Exposition Jijé - Joseph Gillain

3 décembre 2013 6 commentaires
  • Exposition

A l’occasion de la commémoration du centenaire de la naissance de Jijé, la Maison de la bande dessinée organise une grande rétrospective sur l’oeuvre de cet artiste belge, père fondateur de l’Ecole de Marcinelle. Plus de 140 oeuvres sont exposées, comprenant bandes dessinées (Spirou, Blondin et Cirage, Jean Valhardi, Jerry Spring, Tanguy et Laverdure, etc.), inédits, peintures et sculptures.

Joseph Gillain est un homme qui n’a jamais su rester en place. Sa formation artistique commence dans la sculpture et l’orfèvrerie, avant de s’orienter vers la peinture, puis la bande dessinée. Déjà son parcours s’annonce sous le signe du changement.

C’est en 1936 qu’il crée son premier personnage de BD, Jojo, qu’Hergé trouvera fort ressemblant à son Tintin. Mais la ligne claire de Gillain ne va cesser d’évoluer, de prendre plus de liberté. Si ses premiers scénarios semblent naïfs et son trait encore amateur, il fait néanmoins preuve d’une vitalité imaginative prodigieuse.

Signant désormais Jijé, il lance en 1939 Blondin et Cirage dans l’hebdomadaire Petits Belges, et fait son apprentissage dans les pages de Spirou, le nouveau journal des éditions Dupuis. Spirou se révèle vite un formidable laboratoire, dans lequel Jijé invente de nombreux personnages (Jerry Spring, Jean Valhardi), et reprend le héros du français Rob-Vel, le groom Spirou, auquel il joint un doux ahuri, Fantasio. Il signe aussi des récits réalistes avec les biographies de Don Bosco, Christophe Colomb, et Baden Powell. Son trait s’affine, fait preuve d’un grand sens du mouvement et d’une parfaite maîtrise du noir & blanc. Jijé accueille chez lui et conseille les jeunes talents fraîchement débarqués, Franquin, Morris et Will., et devient le chef de file d’une école qui allait révolutionner la bande dessinée.

Travailleur acharné et perfectionniste, Jijé prônait la variation. Variation des thèmes, du style, des outils à dessin, pour améliorer sa technique mais aussi pour le plaisir du changement et de la découverte. Toujours tourné vers la nouveauté, il la quittait sitôt trouvée. Il dessinait sans regarder le papier, faisant de sa main le prolongement de ses yeux, peignait souvent de la main gauche, « croquait » dans la rue, troquait la plume pour le pinceau, passait d’un genre à un autre. Il craignait les automatismes, les gestes d’habitude qui tuent toute expression dans le dessin. Ainsi Jijé insuffle beaucoup de vie dans ses personnages, dont les caractères se révèlent alors très subtils.

Dans sa bougeotte, Jijé ne parvient pas à se fixer sur un personnage, ce qui est pourtant, avoue-t-il, la meilleure méthode pour s’imposer au public. Aussi confie-t-il Spirou à Franquin, Jean Valhardi à Paape, et Blondin et Cirage à Hubinon.. En 1967, il remplace Uderzo sur Tanguy et Laverdure, avec Jean-Michel Charlier, et reprend avec son fils le Barbe-Rouge abandonné par Hubinon..

L’œuvre de Jijé est une oeuvre de vie et d’audace. Des fourmis dans les mains, il laisse derrière lui six séries et près de quatre-vingt albums…

Du 3 décembre 2013 au 3 aout 2014,

du mardi au dimanche de 10h à 18h,

Bd de l’Impératrice 1,

1000 Bruxelles

tel 02 502 94 68
www.jije.org


Par : La Maison de la Bande dessinée

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Exposition Jijé - Joseph Gillain
    13 janvier 2014 08:26, par francois d

    en ce treizième jour de l’année, célébrons ensemble le centième anniversaire de la naissance de Joseph Gillain qui deviendra plus tard Jijé.
    né le 13 janvier 1914 à Gedinne, d’une formation artistique suivie à Maredsous, peintre et sculpteur, il commence la bande dessinée en 1936 avec le personnage de Jojo publié dans Le Croisé. Il crée également la série Blondin et Cirage publiée initialement dans Petits Belges à partir de 1939. Il rejoint les éditions Dupuis en 1938 où il publie d’abord des illustrations pour l’hebdomadaire Moustique avant de dessiner le Mystère de la clé hindoue dans le journal de Spirou l’année suivante. Il remplace Rob-Vel sur Spirou en 1941 avant de reprendre la série en 1943, tout en dessinant la biographie de Don Bosco et les premières aventures de Jean Valhardi.Il accueille le jeune Willy Maltaite (Will) dans sa maison dinantaise en 1942 et prendra également sous son aile bienveillante André Franquin et Maurice de Bévère (Morris) en 1946. Ce groupe de quatre dessinateurs sera connu sous le nom de la bande des 4 (de Waterloo). Après avoir voyagé au Mexique, aux États-Unis, en Espagne et dans le sud de la France, il s’installe définitivement à Draveil (sud de Paris) en 1955. Entre-temps, il continuera à animer la série Blondin et Cirage dans Spirou et crée Jerry Spring, le premier western réaliste de la bande dessinée franco-belge. Western qui va fort marquer les jeunes Jean Giraud et Jean-Claude Mézières qui iront voir Jijé à son domicile pour prendre des conseils. Giraud travaillera une petite année chez Jijé, l’aidera sur un Jerry Spring, et Jijé, quelques années plus tard, remplacera Giraud sur deux albums de Blueberry (en 1964 et 1965). Ce sera le début d’une longue aventure avec le scénariste Jean-Michel Charlier, puisqu’il reprend à la suite d’Albert Uderzo la série Tanguy et Laverdure en 1966 et, plus tard, la série Barbe-Rouge suite au décès de Victor Hubinon.
    Jijé était le père fondateur de l’École de Marcinelle, sans lui le journal de Spirou n’aurait pas été ce qu’il est devenu, il a guidé de nombreux jeunes auteurs et laissé une oeuvre très attachante, composée de plus de quatre mille planches et cinq cents peintures.
    Vive Jijé !

    fd

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 13 janvier 2014 à  11:35 :

      Un livre important sur le grand Jijé sortira bientôt chez Dupuis, il serait peut-être temps de le signaler, cher François Denayer, à moins qu’il n’y ait retard...

      Répondre à ce message

      • Répondu par francois d le 14 janvier 2014 à  21:37 :

        mon cher Oncle, j’ai le plaisir de vous confirmer que cet ouvrage, publié aux éditions Dupuis, sera disponible dès le 20 février. 2014 bien sûr, puisque année du centenaire….
        fd

        Répondre à ce message

        • Répondu par bertrand Pissavy-Yvernault le 15 janvier 2014 à  09:22 :

          Excellente nouvelle ! Je suis impatient de découvrir ce livre. Et j’irai volontiers admirer cette expo...

          Répondre à ce message

  • Actuabd peut mourir
    26 juin 2014 19:27, par ru avec leurs commentaires.

    Mais mais mais ??? Vous avez restauré à une date antérieure ? Les nouveaux sujets (Sfar à Vélo par exemple) ont disparu avec leurs commentaires.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Noa le 27 juin 2014 à  19:19 :

      Apparemment actuabd ne peut pas mourir puisqu’il remonte le temps....

      Répondre à ce message