Espace réel, espace rêvé : la bande dessinée sur orbite

31 octobre 2007 0 commentaire
  • À l’occasion de l’anniversaire du lancement de Spoutnik I, le 4 octobre 1957, le Centre Belge de la Bande Dessinée a choisi de parcourir cinquante ans d’aventures spatiales à travers le regard croisé de créateurs de BD inspirés par l’espace.

Nul ne peut en douter, depuis 50 ans, la recherche spatiale et ses conquêtes ont façonné et grandement fait évoluer notre société : autant sur des plans bassement matériels (de l’invention de la couche-culotte aux nouvelles énergies) que dans l’inconscient collectif. C’est ce second aspect que cette exposition souhaite mettre en avant, par l’évolution des esprits, et en particulier, dans la bande dessinée.

Espace réel, espace rêvé : la bande dessinée sur orbite
La réalité inspire la fiction

D’un côté, il y a ceux qui se sont donnés comme tâche d’illustrer le réel et de l’autre, ceux que cette réalité a projeté dans l’imaginaire. Comme la vision que l’homme a de l’espace, comme le cerveau humain lui-même, espace réel, espace rêvé comprend deux hémisphères : l’une est tournée vers le réel, l’autre vers l’imaginaire. Et les découvertes de l’une poussent sans cesse l’autre à imaginer de nouveaux défis, de nouveaux mondes, de nouveaux rêves.

Conçue en collaboration avec l’Euro Space Society, cette exposition suit donc l’évolution de la conquête spatiale, et parallèlement, l’évolution de la vision qu’en ont les créateurs de bande dessinée. Dans la première partie, l’iconographie photographique raconte pas à pas l’histoire de la Conquête spatiale depuis 1957, illustrée par des reproductions de célèbres dessins. On pourra également admirer une authentique pierre de Lune, pas celle de Johan et Pirlouit, mais bien le cadeau du président Nixon au gouvernement belge, ainsi que de nombreuses autres objets, véritables témoignages de l’histoire spatiale. Ainsi, on y trouve un livre écrit par Jean-Michel Charlier, scénariste entre autres de Buck Danny, à un moment où il rassemblait de la documentation pour X-15.

De l’autre côté, à travers une trentaine de planches originales, on peut observer ce que cette réalité a inspiré aux auteurs de bande dessinée. On pourra ainsi admirer des oeuvres originales de Baru (Les Années Spoutnik), Boucq, De Poortere, Ernst, Franquin (Gaston et les Idées Noires), Goossens, Graton (Michel Vaillant), Hardy (Pierre Tombal), Mouminoux, Peyo ( Le Cosmoschtroumpf), Stuf & Janry (Passe-moi l’ciel), Taymans (Caroline Baldwin), Wasterlain (Jeannette Pointu) et Yslaire (XXè ciel).

Le spationaute Dirk Frimout, & Jean Auquier

Les mordus du 9ème art regretteront peut-être de ne pas trouver d’évocations de Hergé pour On a marché sur la Lune, ou de Sirius avec L’épervier Bleu. « Nous avons dû restreindre l’objectif de la manifestation », nous explique Jean Auquier, commissaire de l’exposition. « Aborder tous les délires des auteurs concernant l’extra-terreste aurait été impossible, vu la collecte invraisemblable de documents qu’il aurait fallu rassembler. En excluant la science-fiction, nous avons donc choisi de porter notre regard sur les œuvres inspirées par l’actualité, ce qui était d’ailleurs le cas pour le Cosmoschtroumpf par exemple. Nous espérons ainsi contenter les fans du 9ème art et les passionnés de l’espace, en espérant que chacune des deux parties pourra découvrir de nouvelles facettes de l’autre monde ».

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Centre Belge de la Bande Dessinée
20, rue des Sables – 1000 Bruxelles
Ouvert tous les jours (sauf lundi) de 10 à 18 heures jusqu’au 10 février 2008
Tel. +32 (0) 2.219.19.80 - visit@cbbd.be

En médaillon, on reconnaîtra le chauffe-eau de Gaston, ainsi que les astronautes de Baru et d’Yslaire.
Photos : CL Detournay

  Un commentaire ?