Ex-Libris s’ouvre aux "textes fondateurs"

26 juin 2008 0 commentaire
  • La collection que dirige Jean David Morvan chez Delcourt accueille depuis mars dernier des adaptations d'œuvres très populaires mais peu ou pas connues dans notre bonne vieille Europe.

L’an passé à l’occasion du lancement de la collection Ex-Libris aux Éditions Delcourt, nous avions évoqué dans ces pages les nombreux romans de la littérature ayant fait l’objet d’une adaptation en bande dessinée. Le scénariste Jean David Morvan a décidé d’élargir le spectre des textes adaptés et d’ouvrir la collection qu’il dirige à des "œuvres très populaires dans certaines parties du globe mais quasiment inconnues en Europe."

Ex-Libris s'ouvre aux "textes fondateurs"Internationaliser la bande dessinée, ou du moins créer des collaborations internationales, est un leitmotiv chez l’auteur rémois. Sa passion pour l’Asie n’est pas un secret non plus. C’est donc sans surprise que les premiers titres publiés en mars dernier proviennent de la littérature chinoise. Et comme on est jamais mieux servi que par soi-même, c’est Morvan "himself" qui s’est collé au travail en collaboration avec des dessinateurs chinois, histoire de respecter au mieux l’essence même du texte original et éviter les contresens dans les coutumes, décors ou costumes.

Le Dieu Singe (dessin : Jian Yi) est tiré de Xiyouji. Ce roman fleuve est considéré comme l’un des quatre piliers majeurs de la littérature chinoise. Il a engendré d’innombrables adaptations, dont les plus célèbres en manga La Légende de Songoku de Tesuka Osamu et surtout Dragonball de Toriyama Akira. Ce long texte épique, fortement teinté de fantastique, raconte comment Sun Wukong, le roi des singes, devint immortel à l’issue de moult pérégrinations…

Au bord de l’eau (dessin : Wang Peng) est l’adaptation d’un roman écrit au XIVème siècle, lui même inspiré de faits réels s’étant déroulés deux siècles auparavant. D’abord colporté par voie orale, le récit s’enrichira au fil des années pour devenir cette grande épopée mettant en scène les morceaux de bravoures de 108 brigands redresseurs de torts.

Ces dernières semaines, deux nouveaux titres sont apparus :

Les Contes du boudoir hanté de Yishan Li s’inspire de Liaozhai zhiyi [1], œuvre de Pu Songling, un lettré chinois du XVIIème siècle, composée de 496 contes. Ce premier volume reprend l’histoire du plus célèbre de ces contes : deux belles femmes décédées sont sous l’emprise d’une créature abjecte qui les force à séduire les hommes pour les assassiner et recueillir leur sang…

Beowulf de Michel Dufranne et Javier N.B. est l’adaptation du plus ancien et plus long (3182 vers) poème héroïque en vieil-anglais (langue d’avant la conquête normande de 1066) qui soit parvenu jusqu’à nous. Grendel, un esprit maléfique, se repaît du sang des meilleurs guerriers de Hrothgar, seigneur des Danois. Jusqu’au jour où, Beowulf, un homme venu par-delà la route des baleines, mit fin à cette malédiction.

Un choix marketing a été fait pour ces séries : celui de les distinguer des adaptations des romans plus "classiques" que compte la collection. La mention "Ex-Libris" est donc reléguée en page intérieure. "Cette partie de la collection est là pour parler des textes fondateurs des civilisations" explique Jean David Morvan. "L’idée est d’adapter les ouvrages que l’on connaît un peu, et ceux qui sont connus par plus d’humains que nous, les Européens, mais dont on a jamais entendu parler en Europe. Je tiens au côté découverte d’un monde mal connu, pour les lecteurs, en plus d’une histoire forte."

Parmi les prochains titres, Morvan annonce l’adaptation de récits japonais dont une nouvelle de Lafcadio Hearn, mais aussi le célèbre conte Le coupeur de bambou.

En fin d’année, la Bible (ancien testament) sera adaptée par Michel Dufranne et Jean-Christophe Camus.

Jean David Morvan se penche également du côté de l’Inde, mais il lui manque encore des dessinateurs du cru. Avis aux amateurs…

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?