans le contexte d’une introduction en Bourse. » Un « vent favorable » a rapporté au journaliste Laurent Fabri, signataire de cet article, des informations sur les intentions de l’actionnaire de Dargaud-Lombard. « Selon ce document interne, dit le journal, le groupe franco-belge Média-Participations a déboursé un montant net de 102 millions d’euros (EUR), suffisant pour damer le pion à une offre concurrente de 100 millions d’EUR, émanant sans doute de Flammarion. L’acquisition est financée à hauteur de 39 millions sur fonds propres et de 65 millions sur dette. Celle-ci sera remboursée en 7 ans sur la base des prévisions de cash-flow consolidé du nouveau groupe ». Le document explique comment financer l’acquisition : en introduisant le pôle BD de cet éditeur en bourse.

Pour rendre attractif cet appel aux épargnants, le groupe met ses petits plats dans les grands : selon L’Echo, le « business plan » figurant sur ce document envisage «  un management unique couvrant les trois pôles éditoriaux (Dupuis, Dargaud et Lombard) », une « centralisation du marketing à Paris (mais le respect des marques pour leur promotion) », une rationalisation des structures administratives, ainsi qu’une réorganisation de la distribution et, son corollaire, la fusion des équipes de ventes belges. Les économies attendues, toujours selon Laurent Fabri de L’Echo, seraient de l’ordre de 1.5 millions d’euros dès 2005, après frais de restructuration, pour atteindre en vitesse de croisière 3.8 millions d’euros en 2009. Des économies proviendraient notamment des « partages de ressources (administration, management, immobilier) » et plus particulièrement de la distribution, lorsque le contrat qui lie Dupuis avec Hachette aura expiré en 2009. « Compte tenu de ces économies, mentionne l’article, l’épure envisage la croissance du résultat net de Dupuis de 8% en 2005 à 11% en 2009 ».

Ces (bons) comptes devraient en effet rendre la valeur attractive. Elle concrétise une modernisation de l’économie de la BD dans nos contrées. Aux États-unis, des compagnies comme Marvel sont depuis longtemps cotées en bourse, non sans danger : cette dernière ayant financé son expansion dans les années 80 par des junk bonds avait dû se mettre sous la protection de l’article 11 de la loi américaine sur les faillites, avant de sortir de l’ornière à la faveur de ses récents succès cinématographiques.

On peut s’inquiéter de cette évolution : l’industrie de la BD ressemblerait de plus en plus à un album de Largo Winch, où c’est le financier le plus habile qui rafle la mise, l’œuvre des créateurs, dans laquelle parfois ils investissent une vie, pesant moins que « Le Prix de l’Argent » pour reprendre le titre du dernier opus du milliardaire en blue-jeans. On a vu avec l’affaire Bourgeon que le gap était possible.

On peut se dire aussi que Média-Participations saisit là une chance unique de hisser son groupe parmi les grands acteurs de la BD de demain. On a vu dans un de nos précédents articles (« La BD franco-belge dans le monde : Un nain parmi des géants ») que nos maisons d’éditions pesaient peu face aux Goliaths de l’édition mondiale. La bourse permettra à Média-Participations d’obtenir un effet de levier pour aider au financement d’un développement qui, s’il est ambitieux, mobilisera forcément du cash. La richesse du patrimoine des différents labels BD et jeunesse du groupe mérite cette ambition. Elle offre à nos auteurs de faire encore entendre leur voix dans le siècle à venir, pourvu que les patrons de la holding belge arrivent à leurs fins.

Dupuis, Le Lombard et Dargaud en bourse ?

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Illustrations : Largo Winch, « Le Prix de l’Argent » par Van Hamme et Francq © Dupuis.

  Un commentaire ?