François Avril : l’urbanisme poétique

  • Ayant récemment ouvert sa galerie à Bruxelles, Champaka se devait de nous présenter les œuvres d'un artiste qu'elle met en avant depuis plus de 15 ans : François Avril. Une occasion rare de pouvoir s'immerger dans une dimension poétique très particulière.

François Avril : l'urbanisme poétiqueOuverte depuis quelques mois, la galerie Champaka a tout naturellement mis à l’honneur des auteurs depuis longtemps appréciés, tout en maintenant un lien avec l’actualité. C’est ainsi qu’on avait déjà pu admirer le travail de Yslaire, les visions déformées de François Schuiten ainsi que les portraits new-yorkais de Miles Hyman. Actuellement, c’est une nouvelle exposition sur François Avril qui est mise à l’honneur.

De la bande dessinée à la peinture

Après quelques albums de bande dessinée, François Avril s’est résolument orienté vers l’illustration, aussi bien pour la jeunesse que pour la presse. Son style s’est progressivement détourné du réalisme pour donner une vision plus poétique à ses œuvres. Traduisant en particulier des ambiances urbaines, Avril aime dépeindre des villes aussi différentes que Paris, Bruxelles, New-York, mais également Tokyo.

Ce sont d’ailleurs ces quatre cités aux charmes particuliers qui donnèrent le titre du recueil publié chez Champaka en 2006. Avec ses personnages graciles et ses ambiances délicates, il parvient à capter toute l’âme d’un lieu anodin ou d’une séquence banale. Son trait inspire légèreté et envol. Grâce à son style abstrait, on se perd d’autant mieux dans ses compositions qu’on croit toujours y retrouver un lieu connu, mais ses transpositions n’ont finalement pour seul but que d’emmener le spectateur en promenade.

Cities : les différences de ton

Si toutes les œuvres présentées dans cette exposition Cities sont récentes et inédites, elles prolongent pourtant la recherche perpétuelle que François Avril opère sur notre quotidien. Son style est personnel et marqué, mais il demeure pourtant multiple pour soigner ou mélanger au mieux ses effets, afin de faire ressortir de nouveaux sentiments ou de s’égarer sur des chemins de traverses.

Les amateurs de François Avril apprécieront certainement ses compositions où des personnages-fourmis déambulent dans ces paysages élégamment verticaux, les traits fins se disputant aux masses colorées, les mélanges de noir et blanc dans lesquels ombre, lumière et fenêtres donnent un caractère mystérieux au paysage urbain, soulignant la verticalité de nos immeubles tendus vers le ciel, parfois impersonnels et écrasants dans leur course au sommet.

La couleur est certainement un des grands ’leviers’ de l’artiste : tout d’abord et tout simplement par son absence ; puis, par sa présence, discrète ou non, qui attire le regard sur un détail ou pour embraser la scène.

Si Cities aurait pu se satisfaire de ses seules vues urbaines, c’est avec beaucoup de plaisir que certaines représentations d’espaces verts apportent une heureuse note discordante dans cet ensemble. La forme des arbres de François Avril apporte de la fraîcheur à la promenade du badaud que les toits des immeubles les surveillent de loin, comme des institutrices attendant que le moment de récréation se termine pour accaparer à nouveau les enfants.

Au cœur de Bruxelles, cette exposition de François Avril est donc sans nul doute une étape où il faut s’arrêter cet été. Dans le cadre moderne de ses murs blancs qu’une verrière et une balustrade rendent soudain plus romantique, le lieu sert au mieux les sentiments de l’artiste : apaisement et envolée poétique dans des villes bien moins étouffantes que ce que l’on pourrait croire.

Rehauts

Le Rehaut est une création originale consistant à souligner ( à l’aquarelle ou au pastel) un dessin préalablement reproduit grâce aux techniques d’impression numérique. C’était Christian Desbois qui appliqua le premier cette technique aux œuvres d’Enki Bilal. La galerie Champaka collabore donc avec la galerie Christian Desbois pour offrir en exclusivité ces nouvelles visions complémentaires.

En effet, chaque Rehaut est donc à la fois une pièce rare issue d’un tirage très limité, mais également une œuvre originale, portant la patte-même de l’artiste, donnant une autre dimension à son travail.

Ici, François Avril a choisi de mettre en valeur une très belle scène, intitulée 111 Christian Ave. Deux dessins ci-dessous vous permettent d’admirer les différences apportées par l’auteur. D’autres exemplaires sont visibles sur le site de la galerie.

Deux visions d’un même regard

Après François Avril, ce sera au tour de Chaland d’être mis à l’honneur dans la galerie. Un retour aux sources pour Champaka, dont il s’agit d’un des premiers auteurs édités, et également une belle façon de lancer à sa manière les prochaines rencontres de Nérac dont ActuaBD est partenaire et dont nous vous reparlerons prochainement.

Par la suite, suivront encore des expositions consacrées à Loustal, Ever Meulen, Joost Swarte… De beaux moments à venir !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander le recueil Champaka des dessins de François Avril, Paris-Tokyo-New-York-Bruxelles, chez Amazon ou à la FNAC

Exposition-vente de dessins originaux et de toiles de François Avril à la Galerie Champaka à Bruxelles, du 10 juin au 18 août 2010.

Galerie Champaka
• Mardi à samedi : 11h00 à 18h30
• Dimanche : 10h30 à 13h30 et sur rendez-vous
27, rue Ernest Allard
B-1000 Bruxelles
Tel : + 32 2 514 91 02
Fax : + 32 2 346 16 09
E-Mail : sablon@galeriechampaka.com

Toutes les œuvres sont © François Avril/Champaka.com.
Photographies : © CL Detournay

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Le Rehaut est une création originale consistant à souligner ( à l’aquarelle ou au pastel) un dessin préalablement reproduit grâce aux techniques d’impression numérique.

    Le Rehaut est surtout une astuce commerciale douteuse qui permet de vendre une reproduction au prix d’un original alors que l’auteur n’a que customisé la repro en quelques minutes, comme on dessine au stylobille des moustaches à la speakerine en couverture du Télé-Moustique ou du Télé7jours (technique que Bilal a beaucoup pratiqué sur des photos pour des journaux gogo comme Télérama).

    Répondre à ce message

    • Répondu par JF. le 26 juin 2010 à  20:18 :

      Dans le cas qui nous occupe, rehaut n’est pas vraiment le terme adéquat.
      Ici Avril a réalisé une vraie peinture originale sur chacun des 11 exemplaires de la série... En clair, le tableau que l’on voit en vitrine de la galerie, est une vraie peinture originale de format A4 qui a pris bien plus que "quelques minutes" à son auteur. Et puis d’abord, depuis quand la qualité d’une oeuvre se mesure t’elle au temps que l’auteur a passé dessus ?
      Pour avoir vu ces "rehauts" d’Avril, je dois avouer que j’ai été charmé par le côté astucieux de la chose. L’objet est grand, très grand, décoratif, beau, et somme toute relativement abordable.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Basil Sedbuk le 26 juin 2010 à  22:46 :

      L’anonyme qui a laissé ce commentaire a sans doute oublié de se renseigner sur la réalité de ce rehaut (qui mesure 89 cm X 119 cm). Il sort du cadre habituel du rehaut et contient sur chaque exemplaire un véritable dessin original (dans le cadre exposé dans la galerie, voir sur ce point les deux exemples montrés dans l’article). Chacun de ces dessins originaux est de la taille environ d’un A4. On est donc loin des moustaches et des customisations en quelques minutes et plus proche de la mise en abyme d’un original qui justifie largement le prix au vu des prix d’originaux de l’artiste.

      Répondre à ce message

  • C’est splendide ! Heureusement qu’Avril s’est détourné de la BD. Son sens de la composition picturale et de la forme n’auraient pas pu s’épanouir de la sorte. Là, il est libre.

    Répondre à ce message

  • François Avril : l’urbanisme poétique
    28 juin 2010 09:30, par mikekafka

    Le Rehaut est une création originale (retouche) consistant à souligner ( à l’aquarelle ou au pastel) un dessin préalablement reproduit grâce aux techniques d’impression numérique (copie)

    Le rehaut, ne soyons pas hypocrite, est une retouche sur une copie
    Pour moi il s’agit plus d’un procédé commercial que d’une oeuvre originale...

    J’ai beaucoup de respect et d’admiration pour le travail de Mr Avril, moins pour certains procédés commerciaux

    Répondre à ce message