Dusk Maiden of Amnesia T1 - Par Maybe (trad. Thibaud Desbief) - Kana

2 juin 2014 0 commentaire
  • Une école et ses secrets, un jeune élève féru de mystères, un fantôme sexy et amnésique, voilà les éléments de base de ce nouveau manga de la collection "Dark Kana". Une atmosphère sympathique entachée par une impression de déjà-vu.

Teiichi Niiya intègre l’école privée Seikyô. Cet établissement a la particularité d’offrir un vaste campus enchevêtrant des bâtiments de tout type, d’architecture et d’époques diverses, et notamment une partie très ancienne, datant de l’origine de l’école, aujourd’hui désaffectée.

Après s’être perdu dans ce dédale, Teiichi échoue dans un lieu délabré où il fait la connaissance de Yûko Kanoe qui lui révèle être un fantôme hantant l’école depuis sa fondation. Mais elle a tout oublié des circonstances de sa mort et sa présence dans ces lieux se trouve à l’origine de nombre de légendes qui animent l’établissement.

Séduit par la jeune fille, Teiichi décide de lui venir en aide et se jure de découvrir les dessous du mystère qui plane sur sa disparition. Pour cela, il ouvre un club d’enquête sur les phénomènes paranormaux au sein de l’école dans l’espoir de récolter des informations susceptibles de l’éclairer dans sa quête.

Si de dessous il sera bien, très souvent, question dans Dusk Maiden of Amnesia, c’est davantage du dévoilement des culottes et décolletés qu’il s’agit. Les premier chapitres inscrivent la romance en devenir dans un léger fan-service plutôt amusant qui pourtant, reconnaissons-le, s’estompe au fil du volume.

Dusk Maiden of Amnesia T1 - Par Maybe (trad. Thibaud Desbief) - Kana
Yûko, paradoxe d’un fantôme charnel et sensuel
Dusk Maiden of Amnesia T1 © MAYBE / SQUARE ENIX CO., LTD.

Car si Taiichi est le seul, pour l’heure, à discerner Yûko, sa perception du joli fantôme n’est pas que visuelle : il peut non seulement la voir, mais aussi ressentir le contact avec la demoiselle, ce qui le conduit à lorgner mais aussi, accidentellement comme il se doit, tâter la poitrine de cette dernière...

Néanmoins, la mise en place des enquêtes permet d’orienter le récit vers une autre voie : on y retrouve les possibilités offertes en termes d’intrigue par la figure du club (histoires courtes, mystères à élucider, introduction de personnages divers...), ici envisagée dans une optique fantastique.

Les deux premiers cas abordés dans ce volume montrent le potentiel de la série, plutôt intéressant, mettant en scène des résolutions qui font la part belle à la psychologie. Malin, dans une série sur le paranormal...

Seikyô, un établissement aux légendes effrayantes
Dusk Maiden of Amnesia T1 © MAYBE / SQUARE ENIX CO., LTD.

Ainsi, Dusk Maiden of Amnesia offre au lecteur une atmosphère globalement alléchante et un couple de héros pas franchement original mais immédiatement sympathique, doté d’une dynamique de duo efficace. Mécanique éprouvée et bien huilée que les mangakas réunis dans le pseudonyme de Maybe maîtrisent visiblement.

Toutefois, ce côté appliqué, pour ne pas dire standardisé, aussi bien au niveau du récit que du graphisme, produit l’impression d’avoir ici affaire à une recette faite pour plaire et ratisser large : des histoires de fantôme pour frissonner, de la romance pour rêver, du slice of life pour rire et détendre, des bouts de sein pour exciter.

Du coup, et même si un certain charme opère grâce en particulier au personnage de Yûko, s’impose le sentiment qu’il manque pour le moment encore quelque chose susceptible de façonner une identité singulière à ce manga. À force de paraître si calibré Dusk Maiden of Amnesia court le risque de ne pas surprendre son lecteur, ce qui pour une histoire de fantôme est quelque peu dommage.

Il y a de quoi enquêter, en matière de phénomènes inexpliqués, à Seikyô
Dusk Maiden of Amnesia T1 © MAYBE / SQUARE ENIX CO., LTD.

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Dusk Maiden of Amnesia T1. Par Maybe. Traduction Thibaud Desbief. Kana, collection "Dark Kana". Sortie le 04 juillet 2014. 178 pages. 7,45 euros.

- Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?