Extrême Orient t.1 : Li Fuzhi, Franck Bourgeron, Vents d’Ouest

10 mai 2004 0 commentaire
  • La Longue Marche, la révolte de Shangaï, Tchang Kaï-chek et la Chine des débuts de l'Armée Rouge... Franck Bourgeron ne s'attaque pas à n'importe quel sujet pour son premier album.

Li Fuzhi est un prolétaire comme il en traîne tant dans les villes de la Chine des années 1920. Un jour qu’il râle contre la Bande Verte (la mafia qui l’emploie), il est repéré par Wang Liu, un responsable de parti communiste local. Pour lui, c’est le début d’une nouvelle vie. Son engagement total envers le parti va le conduire à organiser la révolte de Shangaï qui en 1927 sera réprimée dans un bain de sang. Il doit fuir et va traverser toute la Chine, mais son passé finira par le rattraper. C’est alors qu’il découvrira que les lois du parti ne sont pas toujours pénétrables !...

Franck Bourgeron dédie cet album entre autres à Christophe Gaultier et Sylvain Ricard (les auteurs du très remarqué Banquise, chez Soleil), et on imagine bien qu’il y a une histoire commune à ces trois jeunes auteurs de BD. Chez Bourgeron, on retrouve le graphisme personnel et parfaitement assumé, les thèmes originaux et l’ambiance sombre. Le trait est nerveux, plein de hachures dans cet album. Les visages sont déformés, très stylisés, pourtant les planches restent lisibles, grâce à un découpage en grandes cases... Li Fushi est donc une réussite graphique, et c’est un vrai plaisir de voir des auteurs sortir de l’opposition ligne claire - gros nez, sans tomber dans le carcan du "à-la-manière-de Sfar"...

Malheureusement, le scénario est moins maîtrisé. À la fin de ce long album (64 pages), on se demande s’il n’aurait pas mérité d’être vraiment plus long ou alors un peu plus court. En effet, Franck Bourgeron n’a pas su choisir entre les deux histoires qu’il raconte dans un seul livre. D’un côté, il y a l’entrée de Li Fuzhi au parti et la révolte de Shangaï, et de l’autre, il y a la fuite et la trahison du même parti... Le tout présenté par le narrateur comme des souvenirs du personnage. Résultat de cette masse d’informations (et de cadrages qui privilégient les grandes cases), on survole l’histoire (sans parler de l’Histoire !) sans vraiment entrer dedans.

Espérons que cet auteur de BD complet saura mieux ce faire aux contraintes du format pour le prochain tome d’Extrême Orient, car la série ne manque pas d’atouts.

(par Martin Grillard)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?