Newsletter ActuaBD

Dynamite lance "Seikô", une nouvelle collection de manga érotique (hentai)

  • L'un des deux grands éditeurs de bande dessinée érotique franco-belge passe un cap en éditant une nouvelle série de mangas au caractère explicite et non-censuré. Avec son éditeur, analysons cette nouvelle offre sur le marché.

Avec Tabou, Dynamite - La Musardine apparaît comme l’un des deux grands acteurs dans le domaine érotique sur le marché francophone. Globalement, la majorité de leur production était actuellement concentrée sur l’édition de nouveaux titres d’origine européenne, la réédition d’anciennes séries des années 1980 et 1990, ainsi que des compilations de comics coquins (notamment dans la collection Petit Pétard).

L’éditeur ajoute donc une corde à son arc en ce mois de janvier en lançant une nouvelle collection focalisée uniquement sur ce qu’on appelle communément en France le "hentai", à savoir des mangas à caractère pornographique.

Dynamite lance "Seikô", une nouvelle collection de manga érotique (hentai)
Nicolas Cartelet
Photo : DR.

Dynamite n’était pas complètement novice dans le domaine en éditant entre autres en 2015 la compilation des Miss 130 par Tomo Chiyoji. Mais ce nouveau développement éditorial a tout de même nécessité une réelle implication, comme nous le confirme Nicolas Cartelet, l’éditeur de Dynamite : « Cela faisait quelques années que nous cherchions à lancer une collection de hentai chez Dynamite, et ça a pris du temps car nous partions de zéro : il a fallu prendre contact avec les éditeurs japonais, négocier les droits, mais également trouver des traducteurs, nous familiariser avec la mise en pages du format manga, etc. »

Et de continuer : « Nous sortions de notre zone de confort avec ce projet, mais cela l’a rendu plus exaltant encore. Il y a peu d’éditeurs de hentai pur et dur en France, mais il y en a (je pense notamment à Taifu et à Hot Manga, qui ont un large catalogue et un rythme de publication soutenu). Le genre est de toute façon méconnu du grand public, les couvertures très hard et le contenu très explicite rendent ces livres difficiles à montrer en librairie, mais il existe un réseau de lecteurs extrêmement connaisseurs et réactifs, qui n’a d’ailleurs pas tardé à relayer la création de notre label Seikô. Tout l’enjeu à présent est de nous faire une place dans le monde du manga, dont nous étions très éloignés jusqu’ici. »

"Peachy-Butt Girls" par Bosshi

Du hentaï non censuré

"Le Rêve de la femme du pêcheur" par Hokusai reste l’un des meilleurs exemples de tentacule érotique.

La majorité du hentai connu par le grand public était jusque-là généralement censuré, ou utilisait des tentacules car la représentation des sexes masculins était entre autres interdite au Japon. La nouvelle collection de Dynamite présente des mangas dégagés de toute censure, au contenu donc volontairement explicite.

« Il existe une loi au Japon qui interdit la publication de hentai non censuré, les éditeurs et les lecteurs n’ont pas le choix là-bas, nous expliquent Nicolas Cartelet. En revanche, les éditeurs sont habitués à vendre leurs droits « non censurés » à l’étranger, et je crois même qu’ils y trouvent une certaine fierté : nous acceptons en quelque sorte de dévoiler tout l’art des mangakas érotiques, sans restriction. Les dessinateurs livrent leurs planches complètes, que les éditeurs censurent ensuite avec des bandes noires – lorsque nous recevons les planches, nous supprimons ces bandes pour le public français. »

"Peachy-Butt Girls" par Bosshi
DR.

« Prendre contact avec les éditeurs japonais n’a pas été facile, continue l’éditeur. Créer du lien et de gagner la confiance de nos interlocuteurs a pris beaucoup de temps, d’autant que nos contacts (Wanimagazine en tête) sont de gigantesques structures éditoriales (comparées à nous), à la machine juridique imposante. C’est toujours plus long de discuter avec un mastodonte qu’avec un petit éditeur. Mais en fin de compte tout s’est fait en bonne intelligence, nous sommes ravis de ces nouveaux partenariats. »

« Une anecdote amusante, mais assez révélatrice de la défiance à laquelle j’ai parfois dû me confronter : au début de notre projet, il y a de ça deux ou trois ans, je contacte un éditeur japonais via son site Internet, avec un court message de présentation en anglais. Pas de réponse, je le relance après deux semaines. On me répond finalement, en anglais également, ces quelques mots et rien d’autre : " recontactez-nous lorsque vous parlerez japonais". »

"Peachy-Butt Girls" par Bosshi
DR.

Un grand format au prix unique de 13,90 €

Cette nouvelle collection s’intitule donc Seikô : « C’est un terme assez vaste qui recouvre de nombreux concepts, mais dans le domaine de la sexualité il peut être traduit par "succès amoureux", ou même faire office de synonyme à "relation sexuelle" », nous explique l’éditeur.

Elle propose des mangas en noir et blanc avec des cahiers couleurs, entre 200 et 300 pages, dans le sens de lecture japonais, au prix unique de 13,90 €, et issus des éditeurs japonais suivants : Wanimagazine, Kuroe, Hit Shuppan, Leed, etc.

"Secret Fantasies" - Par Yahiro Pochi
DR.

« Il y aura essentiellement des one shots chez Seikô, nous détaille l’éditeuri, Avec des compilations d’histoires courtes sur le modèle de Peachy-Butt Girls et Secret Fantasies, nos deux premières parutions. Mais pas seulement ! Nous sommes en passe d’acquérir les droits de quelques séries courtes, en deux ou trois volumes, qui rejoindront le catalogue d’ici l’an prochain. Nous allons également publier du manga gay, avec une série gay pour commencer – peut-être dans une maquette de couverture et avec un label différents, pour ne pas embrouiller les lecteurs, nous y réfléchissons encore. »

Au prix de 13,90 €, le format est également plus imposant que les mangas classique. « Il s’agit du format traditionnel du tankoubon japonais, nous explique Nicolas Cartelet, 15 x 21 cm avec jaquette – c’est dans ce format exact que ces compilations sont éditées au Japon, nous voulions respecter ça. Il existe du manga très grand public, beaucoup plus commercial, publié au format poche au Japon comme en France – c’est le cas des grandes séries de manga que chacun connaît, One Piece, Naruto, etc., Et c’est le format que j’ai découvert au rayon BD de la Fnac lorsque j’avais 10 ans, comme des millions d’autres adolescents. Pour les amateurs de hentai cependant, le "grand format" de nos mangas Seikô ne sera pas une surprise, ils le connaissent déjà. »

"Secret Fantasies" - Par Yahiro Pochi
DR.

Deux sorties simultanées pour lancer la collection

Dynamite inaugure cette nouvelle collection avec deux premiers titres parus ce 14 janvier : Secret Fantasies et Peachy-Butt Girls. On y retrouve dans les deux cas des jeunes femmes bien dans leurs corps, dans une série de saynètes aussi légères que délurées. On ne peut d’ailleurs pas vraiment parler de fil narratif entre les différents chapitres, même si l’on retrouve les mêmes héroïnes qui mènent le bal.

« Ces compilations existent telles quelles au Japon, nous commentent l’éditeur. Elles ont été réalisées par les éditions Wanimagazine, qui publient les histoires courtes d’auteurs japonais dans leurs revues puis réalisent des compilations (appelées « tankoubons ») d’environ 200 pages. Nous avons acheté les droits français de ces deux livres. C’est surtout le style graphique des auteurs et la légèreté du propos qui m’ont attiré en premier lieu, lorsque j’ai parcouru le catalogue pléthorique (quasiment 600 tankoubons !) de Wanimagazine. Cela me semblait parfait pour un lancement de collection : c’est léger, très érotique, un peu déjanté. Tout ce qui fait le sel du hentai. »

Pour les lecteurs qui ne connaîtraient pas le manga ou le hentai, ces deux titres très légers sont la parfaite introduction au genre, notamment Peachy-Butt Girls dont les 40 pages couleurs marquent un réel investissement de la part de l’éditeur. L’objectif de Dynamite reste d’attirer de nouveaux lecteurs, mais l’éditeur cherche certainement à convaincre son lectorat fidèle de graphisme franco-belge à adhérer à cette nouvelle collection, de quoi prendre un tournant en douceur.

"Secret Fantasies" - Par Yahiro Pochi
DR.

Neuf titres pour 2021

À ces deux premiers titres suivra déjà un troisième opus ce 11 février. Intitulé Naugty Girls, huit jeunes femmes bien sous tous rapports démontrent leur habilité lorsqu’ils s’agit de réaliser leur fantasmes. Tout un programme !

Après ce lancement via ces trois titres en moins d’un mois, Dynamite adoptera le rythme de publication un peu plus mesuré, à raison de deux volumes par trimestre, qui resteront globalement dans l’univers plutôt bubble-gum de Secret Fantasies et Peachy-Butt Girls.

A paraître le 11 février

« En quelque sorte, ces deux parutions donnent le ton de la collection conclut Nicolas Cartelet, Avec une majorité de hentai qui tournent autour des amours estudiantines. La majorité des titres s’inscrira dans la lignée de Peachy-Butt Girls et Secret Fantasies, mais nous aurons aussi du manga plus soft et sensuel et, j’y tiens, un peu de manga gay, genre très méconnu en France. Comme je l’ai dit plus haut, nous irons plus loin chez Seikô avec des choses moins classiques, nous ne tenons pas à nous enfermer dans une seule case. »

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay.

Un autre titre à venir dans la collection Seikô.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Réservés à un public averti.

Au sein de la collection Seikô, commander :
- Peachy-Butt Girls par Bosshi sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- Secret Fantasies par Yahiro Pochi sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- Naugty Girls par Mikarin sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

 
Newsletter ActuaBD