Ellis Group, T3 : Sandmen - Par Latour & Griffo - le Lombard

14 avril 2009 0
  • Concluant le premier cycle sur une explosion d'effets spéciaux, ce troisième tome répond à bien des questions. Action et Aventure Atypique, de la bande dessinée avec un grand A, comme "À ne pas rater" !

Deux marchands de sable, deux frères, deux faces d’une même médaille qui s’attirent pour mieux répandre le chaos. L’un matérialise les rêves et l’autre, les cauchemars. Au sein d’une prison spéciale, un commando dirigé par le premier vient de faire évader le second…

Les agents du groupe Ellis sont maintenant le dernier rempart entre New York City et le chaos onirique ! Deep O’Neil est peut-être le seul capable de les retrouver… Mais, Deep n’est que le rêve de son père. Et quoi de mieux qu’un rêve pour combattre un tel cauchemar… ?

Ellis Group, T3 : Sandmen - Par Latour & Griffo - le Lombard
La page de résumé, un procédé bien utile pour entrer de plein pied dans l’aventure !

Lorsque Le Lombard crée Portail pour prendre pied dans le domaine du fantastique, ils ont eu le nez creux de tomber sur Sébastien Latour. Malgré l’échec de la maquette de collection, les deux séries du jeune scénariste, Ellis Group et Whisher, tiennent toutes leurs promesses. En plein courant de l’Urban Fantasy, ses histoires mêlent habilement notre quotidien et le fantastique dans des récits haletants.

L’aspect innovant d’Ellis Group saute aux yeux du lecteur dès les premières pages : le héros n’est qu’un rêve, créé par son père comateux. En s’appuyant sur des références bien connues, de l’intégration des rêves dans le réel en passant par Men in Black et Ghostbusters, Sébastien Latour construit son récit sans temps mort, tel un labyrinthe emprisonnant peu à peu le lecteur dans l’onirisme de cette réalité fuyante.

Grâce à ce troisième tome, la conclusion de ce premier cycle apporte son lot de révélations : l’intégrité du réel Deep, la psychologie de son coéquipier, la raison de la survie du père de Deep, et surtout l’utilisation cohérente des rêves dans un conflit.

Bien entendu, l’expérience et le savoir-faire de Griffo jouent un rôle déterminant dans la réussite de la série : ses effets spéciaux ajoutés à son dessin réaliste donnent une réelle profondeur à l’ensemble, accentuant l’authenticité du récit et la réalité des rêves qui interviennent dans le monde réel.

Sandmen est donc l’épilogue d’un triptyque aussi innovant qu’haletant. Bien entendu, Ellis Group n’est pas de l’aventure à la petite semaine, et pourra déstabiliser un lecteur novice du genre, mais le fan de fantastique ne s’y trompera, et dévorera ce premier cycle.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?