Newsletter ActuaBD

Franz Fanon - Par Frédéric Ciriez et Romain Lamy - La Découverte

  • À l'heure où Emmanuel Macron affirme voir 'la société se racialiser progressivement", où la "woke culture" (mouvement de pensée pour la défense des minorités, venu des campus américains) enflamme les débats, un retour s'impose sur ce roman graphique de F. Ciriez et R. Lamy, paru fin 2020 et consacré à Franz Fanon. Il vient opportunément nous rappeler le rôle majeur joué par ce psychiatre écrivain dans les mouvements de décolonisation et dans la lutte pour l'égalité raciale.

Rome, août 1961 : Franz Fanon rencontre Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, par l’entremise de Claude Lanzmann. Objectif : obtenir de Sartre une préface pour l’ouvrage de Fanon Les Damnés de la terre. Ces trois jours de rencontre structurent ce roman graphique en trois parties (vendredi, samedi et dimanche), mais sont aussi et surtout un bon moyen pour faire la biographie de Fanon, qui raconte sa vie à ces trois illustres intellectuels.

Cela nous permet de reconstituer tout le contexte historique de cette époque de décolonisation. Rappelons que la Tunisie et le Maroc viennent d’obtenir leur indépendance en 1956, l’Afrique noire française en 1960 et, surtout, que l’Algérie est en pleine guerre contre la France. C’est donc une ambiance de fin de règne (pour Fanon y compris car il est atteint d’une leucémie qui l’emportera fin 1961 à l’âge de 36 ans) et de création d’un monde nouveau.

Franz Fanon - Par Frédéric Ciriez et Romain Lamy - La Découverte

Ce roman graphique restitue avec précision, non seulement cette époque, mais aussi l’itinéraire exceptionnel de ce penseur martiniquais anticolonialiste, à la fois écrivain et psychiatre, ces deux activités étant liées, Fanon luttant "contre toutes les formes d’enfermement".

Il ne s’agit pas d’une hagiographie, les auteurs, F. Ciriez au scénario et R.Lamy au dessin, ne cachent pas les contradictions des protagonistes, leurs erreurs aussi, comme celle de Fanon quand il attribue la responsabilité de la France dans le massacre de 300 Algériens à Melouza en mai 1957, alors que ce massacre est le fait d’Algériens (branche armée du FLN) contre d’autres Algériens (du MNA, Mouvement national algérien, dirigé par Messali Hadj).

La lecture de ce roman graphique nous apprend donc énormément (du moins à ceux qui, comme moi, n’étaient pas particulièrement informés sur la question). Cette grande qualité n’est cependant pas sans revers, les auteurs voulant en dire beaucoup, sans doute trop. De ce fait, ce travail est plus "roman que graphique", les dessins, étant au service d’un texte très long, sont bien statiques et pas toujours très bien réalisés (les visages de Sartre, Beauvoir et Lanzmann ne sont pas toujours très reconnaissables).

Reste que si l’on passe sur ces défauts formels, on a tout intérêt à lire cet ouvrage, qui nous apporte beaucoup et rend la complexité des pensées et des actes avec justesse. C’est tout à l’honneur de ses auteurs et de leur maison d’édition, La Découverte, en digne héritière des éditions fondées par François Maspéro, celui-là même qui a édité Les Damnés de la terre, et dont on trouvera au début de ce roman graphique la reproduction de la lettre que lui avait envoyée Franz Fanon. La boucle est bouclée.

(par Philippe LEBAS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD