Newsletter ActuaBD

Galandon, le « droit-de-l’hommiste »

  • Découvert avec l’excellente « Envolée sauvage » primée à Angoulême qui racontait l’histoire d’un enfant juif caché pendant la Seconde Guerre mondiale, Laurent Galandon s’est fait une spécialité de ces récits qui racontent la vie de gens simples confrontés à un contexte sociétal qui les broie. Il récidive ces jours-ci avec un double album sur le génocide des Arméniens, et une série sur les enfants-bagnards au début du 20e siècle. Remarquable.
Galandon, le « droit-de-l'hommiste »
Le Cahier à fleurs par Nicaise et Galandon
Ed. Grand Angle / Bamboo

On connaît ce néologisme, devenu une forme d’insulte, utilisé par Nicolas Sarkozy : « droits-de-l’hommiste ». Le mot n’est pas joli et désigne ceux qui font profession des causes humanitaires pour faire leur pelote de laine.

Laurent Galandon est-il de ceux-là ? On lui devait L’Envolée sauvage, ou l’histoire d’un enfant juif caché pendant la Seconde Guerre mondiale, Prix de la BD des collégiens à Angoulême et Prix du Conseil Général à Blois en 2006 ; Quand souffle le vent sur les Tsiganes sur ces populations nomades rejetées de tous ; L’Enfant maudit, fruit d’un amour de guerre rejeté à cause de ses origines « boches » ; Tahya El-Djazaïr, un diptyque sur les « évènements » d’Algérie ; Gemellos sur le sort des enfants de Medellin, ou encore une plongée dans le terrorisme au féminin dans Shahidas.

Il y a récemment ajouté le deuxième tome du Cahier à fleurs évoquant le génocide des Arméniens en 1915 et Innocents coupables qui parle de ces bagnes pour enfants qu’a connu la France d’avant-guerre.

Laurent Galandon, un scénariste humaniste
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)
Le Cahier à fleurs par Nicaise et Galandon
Ed. Grand Angle / Bamboo
"Innocents coupables" par Anlor et Galandon
Ed. Grand Angle / Bamboo

Alors certes, Galandon, que nous suivons depuis un certain temps, aime les sujets sensibles, voire culpabilisants.

Mais va-t-on se laisser impressionner par un substantif forgé dans le mépris des droits de l’homme pour renoncer à l’empathie envers des populations qui souffrent et surtout pour essayer de comprendre quelle est la nature de cette violence qui semble endémique ?

À ce titre, le travail de Galandon est exemplaire et mériterait d’entrer dans toutes les bibliothèques et dans toutes les classes.

Ces exemples du passé restent très pertinents :

«  Le passé résonne souvent étrangement avec le présent, nous dit-il. Prenons l’exemple des « Innocents coupables » : alors qu’après la Seconde Guerre mondiale, les derniers établissements de ce type fermaient faute d’effets satisfaisants, l’état rouvre dès 2004, quatre centres éducatifs fermés pour jeunes délinquants mineurs. Ne risque-t-on pas de reproduire des erreurs qui ont brisé de nombreux jeunes par le passé ? »

"Innocents coupables" par Anlor et Galandon
Ed. Grand Angle / Bamboo

Galandon n’a pas attendu le mot d’ordre d’indignation d’un opuscule qui se consomme en librairie comme une première gorgée de bière pour déployer son talent de conteur et exercer une pédagogie essentielle, toute en complexité, qui en ces temps de prurit lepéniste est bien nécessaire.

La compréhension et l’action ont toujours prévalu sur l’indignation.

"Innocents coupables" par Anlor et Galandon
(C) Anlor, Galandon, Grand Angle/Bamboo

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Le tome 1 du « Cahier à Fleurs » sur Amazon ou à la FNAC

Commander Le tome 2 du « Cahier à fleurs » sur Amazon ou à la FNAC

Commander Le tome 1 de « Innocents coupables » sur Amazon ou à la FNAC

Lire une interview de Bonin & Galandon à propos de « Quand souffle le vent »

Lire une interview de Galandon à propos du « Cahier à fleurs »

Lire une interview de Monin & Galandon à propos de « L’Envolée sauvage »

 
Newsletter ActuaBD