Frangins – Par Max de Radiguès – Sarbacane

31 août 2011 4 commentaires
  • Deux jeunes garçons qui se détestent se retrouvent contraints et forcés de passer des vacances ensemble. La raison ? Leurs parents sont amoureux… Alors les voici « quasi-frères ». Max de Radiguès raconte avec pertinence cette histoire de famille recomposée et d’entrée dans l’adolescence.

Hugo, 13 ans, adolescent sensible et rêveur, se réjouit de partir en vacances avec son père. Ce qui lui plait moins, c’est d’apprendre que ces vacances se dérouleront en compagnie de Valérie, la nouvelle copine du paternel, et de son fils Michel, 14 ans. C’est qu’entre les deux ados, l’ambiance est à l’orage. Tout oppose Hugo et Michel, à commencer par leurs tempéraments. Les parents ont flairé les tensions et poussent leurs enfants à mieux se connaître. Envoyés en balade, ils trouvent une voiture abandonnée. Ce sera le point de départ d’une étonnante journée, où Hugo et Michel vont vivre des événements qui vont les rapprocher.

Frangins – Par Max de Radiguès – Sarbacane
Un extrait de "Frangins"
© Max de Radiguès - Sarbacane

Ceux qui suivent les livres et fanzines de Max de Radiguès [1] le savent : il a une prédilection pour l’adolescence. Dans son récent projet « L’Age dur », il n’était question que de ça. Pour « Frangins », Max de Radiguès trouve les mots justes, et plus difficile encore les silences justes, pour retranscrire l’état d’esprit de deux garçons dans des phases très différentes de leur transition vers cet âge compliqué.

La simplicité graphique de l’album (gaufrier de six cases et aucun trait superflu) concourt à l’évidence de l’histoire. Si vous êtes un adulte, la lecture de « Frangins » vous évoquera sans aucun doute les émois et sentiments enfouis de votre adolescence. Si vous êtes un adolescent, l’album vous parlera tout simplement… de vous. Brillant.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

A propos de Max de Radiguès, sur ActuaBD :

> « Dans "L’Âge dur", j’essaie de retrouver l’ambiance et l’état de l’adolescence. » (entretien en janvier 2011)

> L’Age dur

> Quelques jours en France

[1Par ailleurs éditeur au sein du collectif belge L’Employé du Moi

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • J’adore, les dessins sont superbes,Max de Radiguès est un génie, une telle virtuosité graphique c’est rare.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 1er septembre 2011 à  14:39 :

      Je soupçonne que l’auteur de votre commentaire soit Max de Radiguès lui-même.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois le 1er septembre 2011 à  20:38 :

        Feuilletté cet album en librairie cet aprés-midi.... effectivement, il n’y a pas de quoi se relever la nuit. Conçu pour le public des 7 à 10 ans ?

        Répondre à ce message

  • Frangins – Par Max de Radiguès – Sarbacane
    6 septembre 2011 00:29, par Jocelyn

    J’adore la fraicheur de cet album, ce style enfantin me rappelle le Robin hood de Simon Roussin ou dans une moindre mesure le Mimi Stinguette de Myriam Rak. Enfin un peu de simplicité et de fraicheur dans le monde stéréotypé, photocopié, rabaché et soit-disant virtuose de la bande dessinée, ça fait du bien.

    Répondre à ce message