"En Corée", le retour sur soi et les siens de Yoon-sun Park

27 avril 2017 0 commentaire
  • Les éditions Misma publient un recueil de trois bandes dessinées de Yoon-sun Park, auparavant auto-éditées. Très personnelles, ces histoires redonnent vie à des souvenirs de la dessinatrice, proches ou lointains, en France ou en Corée. Construites autour du deuil, elles révèlent une personnalité attachante et une histoire familiale complexe.

Yoon-sun Park est née en Corée du Sud, mais elle vit et travaille aujourd’hui en France. Attirée depuis toute petite par le dessin, son parcours n’était pourtant pas tout tracé de Séoul à Angoulême. Après avoir étudié avec plus ou moins de conviction le design - plutôt moins d’ailleurs - et travaillé comme illustratrice, une opportunité lui a permis de venir en résidence à la Maison des Auteurs de la ville du Festival international de la bande dessinée. Publié d’abord par Sarbacane, puis par Misma, la dessinatrice s’est finalement installée en Charente, non sans hésitation.

Le recueil En Corée nous permet de reconstituer ce parcours, même si l’objectif de départ n’est pas de faire le récit circonstancié des premiers pas de l’artiste. Les histoires et anecdotes compilées ici répondent plutôt à une nécessité : faire face aux souvenirs, qui refont surface malgré l’éloignement dans le temps et dans l’espace, et qui charrient leur lot de malaises voire d’angoisses. Ainsi l’ouvrage débute par un décès, qui provoque le réveil d’autres deuils, jamais totalement achevés.

"En Corée", le retour sur soi et les siens de Yoon-sun Park
En Corée © Yoon-sun Park / Misma 2017

Composé de trois parties d’inégales longueurs, "En Corée", "Encore en Corée (suite pour rigoler)" et "En France", ce recueil rassemble des pages qui avaient été auparavant auto-éditées, pour l’essentiel entre l’été 2014 et janvier 2015. Elles trouvent là une joli écrin, la couverture et la jaquette faisant de ce livre un bel objet. L’ouvrage se distingue aussi par la sincérité du propos, dominé par une certaine mélancolie malgré un regard sans concession, en particulier sur la famille.

Yoon-sun Park, dans un style fait de lavis gris très lisible, simple et personnel à la fois, revient sur son enfance, son adolescence et sa vie de jeune adulte, d’abord en Corée, puis en France. La disparition de son père, ses relations chaotiques avec sa mère ou encore ses choix professionnels nous sont racontés sans fard. L’auteure n’épargne ni la société coréenne, ni sa propre famille.

Sans pathos, sans grande déclaration, Yoon-sun Park transcrit ses sentiments et ses réflexions, révélant une sensibilité touchante mais aussi une réelle force de caractère. Elle met aussi en avant quelques traditions coréennes, certaines surprenantes pour un lecteur occidental, d’autres étrangement proches.

Même si quelques pages intrigueront moins les lecteurs peu sensibles à la compagnie des chats, l’ensemble se lit avec intérêt voire émotion, chacun pouvant se retrouver, à un moment ou à un autre, dans les récits de la dessinatrice.

Voir en ligne : Le site de l’auteure

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

16,3 x 21,5 cm - 212 pages en noir & blanc - couverture cartonnée avec jaquette façonnée - parution le 21 mars 2017 - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Feuilleter un extrait du livre.

Consulter le blog de l’auteure.

A lire aussi sur ActuaBD : Sous l’eau, l’obscurité – Par Yoon-sun Park – Sarbacane

  Un commentaire ?