Agenda

Exposition Laurent Bonneau - « L’essentiel » chez Achetez de l’Art à Paris

Par le 3 novembre 2022                      Lien  
Exposition

Après L’étreinte (chez Grand Angle), avec Jim au scénario, et Le regard d’un père (chez Des Ronds dans l’O), tous deux sortis en 2021, Laurent Bonneau publie, à nouveau chez Des Ronds dans l’O, un roman graphique intense et personnel : L’essentiel.

D’une rare et intense beauté, et dans un style graphique audacieux, nous vous proposons une sélection de planches originales modernes et poétiques.

L’exposition-vente aura lieu du 3 au 12 novembre 2022.

Vernissage spécial en présence de l’artiste le mercredi 9 novembre 2022 à partir de 18h, après la séance de dédicace chez BDnet Bastille.


Par : Monnier Ludovic

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

🛒 Acheter 📖 Feuilleter  
Participez à la discussion
16 Messages :
  • Le style graphique n’a rien d’audacieux, c’est juste fait sur photos et bêtement réaliste de fait.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Michel Ferrandi le 20 octobre à  16:41 :

      Ça veut dire quoi "bêtement" réaliste ? Aujourd’hui, vous diriez d’Alex Raymond ou de Paul Gillon qu’ils étaient "bêtement" réalistes ? Eux aussi utilisaient abondamment la photo.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 octobre à  07:47 :

        Ainsi que le groupe Bazooka, ainsi que Jean Teulé, Frédéric Boilet, Neal Adams, Mike Mignola, et des dizaines d’autres avant et après eux… mais la culture graphique se perd.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Bof le 21 octobre à  08:12 :

          Des bidouilleurs de photos qui n’ont pas voulu affronter le dessin (qui demande du travail).

          Répondre à ce message

          • Répondu le 21 octobre à  09:53 :

            Alex Raymond, Neal Adams des bidouilleurs de photo… et les peintres qui utilisent des modèles, des tricheurs aussi ? C’est malheureusement vous qui ne connaissez rien au dessin, son enseignement et sa pratique.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Bof le 21 octobre à  10:02 :

              Ne jouez pas au plus bête, Bazooka, Jean Teulé, Frédéric Boilet ne se confrontent pas au dessin, ils bidouillent des photos, comme Laurent Bonneau. Avant ils contrastaient de la photocopie, avec l’ordi c’est plus sophistiqué, mais ce n’est toujours pas du dessin.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Michel Ferrandi le 21 octobre à  15:55 :

                Oh je ne risquerai pas à jouer au plus bête avec vous, je ne suis pas certain de gagner. Visiblement vous méprisez une large portion de l’histoire de l’art et du graphisme, sans même parler de l’enseignement du dessin classique, qui ne se fait pas d’imagination, mais libre à vous.

                Répondre à ce message

                • Répondu le 21 octobre à  16:02 :

                  N’insistez-pas, certains pensent en effet que le seul vrai dessin est du dessin de mémoire et rien d’autre. Ils vénèrent Uderzo, ou Peyo et tous les gros nez, mais pas même Hergé ou Jacobs qui utilisaient des modèles, ni même Franquin qui regardait de la doc pour ses voitures, ni Tardi qui dessine ses décors sur photo, ni Pratt qui avait un assistant pour dessiner les trains…

                  Répondre à ce message

                • Répondu par Capitaine Kérosène le 22 octobre à  10:53 :

                  Effectivement, il y a une différence entre bidouiller une photo, et la réinterpréter en y ajoutant du graphisme, en corrigeant les déformations et en redessinant tout ou partie du modèle. Bonneau n’a pas montré sa capacité sur ces points. Graphiquement ses planches sont d’une pauvreté totale. On glisse sur ses images, il n’y a rien à savourer, rien qui accroche l’œil. C’est du roman photo de table lumineuse ou de palette graphique.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par Fonzy le 22 octobre à  14:52 :

                    Et Jean Teulé n’a jamais rien dessiné, c’était de la photo et de la photocopie (mais quel auteur par contre !)

                    Répondre à ce message

                    • Répondu par Capitaine Kérosène le 23 octobre à  07:57 :

                      Oui, de son propre aveu, Jean Teulé ne savait pas dessiner et n’a jamais prétendu être dessinateur. Il a trouvé une solution efficace pour raconter ses histoires autrement que par le dessin.

                      Répondre à ce message

                      • Répondu le 23 octobre à  13:31 :

                        Il a trouvé une solution efficace pour raconter ses histoires autrement que par le dessin.

                        Pendant que d’autres continuent à décalquer des photos.

                        Répondre à ce message

                        • Répondu le 23 octobre à  18:29 :

                          Au cinéma aussi c’est tous des tricheurs ! Depuis John Ford, les films sont tournés en décor naturel, plus personne ne se donne la peine de recréer tout en studio, c’est de la triche !

                          Répondre à ce message

                  • Répondu par Michel Ferrandi le 23 octobre à  18:34 :

                    Le problème c’est que vous parlez pour le plaisir de dire du mal (je reconnais que caché derrière son anonymat, c’est un vrai plaisir), mais vous n’avez jamais ouvert un livre de Laurent Bonneau. Si vous l’aviez fait, vous sauriez qu’il fait bien plus que recopier des photos. Tous ce que vous décrivez s’y trouve : réinterprêtations, corrections des déformations, modèles redessinées, graphismes ajoutés. Certes, ça ne fait pas de lui un génie du dessin, on est loin d’Alex Raymond ou de Paul Gillon, mais dire de lui qu’il fait de la photo décalquée est inexact et de la calomnie facile.

                    Répondre à ce message

                    • Répondu le 23 octobre à  18:39 :

                      Y a un américain qui fait vraiment de la photo décalquée, sauf que le résultat est génial, c’est John Van Fleet.

                      Répondre à ce message

  • Perso j’ai adoré "les brûlures" ou "L’étreinte"
    Je peut comprendre qu’on n’adhère au "dessin" de Laurent Bonneau mais c’est quand même avant tout une question de gout. On aime ou pas.
    Il y a tellement de styles graphiques, de méthodes de travail différentes...
    Mais ce n’est que mon avis

    Patrick

    Répondre à ce message

PAR   
A LIRE AUSSI  
Agenda  
Derniers commentaires  
Newsletter ActuaBD