Gabriel Bà et Fàbio Moon inaugurent superbement la collection Urban Graphic

4 avril 2015 3 commentaires
  • Nouvelle adaptation de roman en comics pour les frères Gabriel Bà et Fàbio Moon, inaugurant la collection Graphic d'Urban Comics, "Deux frères" conte la violente et tragique rivalité de deux jumeaux vivant à Manaus au milieu du XXe siècle. Les deux auteurs, jumeaux eux-mêmes, livrent un volume splendide et d'une rare justesse dans la narration.

Voici la chronique d’une famille comme seuls savent les raconter les romans sud-américains. Chronique psychologique, sociale, politique et poétique qui nous plonge dans les méandres affectifs de relations passionnelles où le non-dit le cède volontiers à la pulsion violente et la sinueuse manigance.

Gabriel Bà et Fàbio Moon inaugurent superbement la collection Urban Graphic
Portrait de famille
Deux Frères © Gabriel Bà et Fàbio Moon

Cela commence par une étonnante romance entre Halim et Zana. Elle, fille de Galib, qui tient un restaurant, le Byblos, où se réunissaient immigrés libanais, syriens et juifs marocains de Manaus au lendemain de la Première Guerre mondiale. Lui, émigré libanais, fréquentant le restaurant et tombant rapidement sous le charme de Zana. Un charme que vint rompre la naissance de leurs deux premiers enfants, des jumeaux, Yaqub et Omar.

Tout oppose les deux garçons et leur séparation comme leur impossible réconciliation deviennent l’objet de l’histoire. Une violence durant l’enfance, laissant à l’un une cicatrice, conduit à séparer les deux enfants. Yaqub est envoyé au Liban quand Omar, fils chéri de la mère, reste au Brésil. Le retour de l’ainé, cinq ans plus tard, confirme la réalité pressentie : ces corps identiques abritent deux êtres radicalement contraires.

Une sourde rivalité
Deux Frères © Gabriel Bà et Fàbio Moon

Quand Yaqub se montre discret, studieux et effacé, Omar lui rayonne, n’en fait qu’à sa tête et cède aisément à la nonchalance. La maison devient un décor où les deux jeunes hommes se croisent jusqu’à ce que Yaqub quitte les lieux à nouveau, pour faire sa vie, loin de ce cadre où il ne peut, de son point de vue, réellement exister.

Et nous de suivre les tentatives de leur mère pour réunir sa famille autour d’elle, empêcher le cadet de la quitter à son tour, essayer de convaincre l’ainé d’aider son jumeau alors que Yaqub ne rumine que rancœur et vengeance.

D’épisode en épisode c’est à l’atomisation progressive d’une famille, au délitement des relations personnelles, entre parents et entre amants, que nous assistons.

Violence de la relation entre les frères
Deux Frères © Gabriel Bà et Fàbio Moon

Deux frères déploie une narration superbe, parfaitement rendue par la mise en scène opérée par ces deux frères jumeaux que sont eux-mêmes les auteurs de cette adaptation, Gabriel Bà et Fàbio Moon. Et peut-être cette justesse, du rythme, du cadrage et du découpage, que l’on ressent constamment à la lecture, vient-elle d’une sensibilité particulière, d’une expérience propre des auteurs au sujet dont ils se sont saisis.

Froides retrouvailles
Deux Frères © Gabriel Bà et Fàbio Moon

Sujet exploré et minutieusement rendu par les choix effectués au niveau du dessin également. Un trait, doux et anguleux à la fois, rude et enfantin, et des planches en noir et blanc avec de nets aplats créant zones d’ombres et forts contrastes, une manière de rendre, visuellement, l’opposition radicale, chromatique plus que manichéenne des deux jumeaux.

Ce superbe récit se voit en outre magnifié par une traduction de haute volée, effectuée par Michel Riaudel. L’universitaire n’est rien moins que le traducteur français des œuvres de Milton Hatoum, auteur du roman qu’adaptent Gabriel Bà et Fàbio Moon, renommé au Brésil et dont plusieurs textes ont été publiés en France, Deux Frères chez Actes Sud par exemple. L’élégance de l’expression au sein des passages narrés, nombreux dans le volume, contribue fortement au plaisir de lecture. On ne saurait trop se réjouir de voir Urban Comics déployer un tel soin au niveau de la traduction de ses titres.

Omar et son univers de fête
Deux Frères © Gabriel Bà et Fàbio Moon

C’est que l’éditeur semble n’avoir pas fait les choses à moitié pour inaugurer sa nouvelle collection, "Urban Graphic", avec ce volume qui peut légitimement revendiquer l’appellation de "roman graphique". Non pas de manière galvaudée, mais presque au sens littéral puisque de l’adaptation d’un roman il s’agit bel et bien au départ, et parce que le format particulier du volume met en relief la dimension graphique de l’œuvre : 32 cm par 23.5 cm.

Le livre gagne en ampleur par rapport au format comics standard et la planche s’impose autrement à l’œil : on jouit là du plaisir d’une édition soignée, dans un format imposant qui permet de prendre la plein mesure du dessin. Avec cette impression qu’on se rapproche du livre d’art et c’est comme normal : Deux frères constitue une bien précieuse réussite.

Format plus large donc, en adéquation avec la revendication d’une ouverture d’esprit maximale. La collection "Urban Graphic" se dote en effet d’un slogan explicite : "La BD au-delà des frontières, des codes et des styles." En attendant de découvrir les titres qui alimenteront le catalogue, on peut déjà commencer à rêver à cet autre horizon de la BD d’outre-atlantique.

Bien plus tard, Yaqub de retour à Manaus
Deux Frères © Gabriel Bà et Fàbio Moon

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Album recommandé par ActuaBD dans l’émision d’Ali Rebeihi "Pop Fiction" sur France Inter

Deux frères. Par Gabriel Bà et Fàbio Moon. Traduction Michel Riaudel. Urban Comics, collection"Urban Graphic". Sortie le 20 mars 2015. 240 pages. 22,50 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

De Gabriel Bà et Fàbio Moon lire la chronique de L’Aliéniste ainsi qu’une récente interview

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • L’équilibre des noirs et blancs est superbe !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 5 avril 2015 à  18:28 :

      "Ebony and Ivory lives together in total harmony" chantait un ancien Beatles, adepte des mélodies sirupeuses, je crois. Mais on pouvait deviner qu’il parlait en fait des touches de son piano !

      Répondre à ce message

  • Je viens commenter avec des mois de retard car je me suis souvenu de commander ce livre en me remémorant votre article.
    Désolé pour ma critique un peu dure mais c’est une déception. Je me suis lancé plusieurs fois mais le livre me tombe des mains. Le suivi des rivalités à l’intérieur d’une famille, avec rancunes mesquines, commérage et compagnie, cela m’a rapidement et profondément ennuyé. Vous dites "chronique d’une famille comme seuls savent les raconter les romans sud-américains", je vous rejoins, cela fait très telenovela brésilienne (cela me rappelle aussi certains livres de Jorge Amado). Gabriel Bà et Fàbio Moon font ici un excellent travail de narration et de cadrage, rien à dire là-dessus, mais il faut être motivé pour s’intéresser aux rivalités mesquines qui nous sont présentées...
    J’avais aussi souvenir des belles pages en noir et blanc que vous montrez, elles y sont mais au milieu d’un grand nombre d’autres pages plutôt moins réussies. De plus, vu de près, le trait au feutre est d’un style cartoon assez commun ; "on se rapproche du livre d’art", vous dites, je m’attendais à un beau travail au pinceau...

    Bref, ce livre est sans doute très bon pour qui a envie de lire une chronique familiale sur fond de rivalités, mais votre article trop élogieux m’a bien induit en erreur.

    Répondre à ce message