Florence Cestac remplace Franck Bondoux à la direction du Festival d’Angoulême

1er avril 2016 25 commentaires
  • Cela n'aura pas traîné ! À peine nommé, le médiateur d'Angoulême, Jacques Renard, préconise de féminiser la direction du festival. Exit Franck Bondoux et son équipe : c'est une équipe totalement féminine qui prend la direction du FIBD dont la direction a été confiée à Florence Cestac. Elle s'est adjointe Chantal Montellier au secrétariat général des Grands Prix.

Le président de la section BD du Syndicat National de l’Édition Guy Delcourt voulait que les choses aillent vite, elles ont été vite. Quelques jours à peine après la démarche des éditeurs, un médiateur a été nommé par la ministre de la culture Audrey Azoulay. Il s’agit de Jacques Renard, ancien membre du cabinet de Jack Lang et grand défenseur des auteurs-interprètes.

Encore fallait-il partir à la pêche d’une bonne solution. La surprise, c’est qu’il connaissait déjà très bien le dossier et ayant secrètement rencontré les différentes parties, lesquelles avaient déjà depuis longtemps un "plan B", il accepta d’emblée l’idée avancée par le Président Hollande sur le conseil de son ami Joann Sfar : celle de mettre à la tête du FIBD un ancien Grand Prix d’Angoulême en 2000, d’ailleurs la seule personnalité féminine de l’Académie des Grands Prix enterré par Franck Bondoux. Elle a immédiatement déclaré le rétablissement de l’académie des Grands Prix, Chantal Montellier en étant déclarée la secrétaire perpétuelle avec comme objectif de rétablir à terme la parité dans cette vénérable institution.

La dessinatrice (et ancienne éditrice de Futuropolis) a annoncé d’emblée que la grande exposition de la prochaine édition serait Comix Creatrix, la grande exposition réunissant 100 grands auteurs féminins de la BD en ce moment exposée à Londres. "La parité sera partout, a-t-elle déclaré : dans tous les jurys et dans toutes les présélections."

Quant à Franck Bondoux, il ne faut pas s’inquiéter pour lui : il a d’ores et déjà pris en charge un autre événement d’ampleur internationale : Mister National, un concours qui ouvre la voie à Mister World, à laquelle il espère donner la dimension internationale qu’il mérite.


QUOI ? IL N’EST PAS FRAIS MON POISSON ?

Et oui, beaucoup d’entre vous ont observé que nous étions le 1er avril, le jour des farces et chaque année, nos lecteurs le savent, nous produisons quelques poissons.

Plusieurs de nos informations d’aujourd’hui avaient le fumet d’un hareng saur...

Nous demandons aux victimes de ces plaisanteries de bien vouloir nous excuser. Idem pour les agences de presse et les chers collègues qui reprennent nos dépêches (à la ligne).

La rédaction d’ACTUABD.com

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

 
Participez à la discussion
25 Messages :