Florence Cestac : une rentrée en fanfare !

16 septembre 2016 2 commentaires
  • « C’est mon année ! » nous dit-elle lors de l'inauguration de son exposition, hier soir à la Galerie Martel à Paris. Et de fait, en cette rentrée, Cestac fait l’actualité, avec deux ouvrages : une nouveauté, « Filles des Oiseaux », une réédition : « Harry Mickson » (l’une et l’autre chez Dargaud) et une exposition-vente de ses planches à la prestigieuse galerie Martel à Paris.
Florence Cestac : une rentrée en fanfare !
Yves Frémion : "J’ai été le premier éditeur de Cestac, dans mon fanzine Le Petit Mickey qui n’a pas peur des gros."
Ph. D. Pasamonik (L’Agence BD)

Si Flaubert était Madame Bovary, Florence Cestac est-elle Harry Mickson, son premier personnage-fétiche créé pour les éditions Futuroplis ? Elle en a le nez rond et le physique rigolo, mais elle vaut bien plus que cette parodie de privé gaffeur. On pourrait croire que son dessin est une aimable démarque de l’univers graphique américain, situé entre le Segar de Popeye et le Floyd Gottfredson de Walt Disney…

« Filles des Oiseaux », de Florence Cestac (Ed. Dargaud)

Ce n’est pas faux, mais l’examen des planches exposées à la galerie Martel jusqu’au 15 octobre nuance le propos, à y regarder de près : On y voit, derrière le coup de pinceau rond, des influences franco-belges dans la qualité de sa documentation et dans son approche narrative, et puis un peu de l’underground de Crumb dans la façon rigolarde d’appréhender la réalité.

Harry Mickson & Co, l’intégrale (Ed. Dargaud)

Cestac, vous connaissez, forcément : c’est Le Démon de Midi avec Michèle Bernier, une pièce de théâtre puis un film à succès tiré de sa BD éponyme. Mais à considérer la production de celle qui fut la créatrice des éditions Futuropolis aux côtés d’Étienne Robial, qui compte près de cinquante albums au compteur dont certains signés Daniel Pennac, Tonino Benacquista ou Jean Teulé, celle qui fut la seule femme à avoir jamais remporté le Grand Prix du Festival International d’Angoulême en 2000, celle enfin qui créa le Prix d’humour Charlie Schlingo, on voit se dégager des cohérences.

Elle affiche un certain nombre de motifs récurrents : un féminisme affirmé face à l’attitude beauf-macho de certains hommes, un amour de la bande dessinée et des littératures de « mauvais genre », comme le polar.

Elle y exerce aussi un regard acéré, enjoué, sarcastique sans être jamais méchant, certes empreint de nostalgie pour cette France de naguère, mais toujours critique, également porteur des valeurs d’une génération qui a connu la liberté sexuelle, la politisation passionnée de Mai 68 et les espoirs d’une gauche arrivant au pouvoir.

Florence Cestac, hier, à la Galerie Martel
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Elle revient lors de cette rentrée sur un thème qu’elle avait déjà exploité avec René Pétillon dans Super-Catho : les institutions religieuses.

Filles des Oiseaux (Ed. Dargaud), un récit d’inspiration autobiographique, explore le destin de deux jeunes filles dans un pensionnat de bonnes sœurs dans la France des années 1960. C’est drôle, d’actualité (les religieuses, ces autres femmes voilées…) et, comme toujours chez Cestac, cela ne se prend jamais au sérieux.

« Filles des Oiseaux », de Florence Cestac (Ed. Dargaud)
« Filles des Oiseaux », de Florence Cestac (Ed. Dargaud)

Idem dans l’intégrale Harry Mickson & Co (publication en octobre) qui reprend ses plus anciens travaux, une parodie des romans et des bandes dessinées de genre bien caractéristique des années 1980. Avec ce bonus : on voit comment son style, répondant aux maquettes noires d’Étienne Robial perd une certaine plasticité poseuse au profit du seul plaisir de dessiner et de rire.

Harry Mickson l’intégrale (Ed. Dargaud)
Documents

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

Commander Harry Mickson l’intégrale chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC
-  Le site de la Galerie Martel où Florence Cestac expose du 16 septembre au 15 octobre 2016. Pour l’occasion, la dessinatrice sera en dédicace le samedi 17 septembre de 15 h à 18 h. Le vernissage de l’exposition aura lieu, quant à lui, le jeudi 15 septembre à partir de 18 h 30.
-  Le site de Florence Cestac

 
Participez à la discussion
2 Messages :