Ernest & Rebecca - T3 : "Pépé Bestiole" - Par Bianco & Dalena - Lombard

2 décembre 2010 0 commentaire
  • Vous cherchiez un support pour vos (jeunes) enfants pour exorciser le thème du divorce ou de la maladie ? La série {Ernest & Rebecca} aborde sur un ton humoristique ces sujets au travers la relation entre une petite fille de six ans, un microbe qui s’est matérialisé, et sa famille. Un petit bijou humoristique !

Rebecca, une môme espiègle de six ans et demi, est déprimée. Elle est en vacances à la campagne chez Pépé Bestiole et Mémé Gribouille. Cela fait une semaine qu’elle s’ennuie, il n’y a rien à faire dans ce hameau éloigné où vivent ses grands-parents. L’air de la campagne lui fait du bien. Elle souffre d’une déficience immunitaire depuis son plus âge. Rebecca est tout le temps malade. Quand elle va mieux, elle cherche à attraper à nouveau un microbe d’une robustesse inouïe. Car elle s’est accommodée d’Ernest, son microbe matérialisé en une sorte de monstre gentil et polymorphe, devenu son meilleur ami, son principal allié pour affronter un climat familial difficile. Ses parents viennent en effet de divorcer. Rebecca est la seule à pouvoir le voir et dialoguer avec lui.

Ernest & Rebecca - T3 : "Pépé Bestiole" - Par Bianco & Dalena - Lombard
(c) Dalena, Bianco & Le Lombard

Ernest est donc parti, suite à l’amélioration de l’état de santé de Rebecca. Heureusement, Pépé Bestiole va tout faire pour divertir la petite fille. Le vieillard a plus d’un tour dans son sac pour la faire rire. Il faut dire qu’il est haut en couleurs, ce papy gâteau qui protège sa petite fille et lui laisse faire les 400 coups avec ses nouveaux amis.

Coralie, la grande sœur adolescente de Rebecca est quant à elle furieuse : Elle ne sait pas capter un réseau sur son téléphone mobile dans ce bled pourri. Coupée du monde, elle s’imagine que son petit copain est dans les bras d’autres.

Cette série aborde des thématiques sérieuses, douloureuses et difficiles sur le ton de l’humour et de la légèreté : la maladie, bien sûr, mais aussi le divorce des parents et tous les sujets qui en découlent : l’explosion de la cellule familiale, l’acceptation du nouveau compagnon de la maman, etc. Ces courts récits humoristiques sont sensibles et, pour cet album, parfois bucoliques.

Barbara Canepa a présenté Antonello Dalena à Guillaume Bianco lorsque ce dernier cherchait un dessinateur pour le projet qu’il venait d’imaginer. Dalena est issu des studios italiens de Disney. Son graphisme grand public est un subtil mélange entre le cartoon d’animation et la bande dessinée européenne, privilégiant l’esthétisme et le dynamisme.

Cette série figure dans la sélection du Prix Jeunesse d’Angoulême 2010 ! Ce choix est mérité : elle apparaît incontestablement comme une des grandes réussites de ces dernières années dans le registre « tout public ».

(c) Dalena, Bianco & Le Lombard

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire la chronique du T1

Une interview de Bianco et Dalena : "On peut parler de choses graves, tout en divertissant" (Août 2009)

Bianco, sur Actuabd.com, c’est aussi :

- Guillaume Bianco (2/2) : « Les Comptines malfaisantes sont un complément de Billy Brouillard » (Décembre 2009)
- Guillaume Bianco (1/2) : « Le livre illustré est le style narratif le plus efficace » (Novembre 2009)
- "Guillaume Bianco, un auteur hors norme à l’imagination "effrayante" (Novembre 2009)
- "Billy Brouillard inaugure la nouvelle collection de Soleil : Métamorphose (Janvier 2009)

Commander sur Internet :
- le T3 chez Amazon ou à la FNAC
- le T2 chez Amazon ou à la FNAC
- le T1 chez Amazon ou à la FNAC



Lien vers le blog de Bianco
Lien vers le blog de Antonello Dalena



Illustrations extraite de "Ernest & Rebecca" T3 (c) Bianco, Danela & Le Lombard

  Un commentaire ?