François Hollande cerné par les zombies

17 juillet 2014 0 commentaire
  • Le spin-off de "Zombies" nous entraînent dans les premières heures de la pandémie : comment le virus s'est-il répandu ? Comment les gouvernements ont perdu les pédales ? Comment ont réagi les hommes de pouvoir et de terrain ? Un one-shot aussi dense que maîtrisé qui alimente déjà la chronique politique.

Si vous êtes amateur de récit post-apocalyptique et que vous n’avez pas encore lu la série-mère Zombies, voilà un oubli qu’il vous faudra corriger cet été. Rappelons que la Terre a été infecté par un virus, et que les morts-vivants ont gagné la première bataille. Mais quelques poches de résistance s’organisent.

Alors que le premier cycle de la série-mère s’est terminé sur une excellente note, le scénariste Olivier Peru nous annonçait la création de Zombies Néchronologies : "Cette série de one-shots pourra se lire n’importe quand par rapport à la série mère (avant, pendant ou après). [...] Nous passerons par Paris, Genève, Stockholm et l’Asie à différents moments de la contagion. Ces albums se dérouleront parfois sur de longues périodes, ils seront un peu comme un journal de bord de l’épidémie, au travers des personnages qui y font face."

François Hollande cerné par les zombies

Ce premier one-shot de Zombies Néchronologies nous entraîne donc à Paris. Le virus a transformé la capitale française en bombe à retardement. Un exode massif jette des milliers de gens sains et de zombies sur les routes. L’horreur embrase l’Europe et aucune nation ne parvient à y faire face.

Charles, garde du corps expérimenté de l’Élysée, doit protéger le chef de l’État coûte que coûte... Mais sa mission a-t-elle encore un sens ? L’idée même de la République et un président (en l’occurrence le président François Hollande) qui ne mérite pas qu’on le sauve valent-ils plus que sa propre vie ? Ce combattant expérimenté va donc devoir choisir sa bataille...

Une fois de plus, Olivier Peru prouve qu’il est un excellent scénariste. Son récit prend le postulat éprouvé de suivre un homme pendant l’évolution de la situation. Ce style (poussé à l’extrême dans le roman World War Z) démontre une nouvelle fois son efficacité, lorsqu’il est soutenu par une écriture intelligente.

Au travers des yeux d’un homme qui perd progressivement toutes ses valeurs et tous ses points de repères, le lecteur s’identifie à cette recherche de soi, et dans la quête de nouveaux objectifs de vie dans un monde qui devient fou. Tout comme le héros que l’on suit, on peine à comprendre où va nous conduire le début du récit ; puis chaque élément prend sa place, pour clôturer le one-shot en un album savamment construit.

La seconde partie du récit prend les aspects d’un road-movie, avec ses rencontres fugaces ou plus ancrées...

Les dimensions d’horreur et de survie ne sont pas les uniques ressorts de Zombies Néchronologies. Ce premier tome se double d’une réflexion politique, qui critique très durement notre mode de représentation, tout en faisant la part belle à l’anarchisme. Les présidents Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande sont bien égratignées par ce récit, en particulier ce dernier qui devient malgré lui l’un des personnages central du one-shot.

Est-ce que l’auteur peut-être mis en cause, alors qu’une ancienne représentante du Front National vient d’être condamnée à la prison ferme pour avoir insulté Christiane Taubira, la ministre de la justice ? Le Figaro pose la question ce matin.

Quant au dessinateur Nicolas Petrimaux, on peine à croire qu’il s’agit ici de son premier album ! Excepté une contribution à un Doggybags chez Ankama, son premier tome est un coup d’éclat, prouvant qu’il a compris l’intensité qui se dégageait de la série-mère. Ses dessins sont d’une grande netteté, et l’influence Comics plus prononcée que dans le cas de Sophian Cholet (le dessinateur de Zombies), renforce l’héritage US qui ne cesse d’inspirer la bande dessinée française actuellement.

Le nouveau groupe constitué tente de gagner Genève, une des dernières poches de résistance de l’Europe. Mais faudra-t-il se battre contre les zombies, ou contre les hommes pour sauver sa vie... ?

Petit regret à propos de la couverture de l’ouvrage signée Cholet (assisté par Julie Rouvière) : si l’on comprend l’intérêt de relier ce spin-off à la série-mère, son illustration renforce le sentiment de récit futile privilégiant le grand spectacle à la réflexion de fond. Un propos à l’opposé de celui animé par les personnages si bien mis en scène dans ce récit.

Concernant la suite de Zombies, le scénariste commun Olivier Peru en annonce la suite : « Il y aura le tome 4 dessiné par Sophian [Cholet]. Puis, je pense qu’en 2015 nous sortirons le 2e Néchronologies et le tome 5 de Zombies. L’idéal serait de sortir un album de chaque série par an et de nous amuser le plus possible, tant qu’on a de bonnes idées et des lecteurs qui nous suivent. »

Avec la qualité de ce premier tome, nul doute que la série est promise à un avenir... ravageur !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Zombies Néchronologies T1 : Les Misérables - Par Peru & Petrimaux - Soleil

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Sur le même sujets et par le même scénariste lire nos autres articles concernant Zombies :
- notre analyse du tome 3 qui clôt le premier cycle des 4 albums de Zombies : Morts-vivants à tous les étages
- la chronique du tome 2
- une récente interview d’Oliver Peru : « Il est très difficile d’innover avec "des morts qui veulent manger des vivants" » (janv 2014)
- une autre interview d’Oliver Peru : « Mon esprit aime se promener dans les univers fantastiques »

Lire les premières planches de l’album

  Un commentaire ?