Francesca Murphy ! - Par Thomas Gosselin - Atrabile

12 novembre 2020 0
  • Fausse autobiographie et faux récit de science-fiction masquant un tour de force littéraire, l'album "Francesca Murphy !" confirme une nouvelle fois l'inventivité graphique et surtout les qualités d'écriture de Thomas Gosselin.

Qui est Francesca Murphy ? Difficile de le dire avec certitude. Curieuse, bavarde, rêveuse, indépendante, téméraire, changeante, elle est l’héroïne et la commentatrice de sa propre vie. Elle prêche le faux et le vrai, parcourt le temps et l’espace, invente et se réinvente en permanence. Elle incarne l’instabilité et reste pourtant fidèle à quelques principes et à ses souvenirs. Elle doit tout cela à son créateur - son « découvreur » ? - Thomas Gosselin.

Francesca Murphy ! - Par Thomas Gosselin - Atrabile
Francesca Murphy ! © Thomas Gosselin / Atrabile 2020

Francesca Murphy ! est la cinquième bande dessinée de Thomas Gosselin chez Atrabile. Toutes ont pour point commun une écriture recherchée et complexe - ce qui ne signifie pas difficilement lisible. Ce nouvel ouvrage ne fait pas exception et prolonge même les expériences débutées en particulier dans Sept Milliards de chasseurs-cueilleurs (2013) et Lettres d’amours infinies (2018) : une narration organisée en sauts, allers et retours, liens tacites et effets d’écho.

Francesca Murphy ! © Thomas Gosselin / Atrabile 2020

À chaque fois que le regard de Francesca rencontre une vitre ou une glace, qu’il s’agisse de celle d’une fenêtre ou d’un miroir, son histoire change de direction. Son esprit et son corps sont-ils avalés par une nouvelle dimension dès qu’elle aperçoit son reflet ? La clé n’est jamais fournie. Elle importe d’ailleurs peu. Car ce sont bien davantage les bonds qu’elle réalise, plus que le sens général de sa vie, qui la rendent si extraordinaire.

Le lecteur se familiarise avec Francesca par à-coups. Son enfance, son adolescence et sa vie de femme sont dévoilées dans un ordre apparemment aléatoire. Chaque âge, chaque époque, chaque lieu étoffe un peu plus sa personnalité, affirme son indépendance d’esprit, son appétit pour la vie, son humour. Les questions se bousculent. Des réponses sont données. Pas toutes cependant, même après plusieurs lectures.

Francesca Murphy ! © Thomas Gosselin / Atrabile 2020
Francesca Murphy ! © Thomas Gosselin / Atrabile 2020
Francesca Murphy ! © Thomas Gosselin / Atrabile 2020

Comment un tel récit biographique, morcelé, parcellaire et affranchi des structures chronologiques habituelles, peut-il « tenir » ? Comment des liens ténus parviennent-ils à maintenir un équilibre et une cohérence suffisants pour rendre l’histoire et son personnage aussi déconcertants qu’intrigants ? Tout l’art de Thomas Gosselin réside dans ce mystère.

Francesca Murphy ! © Thomas Gosselin / Atrabile 2020

Des pistes peuvent être envisagées. Le dessin, en premier lieu, participe à la fois du trouble et de l’unité. Vif et souvent détaillé, au trait un peu anguleux voire parfois cassé, il mêle la simplicité et l’abondance des formes à la déstructuration des espaces. Les perspectives sont souvent chamboulées, comme dans un monde constamment remis en cause, au bord de l’abîme. Les couleurs dominantes changent à chaque « chapitre » - ceux-ci ne sont jamais matérialisés - c’est-à-dire à chaque fois que Francesca effectue un saut dans le temps. Une continuité se crée pourtant, grâce au relâchement, feint, de l’ensemble et aux compositions généralement très sobres.

Francesca Murphy ! © Thomas Gosselin / Atrabile 2020

L’écriture, ensuite, est le principal ciment de Francesca Murphy !. Extrêmement travaillée, aussi bien pour le contenu des différents épisodes de cette biographie imaginaire que pour le style des dialogues et des récitatifs, elle se distingue par une précision presque affectée et un rythme fondé sur le contretemps - les scènes les plus rapides s’accompagnant souvent des textes les plus denses. Elle permet de donner une existence quasiment palpable à Francesca tout en créant une distance propre à rappeler que l’objet littéraire ne doit jamais être confondu avec la réalité. Les personnages donnent ainsi l’impression de déclamer leurs dialogues. Ce n’est pas le résultat d’une maladresse ou d’une lourdeur, mais de la volonté de souligner que la bande dessinée demeure avant tout un artefact. Ceci étant posé, tout est alors permis.

Et l’auteur peut donner libre cours à son imagination et sa fantaisie. Il peut jouer avec ses références et associer ses idées sans contrainte. Il peut imaginer un monde tout en distillant le nôtre en son sein. Il peut, surtout, inventer cent histoires en une.

Francesca Murphy ! © Thomas Gosselin / Atrabile 2020
Francesca Murphy ! © Thomas Gosselin / Atrabile 2020
Francesca Murphy ! © Thomas Gosselin / Atrabile 2020

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?