Fairy Tales of Oscar Wilde vol. 4 - P. Craig Russell - NBM.

15 juin 2004 0 commentaire
  • Peut-être moins connus en France que ses pièces, les contes de fées d'Oscar Wilde, publiés à l'origine en 1888, font depuis quelques années l'objet d'une adaptation en bande dessinée par P. Craig Russell, un auteur à part dans le monde des comics.

En effet, Russell partage son temps entre des projets grand public (entre autres sur Batman, Buffy, Docteur Strange, Elric ou Hellboy) et des travaux plus personnels, comme un Jungle Book adaptant les trois dernières histoires de Mowgli, ou une série d’adaptations d’opéras dont la dernière en date concerna la tétralogie de Wagner, en 424 pages d’une force et d’une beauté époustouflantes.

L’œuvre personnelle la plus récente de Russell est donc ce quatrième volume d’adaptations des contes de Wilde, contenant The Devoted Friend (L’Ami Fidèle) et The Nightingale and the Rose (Le Rossignol et la Rose).
Dans le premier des deux contes, qui met en scène l’amitié peu équilibrée entre un riche meunier et un pauvre paysan, Russell utilise un style inspiré des dessins animés, entre autres ceux des grandes années de Disney pour les animaux.

Fairy Tales of Oscar Wilde vol. 4 - P. Craig Russell - NBM.
Une des planches
de l’adaptation de la tétralogie de Wagner.

Entre ces dessins, qui paraissent dépeindre un monde doux et léger, et l’histoire, où le cynisme de certains personnages est montré du doigt avec subtilité et retenue, le contraste est saisissant.

Le deuxième conte, dans lequel un rossignol va se sacrifier pour qu’un jeune étudiant amoureux puisse offrir une rose rouge à sa belle, est lui dessiné dans un style très réaliste pour les personnages, intégré à une vision de la nature tenant plus de l’estampe japonaise que de l’aérographe.
Renommé pour son talent de dessinateur pur, Russell est aussi reconnu pour sa narration, qui constitue finalement le point commun à ses styles variés et a priori éloignés. D’une grande sobriété, alliant des cases d’exposition couvrant la moitié de la page à des successions de quatre ou cinq cases horizontales à des fins de dilatation du temps, le découpage des planches de Russell, toujours un plaisir pour l’œil, est immédiatement reconnaissable à l’amateur.

The Nightingale and The Rose.

Étant donné toutes ces qualités, qui font de lui l’un des auteurs les plus appréciés de sa profession outre-Atlantique, il est regrettable que P. Craig Russell ne soit pas plus présent chez les éditeurs français. Les seules œuvres conséquentes disponibles actuellement sont Les Mystères du Meurtre, adaptation d’une excellente nouvelle de Neil Gaiman, parue chez Sémic en 2003, ainsi que sa contribution à l’album Sandman : Nuits Eternelles, écrit également par Gaiman et publié chez Delcourt en début d’année.

Les lecteurs qui voudraient découvrir ses autres œuvres peuvent aller visiter son site, ainsi que celui de l’éditeur des albums adaptés de Wilde. Et ensuite bombarder de lettres les éditeurs français pour qu’ils se décident enfin à publier une des œuvres les plus particulières de l’univers des comics.

Une planche des Mystères du Meurtre.

Voir en ligne : Site de P. Craig Russell.

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?