Flamingo - Round 3 - par Blengino et Scampini - Delcourt

16 novembre 2007 0 commentaire
  • La question, posée dans la chronique des deux premiers tomes, était de savoir si cette série sur la boxe allait tenir les 8 rounds prévus. Pour ce troisième, en tout cas, la réponse est largement positive.

Dans ce troisième tome “Le dernier légionnaire“, la recherche de l’assassin de son ami Hassam par le jeune boxeur Malik est mise un peu à l’écart pour mettre au premier plan un autre personnage : Luciano Risso, aussi boxeur au Flamingo. Ce dernier n’avait jusqu’ici pas joué de rôle très important dans la trame principale et il s’avère être beaucoup plus complexe que ce que l’on aurait pu penser. Gros bras au service de la Mafia italienne, boxeur au service de trafiquants russes, Luciano Risso n’en peut plus d’être la marionnette de tout ce monde et regrette bien trop souvent ce bateau qu’il aurait dû prendre une dizaine d’année plus tôt, lorsqu’il tentait de fuir la France recherché par la police. Un paquebot qu’il n’a pas pris suite à une rencontre avec le père de Malik alors à la recherche de boxeurs pour sa nouvelle salle. Pour les beaux yeux d’une prostituée dont il assure la protection pour les italiens, Risso va basculer le cours des choses et transformer son destin…

Flamingo - Round 3 - par Blengino et Scampini - Delcourt
Flamingo - Round 3 - par Blengino et Scampini - Delcourt

Ce troisième round, toujours proposé par les scénaristes Luca Blengino et Luca Erbetta, se veut plus intime et psychologique que les deux premiers. Le dessin de Cristian Cari Scampini s’avère même plus réussi que pour les deux premiers tomes. Idem pour les couleurs de Vincenzzo Ricardi qui casse avec ses teintes monochromes usées dans les deux tomes précédents aux bénéfices de couleurs plus vives. En résumé, un excellent album, où les auteurs malgré le timing serré de parution de la série, ont su corrigé les erreurs des deux premiers volumes et dont l’histoire plaira à tous ceux qui ont aimé l’excellent film “One Million Dollar“ de Clint Eastwood. Vivement les prochains rounds.

(par Olivier Wurlod)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?