Dupuis, de retour à Angoulême en 2006 ?

15 février 2005 0 commentaire
  • La question circulait depuis quelques mois dans les milieux autorisés : Dupuis, grand absent du Festival International de la BD d'Angoulême depuis 1987 envisagerait-il d'y revenir en 2006? Il semble que oui.

Signe avant coureur, l’éditeur de Marcinelle prenait, depuis quelques années, un espace au « Marché International des Droits et de l’Image » du Festival. Un endroit fermé, seulement accessible aux professionnels, qui permet d’acheter et de vendre les droits étrangers et dérivés des catalogues des différents éditeurs de la scène internationale (droits de publication, utilisation publicitaire, produits dérivés...). Différents cadres de la maison belge, du directeur de collection au directeur général, en ont profité, cette année, pour faire le voyage et y rencontrer des auteurs.

Dupuis, réconcilié avec Angoulême ?

Depuis juin dernier, Dupuis appartient au groupe Media Participations, également propriétaire de Dargaud et du Lombard, labels généralement présents lors de la manifestation angoumoisine. Cette acquisition a provoqué d’importants changements à la direction de la maison belge. Autres temps, autres moeurs : Dimitri Kennes, le nouveau directeur général, semble vouloir modifier l’image de l’éditeur de Marcinelle, la rendre plus ouverte à l’extérieur. Fait nouveau : Dupuis n’hésite plus, par exemple, à communiquer son programme éditorial pour la nouvelle année, ce qui n’était pas le cas par le passé.

Dans le droit fil de cette évolution, l’éditeur semble s’intéresser à nouveau au premier Festival de BD européen. Rencontré au détour d’une rue angoumoisine, Dimitri Kennes nous a confié qu’une réunion à ce sujet avait été planifiée avec Jean-Marc Thévenet (Directeur du FIBD), au cours du Festival. Dans le cadre du "Réseau des Villes BD", le Maire d’Angoulême Philippe Mottet avait, de son côté, demandé au Bourgmestre de Charleroi, Jacques Van Gompel, de plaider en faveur d’un retour de l’éditeur belge en Charente.
Patrick Pinchart, le nouveau rédacteur en chef du magazine Spirou, confirme cette nouvelle disposition dans l’édition du Soir (Hainaut) du week-end dernier, mais avec un bémol : « Les éditions Dupuis sont en négociation avec les organisateurs pour envisager un retour de Dupuis, absent de la manifestation depuis 1987. Mais nous avons besoin de certaines garanties. La décision n’est donc pas encore prise. »

Un déficit hôtelier durant la période du Festival

Il semblerait que ces "garanties" portent sur la possibilité de loger ses auteurs et ses collaborateurs intra-muros durant les quatre jours de la manifestation. En effet, le parc hôtelier de la ville d’Angoulême est amplement satisfaisant en temps normal mais, hélas, largement insuffisant en période de Festival ! De plus, certains éditeurs réservent un an à l’avance, voire d’année en année, leur présence dans les hôtels.

Jean-Marc Thévenet, le directeur du FIBD, confiait récemment qu’il négociait une réouverture, pour quatre jours, des hôtels du site du Futuroscope, afin de soulager le parc hôtelier angoumoisin. Il faudra bien cela pour affronter le défi que constitue le retour, presque 20 ans après son départ, du premier label de la BD francophone.

(par Nicolas Anspach)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire l’interview de Patrick Pinchart

En médaillon : Spirou (c) Munuera / Morvan & Dupuis.

  Un commentaire ?