Fate/Zero T7 - Par Shinjirô & Gen Urobuchi - Ototo

13 mai 2015 0 commentaire
  • Après la défaite d’Assassin, chaque camp se prépare pour le prochain mouvement, tous tournés vers Caster et son Master tueur en série. Mais le mage blasphémateur, acculé, compte bien offrir à Dieu un ultime divertissement...

Les tomes de Fate/Zero poursuivent leur alternance entre moment de confrontation et arrêt sur les questionnements des personnages. C’est ainsi que faisant suite au très intéressant « Banquet des Rois », confrontant les trois Servants rois, ce nouveau tome se présente comme un moment de calme, avant la prochaine tempête... [1]

Il est composé de cinq chapitres, chacun s’attardant sur un camp, développant les thèmes qui lui sont liés. Nous débutons par l’équipe « Caster » qui découvre horrifiée le saccage de leur atelier où ils s’adonnaient à la fabrication de poupées humaines éviscérées.

Leur consternation les porte à s’interroger comme toujours sur la raison d’être de ce monde et la question de sa création par Dieu. Un débat d’idées entre deux monstres, l’un optimiste et l’autre pessimiste, mais unis dans le même désir de repousser les limites de leur « quête des mystères de la vie ».

Ensuite, le lecteur retrouve Archer continuant à faire succomber à la tentation du plaisir, l’austère prêtre Kirei. Un passage un peu redondant en raison du lent processus de corruption de l’ecclésiastique.

Puis nous revenons sur l’équipe « Saber » pour découvrir leur nouveau repaire, que reconnaîtra évidemment le connaisseur de la série principale [2]. Un passage qui s’attarde en particulier sur l’état de santé de Irisviel, l’homonucle au destin inéluctable.

Fate/Zero T7 - Par Shinjirô & Gen Urobuchi - Ototo
Waver se trouvant insignifiant face à un héros de légende.
© Gen Urobuchi / TYPE-MOON / Shinjirô - Kadokawa Shoten

Viennent ensuite Rider et son jeune Master. Ce dernier, peu sûr de lui, se considère inutile pour son Servant qui a jadis conquis le monde et qui n’a rien perdu de son charisme hors du commun. Il s’agit ici de comprendre quelles sont les qualités qui confèrent de la grandeur.

Enfin, nous terminons sur l’amorce d’une nouvelle bataille, celle contre Caster qui s’apprête à offrir au monde un spectacle de monstruosité hors du commun, forçant les autres équipes à prendre des mesures définitives contre lui. Elle s’annonce épique !

Avec ce 7e tome, Fate/Zero atteint la moitié de son cycle. En effet il se termine sur la conclusion du tome deux du light novel [3] qu’il adapte et qui en compte quatre ; cette bataille marquant le tournant de la Guerre du Saint-Graal !

En avant pour la bataille !
© Gen Urobuchi / TYPE-MOON / Shinjirô - Kadokawa Shoten

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Fate/Zero T7. Par Shinjirô (dessin) & Gen Urobuchi (histoire originale). Traduction Nicolas Pujol. Ototo, collection "Seinen". Sortie le 23 avril 2015. 180 pages. 7,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Fate/Zero sur ActuaBD :
- Lire la présentation de la saga Fate/ et du tome 1
- Lire la chronique du tome 2
- Lire la chronique du tome 3
- Lire la chronique du tome 4
- Lire la chronique du tome 5
- Lire la chronique du tome 6

[1Pour rappel : la Guerre du Saint Graal oppose sur un mode de Battle Royale sept équipes, constituées d’un Master, un mage, et d’un Servant, une incarnation d’un esprit héroïque, auxquels peuvent se joindre d’autres soutiens.
Les Servants et leurs Masters, avec indication des identités connues des Servants au tome six :
- Saber [Arturia Pendragon]. Master : Kiritsugu Emiya, soutenu par Irisviel von Einzbern,
- Lancer [Diarmuid Ua Duibhne]. Master : Kayneth El-Melloi Archibald, soutenu par Sola-Ui Nuaba-Re Sophia-Ri,
- Archer [Gilgamesh]. Master : Tokiomi Tohsaka,
- Rider [Alexandre le Grand]. Master : Waver Velvet,
- Berserker [inconnu]. Master : Kariya Matou,
- Caster [Gilles de Rais]. Master : Ryûnosuke Uryû ,
- Assassin [Hassan-i Sabbah]. Master : Kirei Kotomine.

[2Rappelons que Fate/Zero est une préquelle au titre Fate/stay night.

[3Light novel : petits romans d’aventure feuilletonnants, souvent illustrés, simple formellement, très populaires au Japon, notamment auprès du jeune public.

  Un commentaire ?