En Falsh T. 1 : On est là - Par Oz & Sanchez - Delcourt

8 mai 2020 0 commentaire
  • Le milieu du trafic de drogue dans une banlieue difficile raconté avec une précision chirurgicale. Début d'un récit en cinq tomes ambitieux, au démarrage oppressant.

Bonnets, survêtements amples, allure sportive : ces jeunes semblent coller au stéréotype d’une certaine banlieue coincée dans sa délinquance routinière. Mais parmi eux, les ambitions diffèrent : Modi garde un pied à l’université, et il cherche à prendre du galon dans le trafic de drogue. Autour de lui, chômeurs, seconds couteaux et apprentis artistes cherchent leur place. Dans ce milieu, le moindre incident peut mettre le feu aux poudres, et la tension monte quand Bendiougou, le frère de Modi, veut lui donner une leçon, donnant ses ordres depuis la prison...

Ambitieuse série, qui débute avec une intrigue centrée sur l’organisation du trafic de cannabis. Patrick Wong, alias Oz, signe un scénario inspiré de sa propre jeunesse en banlieue, à Sevran, en Seine-Saint-Denis, et dans lequel il cherche à mettre en avant ses connaissances en sciences sociales. Quatre tomes suivront, axés respectivement sur le quotidien des habitants, la justice, l’hôpital et enfin l’école, au sens large.

En Falsh T. 1 : On est là - Par Oz & Sanchez - Delcourt

D’une grande précision dans les faits, avec une description quasi documentaire de l’organisation du deal (impressionnant passage en revue des "emplois" hiérarchisés comme une armée), le récit prend le parti d’une esthétique manga et d’un langage réaliste.

Lorsqu’on passe d’un échange entre adversaires politiques à une dispute dans une cage d’escalier, on change de lexique. Certes, c’est réaliste, mais clivant. Que l’on comprenne facilement ou pas, le jargon des cités (avec force mots inversés, néologismes et paroles codées), on peut se demander si l’album ne se limite pas à un public ado.

Malgré un évident travail d’équilibriste pour faire exister d’autres protagonistes que les jeunes au centre de l’intrigue, ce premier opus soufre d’une longueur excessive et de scènes répétitives. On comprend assez vite le petit monde de cette cité...

Il faut reconnaître à En Falsh une construction soignée et un dessin percutant, notamment dans le rendu de la grisaille des immeubles. Mais on attend plus de nuance dans la suite, les personnages ne parvenant pas vraiment à sortir des clichés.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?