Fête de la BD à Bruxelles : la concorde (re)trouvée

9 septembre 2012 2 commentaires
  • C'était la quatrième édition de la fête bruxelloise de la bande dessinée, autour de laquelle tous les acteurs du neuvième art se sont retrouvés. Avec le rapatriement marquant du "chaînon manquant"(sic) : le Festival de Saint-Gilles.

Nous avions été sceptiques lorsque Charles Picqué, président de la région de Bruxelles-Capitale, nous avait expliqué qu’il espérait que "l’année de la bande dessinée initié en 2009 ne soit qu’un premiers pas pour un projet collectif de promotion de la bande dessinée !".

Fête de la BD à Bruxelles : la concorde (re)trouvée
S’il n’y avait pas des albums offerts comme en 2010, le chaland pouvait néanmoins découvrir de nouveaux héros dans le coin dédié à la lecture

Trois ans plus tard, il faut reconnaître que le projet perdure, et est même parvenu à rassembler toutes les personnes qui travaillent de près ou de loin pour le neuvième art. Alors que c’étaient des navettes qui amenaient auparavant les visiteurs du site vers le festival de Saint-Gilles, c’est maintenant ce même festival qui a rejoint la fête de la bande dessinée, plaçant ainsi cette édition sous le signe de la concorde.

Ce rassemblement peut sembler anodin, mais c’est pourtant la triste particularité des acteurs bruxellois de tous prêcher pour leur chapelle, anhiliant ainsi précédemment tout effort commun de faire d’un festival de Bruxelles un pôle incontournable de la bande dessinée, comme peut l’être Angoulême ou Saint Malo.

Des originaux de Schultz étaient présentés
L’année dernière, outre les défilés de cosplay, on retrouvait différents personnages fort bien costumés

S’il est donc réjouissant de voir tout le monde cohabitant sous le même toit (de tente), on n’est néanmoins encore très loin d’atteindre le professionnalisme des autres villes précitées, et il faudra dans le futur transformer cette concentration de professionnels en un événement à l’esprit unique, capable de draîner les foules.

Quoiqu’il en soit, ne boudons pas notre plaisir ! Si nous titrions il y a deux ans que Bruxelles fêt[ait] timidement la BD, le temps d’un week-end, le fait de voir cette année ces amateurs et professionnels réunis sous le soleil juste devant le palais royal faisait chaud au coeur. Et cela laisse à penser qu’avec quelques moyens complémentaires, la capitale belge pourrait dans quelques années obtenir un réel festival à la hauteur du rôle qu’elle a joué et qu’elle joue encore dans la promotion et la production de bandes dessinées.

Les amateurs de bande dessinée trouvaient également quelques perles rares auprès des divers vendeurs spécialisés qui étaient présents.
Le Musée Tintin était présent, ainsi que les Schtroumpfs de Peyo


La Balloon Parade regroupe différents types de ballons, mais également des groupes ’folkloriques’ de tous les horizons
Si le républicain Geluck devait sourire de voir son chat plâner devant le palais royal, nul doute que le roi lui-même devait s’étonner de ce qui se déroulait à ses pieds.
Au BIP, on peut encore et toujours admirer les très ’remarquables’ planches de Tibet, choisies par Vandermeulen...
... et le regard propre de Vandermeulen sur les planches de Ric Hochet

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

notre article résumant les activités de la Fête de la BD 2012.

 
Participez à la discussion
2 Messages :