Fate/Zero T4 - Par Gen Urobuchi & Shinjirô - Ototo

5 septembre 2014 0 commentaire
  • La Guerre du Saint Graal se poursuit avec ses participants tentant de s’entretuer dans le plus grand secret… à l’exception de Caster et de son maître, qui n’ont que faire du calice sacré et s’adonnent aux meurtres d’enfants. Une situation qui amène le superviseur de la guerre à prendre une décision inédite…

Ce nouveau tome de Fate/Zero débute sur la présentation en détail de l’équipe « Lancer » : un trio qui n’est pas sans rappeler celui de l’équipe « Saber »... à la différence que le couple de mages ici, un homme et une femme, ne dégage pas de passion en dépit du fait qu’ils soient fiancés. La situation apparaît plutôt comme un triangle amoureux, au grand dam de Lancer, qui se voit accorder la préférence de la dame !

Un schéma classique pour le héros qui se cache derrière Lancer, Diarmuid Ua Duibhne, doté d’une marque « magique - séductrice ». Un pouvoir qu’il considère comme maudit : en effet Lancer désire seulement servir le plus loyalement son maître, et se montre plus que gêné face à son aura de « séducteur ».

Une première séquence à l’ambiance d’amour courtois et d’honneur de la chevalerie, que Kiritsugu Emiya, le tueur de mages et maître de Saber, va balayer en les attaquant par surprise et de façon indirecte, à l’aide d’un piège et d’explosifs. Une façon de procéder évidemment aux antipodes des codes de chevalerie !

Fate/Zero T4 - Par Gen Urobuchi & Shinjirô - Ototo
Kayneth El-Melloi, le maître de Lancer, désirant prouver sa bravoure à sa bien aimée.
© Gen Urobuchi / TYPE-MOON / Shinjirô - Kadokawa Shoten

Après Saber et les Servants, et l’exploration de leurs motivations et leur état d’esprit, c’est donc au tour de Kiritsugu de nous inviter dans son monde. Ce dernier se trouve habité par une résolution et une volonté tout aussi puissante que celles des héros, mais qui ne vise qu’un seul objectif : le résultat. La manière importe peu pour lui, tout comme l’honneur ou les grands principes. Même le sacrifice d’une minorité apparaît acceptable à ses yeux, si cela permet de sauver le plus grand nombre.

Cependant, nous découvrons également que Kiritsugu est rongé par le doute : caché à la vue de tous, il s’effondre dans les bras de sa femme, Irisviel. Sa froideur est un masque. Loin d’être sûr d’avoir la force et la volonté d’aller jusqu’au bout, il apparaît ici comme humain et faillible, à l’opposé des esprits héroïques, toujours sûr d’eux.

Kiritsugu ne pense pas que la justice puisse sauver le monde et qu’il n’y a nulle gloire sur les champs de bataille. Il s’interdit l’échec et toute faiblesse, au point de faire un sacrifice moral et devenir un « tueur inhumain », alors que ses intentions réelles, qu’il cache au fond de lui, demeurent « nobles ».

Saber outrée que Kiritsugu projette d’utiliser la trêve à son propre bénéfice.
© Gen Urobuchi / TYPE-MOON / Shinjirô - Kadokawa Shoten

A l’opposé, et parallèlement au cours du tome, Kirei Kotomine, le prêtre qui ne connaît pas les émotions et vit uniquement pour sa mission, commence à se laisser tenter par Archer qui lui propose de lui faire découvrir les joies et les plaisirs que procure l’existence...

Enfin les exactions de Caster et de son maître donnent lieu à une décision inattendue : leur élimination prioritaire, demandée par le superviseur de la Guerre du Saint Graal, une trêve, et une récompense pour le ou les maîtres qui les tueront ! Évidemment la trêve apparaît pour certains comme une occasion de plus pour piéger leurs rivaux.

Le tome se termine par l’attaque du repaire de Kiritsugu et de Saber par Caster. Gilles de Rais prend toujours notre héroïne pour sa bien-aimée Jeanne et se montre bien décidé à la sauver de Dieu, malgré elle !

En conclusion, si le récit avance peu, ses thèmes et ses personnages continuent d’être développés et traités d’une belle façon, pour mieux nous rapprocher de l’inévitable tragédie finale...

Gilles de Rais, alias Caster, plus fou que jamais !
© Gen Urobuchi / TYPE-MOON / Shinjirô - Kadokawa Shoten

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Fate/Zero T4. Par Gen Urobuchi (scénario) & Shinjirô (dessin). Traduction Nicolas Pujol. Ototo, collection "Ototo Seinen". Sortie le 28 août 2014. 160 pages. 7,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Fate/Zero sur ActuaBD :
- Lire la présentation de la saga Fate/ et du tome 1
- Lire la chronique du tome 2
- Lire la chronique du tome 3

  Un commentaire ?