Dylan Dog : Berceuse macabre

6 février 2020 4 commentaires
  • Dylan Dog est né en 1986, en Italie. Détective privé ne s’occupant que des affaires dont personne d’autre ne veut, surtout quand elles touchent de près au surnaturel, ce personnage a pris vie sous bien des signatures différentes. Celle de Corrado Roi, par exemple. Un dessinateur extraordinaire!

Et donc, voici un album qui nous montre ce détective se lancer dans une nouvelle enquête. Cet homme au visage juvénile, au regard perçant, et à l’allure trop tranquille aide une jeune psychologue plus qu’avenante à comprendre un drame qui assombrit les rues de Londres. Ce sont des dizaines d’enfants qui disparaissent laissant leurs familles désemparées et de plus en plus en colère contre les pouvoirs publics qui ne résolvent rien, et sui refusent d’envisager ce qu’il peut y avoir derrière le miroir des apparences…

Dylan Dog : Berceuse macabre

Il est difficile de dire combien d’aventures a vécu ce détective hors normes. Énormément, plus de 350 en tout cas, dans les « fumetti » très populaires en Italie. Et très peu de ces aventures ont été traduites en français, chez Glénat entre autres.

On peut dire de Dylan Dog, sans se tromper, qu’il fait partie des grandes séries bd à succès d’Italie. Dylan Dog est populaire, plaît à un large public. Pourtant, ce héros est très différent, thématiquement, littérairement aussi et surtout, de la production habituelle de ces « petits livres ».

Thématiquement, oui, parce que le surnaturel, le fantastique, ce sont habituellement des outils narratifs qui mettent plus en évidence des personnages très typés, très manichéens aussi, très référentiels enfin. Pour des aventures à lire le plus souvent au premier degré. Avec Dylan Dog, il en va tout autrement. Et au-delà de l’action, c’est l’ambiance qui prime, tant dans les scénarios que dans les dessins.

Avec cette « Berceuse Macabre », c’est bien le cas ! C’est un album littéraire, sans aucun doute. Un livre extrêmement écrit, avec une voix off omniprésente, qui ne raconte rien mais qui semble psalmodier une espèce de comptine, poétique et hermétique en même temps. Une comptine qui rythme les peurs et les angoisses des adultes, et les haines des enfants.

Et puis, en contrefort de cette intrigue centrale, il y a le personnage de Markus, joueur d’échec et montreur de marionnettes à la retraite. Un être étrange, à la philosophie confuse, qui, petit à petit, va occuper une place essentielle dans l’intrigue.

Quant au dessin, il est somptueux, avec des références graphiques qui louchent vers des dessinateurs aussi essentiels que Battaglia, avec des traitements des ombres et des lumières qui rappellent les meilleurs des comics, ceux de Corben, par exemple.

Pour découvrir ce livre, abandonnez tout sens de la raison. Retrouvez le plaisir, ensuite, des phrases qui poétisent le propos. Eprouvez, enfin, le vertige imposé par un récit qui, volontairement, laisse d’immenses plages de vide. Le lecteur, en effet, est pratiquement partie prenante dans la construction du récit…
C’est donc un livre étrange, pas vraiment facile d’accès.

Mais c’est un livre superbe, chantant, obsédant, oppressant, avec un dessin exceptionnel. Roi est extraordinaire : le noir et le blanc deviennent des éléments moteurs de son récit, ils soulignent, telles des couleurs invisibles, un conte pour enfants qui n’est qu’un conte d’horreur, comme tous les contes, d’ailleurs…

(par Jacques Schraûwen)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Dylan Dog : Berceuse macabre - par Corrado Roi et Barbara Baraldi - Mosquito - 100 pages - Sortie 2019

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Dylan Dog : Berceuse macabre
    6 février 10:47, par Philippe Wurm

    Très bel hymne au talent de Corrado Roi ! Il fait partie d’ une génération d’auteurs italiens qui produisent des petits chefs-d’œuvre pour des fascicules de "kiosque de gare". Ils sont cependant très appréciés et respectés par les lecteurs, y compris jusque chez l’élite intellectuelle du pays ! Il y a encore beaucoup de découvertes à faire dans ce pays si artistique. Bravo aux éditions Mosquito d’aider à les faire connaître auprès du public français.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jacques Schraûwen le 6 février à  15:51 :

      merci pour votre réaction... Cela fait toujours plaisir de voir qu’on est lu, et bien lu...

      Répondre à ce message

  • Dylan Dog : Berceuse macabre
    6 février 14:06, par Edouard Nacheton

    Mais c’est qui, ce Jacques Schraûwen ? En quoi il est pertinent ? Qu’est-ce qu’il sait faire, à part chroniquer des albums sortis l’année dernière, faire des signes de croix quand il voit un manga ou un album de l’Association, et foutre des accents circonflexes n’importe où dans son blase ? Il a des photos compromettantes de qui pour se retrouver bombardé chroniqueur sur ActuaBD ? Pasamonik ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jacques Schraûwen le 7 février à  08:44 :

      Je ne sais pas qui vous êtes... Et, incontestablement, puisque vous ne me connaissez pas non plus, vous n’avez jamais vraiment suivi l’univers de la bande dessinée... La pertinence de mes propos est celle d’un amateur de bd... Et je chronique ben autre chose que des livres des années passées, tout en pensant qu’un album de bd peut avoir une plus longue vie que celle quel’on voit sur les étalages des grands magasins ! Que vous ne m’aimiez pas m’importe peu... Que vous sous-entendiez, par contre, de la part de "Pasamonik" un quelconque passe-droit, me semble d’une impertinence évidente. Voilà... Avec mes sentiments les plus choisis, comme le disait Leo Malet... Ah oui, j’oubliais, mon accent circonflexe fait totalement partie de mon "blase" officiel... Et, aussi, j’ai été chroniqueur à la rtbf pendant pas mal d’années, également...

      Répondre à ce message