Fate/Zero T8 & T9 - Par Shinjirô & Gen Urobuchi - Ototo

29 octobre 2015 0 commentaire
  • Saber, Rider et Lancer s’unissent pour venir à bout de la créature de Caster et sauver la ville de la destruction. Puis la guerre reprend son cours, nous rappelant que les héros ne sont pas les seuls de la partie. Héroïsme et traîtrise : un programme classique terriblement efficace.

Ces nouveaux tomes alternent de façon radicale les deux grandes perspectives de la série. D’un côté les Servants, résurrections de héros de légende, luttant avec fougue et honneur au nom de leur propre conception de la justice ; de l’autre, les Masters, les magiciens œuvrant dans l’ombre, préparant leurs stratégies et leurs pièges avec patience et minutie.

Fate/Zero T8 & T9 - Par Shinjirô & Gen Urobuchi - Ototo

Alliés de circonstance, chaque couple de Servant et de Master fait des étincelles mais trouve un équilibre à travers des compromis ou des intérêts communs. Parmi eux, le couple constitué de Saber, le noble roi Arthur de Bretagne, et de Kiritsugu Emiya, l’implacable « tueur de mages », semble le plus mal assorti !

Une anti-symétrie parfaite dans leur cas qui s’exprime pleinement à travers ces tomes. Tout d’abord dans un un premier acte consacré à la lutte contre le monstrueux Caster, qui n’est autre que Gilles de Rais, compagnon de Jeanne d’Arc, qui fut accusé de diverses atrocités et de sorcellerie, et dont la figure historique se confond dans certaines traditions avec celle de Barbe Bleue !

Dans le but de rendre hommage à la création de Dieu, Caste -qui n’a jamais manifesté d’intérêt pour la Guerre du Saint Graal- a usé de ses pouvoirs pour invoquer une créature aussi monstrueuse que gigantesque dans le but d’apporter la destruction et la mort.

Pour vaincre cette abomination les Servants de classe chevalier, fidèles à leur réputation de protecteur de la population, s’allient mais doivent bientôt se rendre à l’évidence qu’ils ne peuvent que la ralentir, à peine. Seule Saber possède le pouvoir de la pourfendre et Lancer décide, dans un geste aussi noble que peu stratégique, de la libérer de la malédiction qu’il lui avait portée.

Retrouvant l’usage de sa main droite, notre héroïne dévoile enfin aux yeux de tous les pouvoirs incommensurables de son Noble Phantasme, l’épée de la victoire promise, Excalibur, qui terrasse Caster et sa créature lors d’une séquence aussi héroïque d’épique.

Saber terrassant le mal, net et sans bavure
© Gen Urobuchi / TYPE-MOON / Shinjirô - Kadokawa Shoten

Suite à quoi la Guerre du Saint-Graal reprend ses droits, avec désormais plus que cinq Servants en lice : Saber, Lancer, Rider, Berserker et Archer. Pour Saber et Lancer le temps de leur revanche arrive enfin, et c’est avec une joie mêlée à un respect commun qu’ils reprennent leur duel interrompu au tome trois.

Cependant rien ne va se dérouler comme les deux héros l’espèrent : Kiritsugu va appliquer son plan, aussi terrible qu’efficace, basé sur la manipulation, le mensonge et le meurtre, menant à la mort de Lancer et de ses Masters, une défaite indigne et traître qui glace Saber d’horreur !

Cette séquence aussi surprenante que violente permet d’amorcer l’exposition de la haine de Kiritusgu pour les héros et la guerre, et chez Saber, pour la première fois, de commencer à discerner le puissant désir de « Justice » qui se cache derrière cette face insensible d’assassin.

Le reste du récit de ces tomes se partage entre les tourments de Kariya Matou, Master de Berserker, défait une première fois par Tokiomi Tohsaka, dont le désir de vengeance l’entraîne dans une haine et une folie toujours plus profonde ; et l’opération de séduction d’Archer envers Kotomine, prêt désormais à trahir son maître pour enfin se laisser aller à ses désirs obscurs.

Une lecture qui s’avère toujours aussi passionnante, où l’héroïsme le plus pur se trouve confronté à une froide cruauté, parfois calculatrice, d’autres fois empreinte de folie, où le désir de justice se perd dans l’implacabilité de la Guerre du Saint-Graal, un Survival qui n’offrira sa récompense qu’à ceux qui survivront, et peu importe les moyens !

Pour Kiritsugu, tuer est un mal nécessaire pour obtenir la victoire. Il faut donc éliminer ses adversaires le plus efficacement, à moindres frais et en un minimum de temps.
© Gen Urobuchi / TYPE-MOON / Shinjirô - Kadokawa Shoten

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Fate/Zero T8 & T9. Par Shinjirô (dessin) & Gen Urobuchi (histoire originale). Traduction Nicolas Pujol. Ototo, collection "Seinen". Sortie le 9 juillet 2015 & le 16 septembre 2015. 180 pages. 7,99 euros.

Commander le tome 8 chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 9 chez Amazon ou à la FNAC

Fate/Zero sur ActuaBD :
- Lire la présentation de la saga Fate/ et du tome 1
- Lire la chronique du tome 2
- Lire la chronique du tome 3
- Lire la chronique du tome 4
- Lire la chronique du tome 5
- Lire la chronique du tome 6
- Lire la chronique du tome 7

  Un commentaire ?