Ernest & Rebecca - T1 : Mon copain est un microbe – Par Bianco & Dalena – Lombard

3 juin 2008 0 commentaire
  • Encore une série mettant en scène un enfant et « un monstre », me direz-vous ! Pas tout a fait. D’abord, la forme rigolote à l'avant de la couverture s'avère être un microbe. Et puis, les auteurs explorent des thématiques audacieuses sous la forme de gags : la maladie de l’enfant et le divorce des parents.

Rebecca a six ans et demi et souffre d’une déficience immunitaire ! Résultat, elle doit faire attention à ne pas prendre froid, sinon le premier microbe venu la contaminerait. Mais autant dire que la jeune fille n’en n’a rien à cirer, et préfère aller se balader à la première occasion. La chasse à la grenouille est d’ailleurs son passe-temps favori. C’est lors d’une de ces escapades non autorisées par ses parents qu’elle rencontre Ernest, un microbe. ... Un super-microbe même ! Son médecin voit bien que Rebecca n’est pas dans son assiette, il diagnostique que le microbe est d’une robustesse hors du commun. Ce qui fait l’affaire de l’héroïne. Elle s’est découvert un nouveau copain !

Ernest, le microbe, est-il réel ou est le fruit de son imaginaire ? Qu’importe. La petite fille apprécie ce rapport privilégié avec lui. Elle aimerait qu’il soit capable de réconcilier son papa et sa maman qui sont au bord de la rupture. Ernest est tour à tour le confident et le conseiller de la petite fille. Et également l’ami, avec lequel elle fait les quatre cents coups !

Guillaume Bianco a inventé une série pour la jeunesse d’une rare originalité. La maladie de l’enfant et ses rapports avec ses parents forment le ressort de ces histoires courtes teintées d’humour. Celles-ci sont mises en images par Antonello Dalena qui s’était fait remarquer en illustrant deux albums de Monster Allergy. Avec son dessin simple, expressif et dynamique, il parvient à accentuer les ambiances touchantes du scénario. Une belle découverte.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?