Évadées du harem - Par Didier Quella-Guyot, Alain Quella-Villéger et Sara Colaone - Steinkis

2 septembre 2020 0 commentaire
  • L'incroyable histoire vraie de deux jeunes Ottomanes, Zennour et Nouryé, ayant fui en 1906 leur "jardin fermé" (harem) à la quête d'un Occident imaginé et idéalisé. À la veille de la chute de l'Empire ottoman, le scandale devient affaire d’État, alors qu'en Europe, le récit des deux femmes passionne et attise l'admiration.
Évadées du harem - Par Didier Quella-Guyot, Alain Quella-Villéger et Sara Colaone - Steinkis
La dessinatrice Sara Colaone
Photo : DR / Steinkis

Zennour et Nouryé font partie de l’aristocratie ottomane. Cultivées et audacieuses, les deux sœurs décident de fuir leur quotidien reclus pour vivre le rêve européen qu’elles fantasment à travers les livres. Ainsi, à l’aide de Mirième, une amie, elles entreprennent un périple à bord de l’Orient-Express espérant gagner la France.

Dès la découverte de leur plan, le père des deux filles, proche du Sultan Abdulhamid II va déployer tout ce qui est en son pouvoir pour les retrouver et éviter le discrédit familial avant qu’elles ne dépassent les territoires sous domination ottomane (en l’occurrence, à l’époque, la Bulgarie et la Hongrie).

Elles sont toutes deux animées par un désir de liberté qui va les pousser à aller au bout de leur voyage. Nouryé, la cadette, se démarque par sa force de caractère, son sang-froid et sa détermination, tandis que Nouryé, l’aînée, laisse entrevoir dès le début des doutes concernant leur départ. Ce récit historique nous fait traverser l’Empire Ottoman et ses provinces jusqu’aux grandes capitales européennes, Paris et Londres.

© Steinkis

Didier Quella-Guyot, le scénariste, s’est associé à l’historien Alain Quella-Villéger afin de retranscrire au mieux l’histoire des ces Ottomanes voulant s’émanciper de leur condition de femmes, montrant le fossé entre la cause féministe orientale et les combats occidentaux de la même période notamment les suffragettes anglaises. Pour accompagner ce scénario original, Sara Colaone prend le parti d’un graphisme en noir et blanc nous plongeant dans une atmosphère d’époque sombre et authentique décrivant les mœurs et les cultures des deux mondes et démontrant parfaitement la relation ambiguë rattachant l’Orient à l’Occident, entre admiration et choc des civilisations.

Inspiré de l’ouvrage éponyme d’Alain Quella-Villéger, le récit s’enrichit de nombreuses références artistiques, historiques et littéraires. Ainsi, Pierre Loti, écrivain français turcophile, très présent dans ces pages, fait la connaissance des deux sœurs avant leur évasion. Sur la base de leurs témoignages enjolivés, il publie en 1906, Les Désenchantées, un ouvrage sur le déterminisme social supposé des femmes turques.

Leurs rencontres vont influencer inégalement Zennour et Nouryé qui vont petit à petit prendre des chemins séparés, marqueurs de la pluralité des féminismes, des idées et des combats sur une même période à des lieux distincts, évidemment présente, à l’époque, davantage dans les classes privilégiées que dans le reste de la société.

(par Klara LESSARD)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?