En route pour Paradise

7 octobre 2005 0 commentaire
  • Le jeu vidéo et la bande dessinée: deux passions pour un seul homme.
    Benoît Sokal a bien compris que les deux médias pouvaient être complémentaires. Il le prouve encore aujourd'hui avec la sortie de l'album "la saison des orages", l'adaptation BD de son prochain jeu "Lost paradise", qui paraîtra au printemps 2006.

Fort du succès de ses derniers jeux vidéo (tirage Syberia II : 600.000 exemplaires), Benoît Sokal et sa société White Birds Productions ont initiés un nouveau projet : Lost Paradise. Ce jeu d’aventure plonge le joueur au cœur d’une Afrique à la fois éternelle et terriblement contemporaine. Mais l’auteur n’abandonne pas pour autant son premier amour, la bande dessinée. Bien au contraire : il considère qu’une même histoire peut se développer sur les deux médias, sans pour autant être redondante. Sokal a donc confié à Brice Bingono la destinée graphique de la déclinaison de Lost Paradise en bande dessinée. Ce jeune dessinateur a eu une formation de storyboarder et d’animateur à l’EMCA (Ecole des Métiers du Cinéma d’Animation) à Angoulême. En 2004, il démarche White Birds Productions et se fait remarquer par l’auteur de Canardo.

En route pour Paradise
Brice Bingono

"Benoît m’a proposé assez rapidement de faire un essai pour la BD alors qu’au départ, je pensais réaliser des recherches sur le jeu vidéo" nous confie Brice Bingono. "Ça m’a tout de suite intéressé vu que je venais de passer deux ans sur un projet BD qui n’a hélas pas pu aboutir."

Le dessin doit rester cohérent avec le graphisme du jeu. Ce qui est une aide mais aussi une contrainte pour le dessinateur.

"Pas question de faire du hors sujet ! Il faut respecter l’univers déjà existant. Au début, j’ai été beaucoup suivi par Benoît. Il m’envoyait le prédécoupage des planches par internet et m’expliquait ce qu’il imaginait. Puis, petit à petit, j’ai eu plus de liberté. Je peux maintenant organiser la planche comme je le sens pour que cela corresponde bien à ma manière de concevoir la bande dessinée. Mais il faut aussi que je respecte les souhaits de Benoît..."

La série, prévue en 4 tomes, se veut être complémentaire au jeu. Elle permet aux auteurs d’explorer des voies différentes de celles utilisées dans le jeu vidéo. L’univers virtuel enrichit l’univers papier et vice-versa.

crayonné de "Paradise"

"Ce sont des publics différents." pense Brice Bingono. "La bande dessinée cible plus large, elle est plus à portée de tous, à la différence du jeu vidéo. D’ailleurs la BD n’est pas une simple copie du jeu vidéo. Chaque média doit pouvoir exister indépendamment l’un de l’autre. Il faut que le "lecteur" rentre dans l’histoire même s’il n’est pas "joueur"."

Paradise inaugure la collection White Birds chez Casterman. Louis Delas, directeur général, a présenté lors d’une conférence de presse ce nouveau label sous lequel seront edités des thématiques ou des univers issus du jeu vidéo ou du multimédia, ou entretenant d’étroites correspondances avec ces mondes virtuels.
La maison d’édition croit tellement en ces créations multi-supports qu’elle est devenue actionnaire de White Birds Productions en mars dernier. Ce partenariat est à la fois éditorial (via la nouvelle collection BD) mais aussi technique, puisque White Birds devient un pôle d’expertise et de développement multimédia pour Casterman. De nombreuses collaborations sont en développement (comme par exemple Aquarica, projet de B. Sokal et F. Schuiten) ou déjà en production (White Birds décline en jeu vidéo la série à succès "Martine" dont le premier titre paraîtra dès Noël 2005).

Le "master" du jeu Lost Paradise sera finalisé mi-décembre pour que la sortie marketing puisse se faire en février ou mars 2006. Disponible en 5 langues, il devraît séduire les joueurs d’Amerzone, de Syberia I et Syberia II.

Benoît Sokal

"L’originalité de Benoît Sokal est d’introduire du sens, des idées et des émotions un peu plus complexes que celles en vogue sur les PC et les consoles. Mieux : il aborde le jeu vidéo en tant qu’artiste." écrivait, dans nos pages, Didier Pasamonik.

Pour faire la promotion de Paradise, Micro Application et White Birds semblent avoir décidé d’une démarche marketing assez peu conventionnelle. Ainsi, il est possible de trouver sur le web le site officiel de la Mauranie, pays dans lequel se déroule le jeu. Nous ne résistons pas au plaisir de publier le communiqué de presse "officiel" diffusé par un membre de l’Ambassade mauranienne, plus précisément par l’attaché culturel. Attention, le jeu démarre...

" De l’attaché culturel de l’ambassade de Mauranie.

À l’heure où des événements terribles secouent notre beau pays, l’Office Mauranien de Défense de l’Image Nationale vient de nous avertir de l’existence d’un jeu vidéo dont l’histoire se déroule en Mauranie. "Paradise", puisque c’est son titre, est l’oeuvre d’un auteur qui n’a pas reçu l’aval de notre gouvernement pour réaliser ce jeu, M. Sokal. La sortie de ce titre étant prévue pour le début de l’année prochaine, il nous est impossible de juger de la façon dont cet auteur présente notre nation.

C’est pourquoi nous avons décidé de communiquer aux personnes susceptibles de jouer à Paradise l’adresse du site officiel de notre pays. Sur www.mauranie-gov.com, vous trouverez les seules informations exactes sur la vie politique, économique et sociale de la Mauranie existantes. Préparez votre voyage chez nous en consultant nos informations touristiques !

Et dans le cadre de la politique d’ouverture voulue par Sa Majesté, vous pourrez même envoyer directement un courrier électronique au Roi Rodon en personne, preuve de la grande liberté d’expression dont jouissent nos concitoyens.

Nous espérons que la visite de ce site vous permettra d’en apprendre plus sur la véritable Mauranie, au-delà des querelles stériles que certains exacerbent pour défendre des intérêts égoïstes.

N’oubliez pas ! Visitez www.mauranie-gov.com pour découvrir notre pays !

Vive la Mauranie ! Vive Sa Majesté Rodon !"

Voir en ligne : le site de White Birds

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photos © Laurent Boileau
Dessins © Bingono/Sokal/Casterman/White Birds

  Un commentaire ?