Gaston Lagaffe compilé côté coeur

13 juin 2011 25
  • Au bord de la surproduction, Marsu, qui détient les droits de la série-phare de Franquin, livre une compilation de gags centrés sur les relations entre le roi de la gaffe et la secrétaire fleur bleue. Un album lourdement habillé : textes introductifs, citations sur l'amour... Dispensable ?

On peut s’interroger sur la pertinence d’un tel recueil : une sélection de gags, le plus souvent en une planche, autour des badineries entre Gaston et Mademoiselle Jeanne, la plus célèbre secrétaire de la BD.

Outre une présentation hors contexte, ces histoires courtes se parent de tout un arsenal éditorial : des textes en tête de chapitre qui n’ont pas vraiment d’utilité, d’autant que l’ordre chronologique utilisé n’appelle pas d’explication particulière, et des citations en haut de page sur l’amour, à intervalle régulier. Citations d’ailleurs qui semblent tirées pour la plupart d’une collection de Sébastien Bailly, Le Meilleur de l’amour, humour toujours.

Certes, il est intéressant de constater les progrès graphiques de Franquin, depuis l’apparition du personnage de Jeanne en novembre 1962 (pl. 224), jusqu’aux éblouissants dessins de la dernière période.

« Elle était assez ingrate, au départ. Qu’elle ne soit pas belle était un gag ! Depuis lors, je me suis aperçu que je la rendais plus agréable à voir, je ne dis pas pour autant que c’est une grande beauté. Gaston sait qu’elle est amoureuse de lui, mais ce qui l’a séduit d’abord c’est sa queue de cheval » dit Franquin à Numa Sadoul. [1]

L’album montre bien le changement de point de vue de l’auteur : au début, la secrétaire apparait franchement ingrate, grassouillette, assez stupide, sans attrait. Progressivement, elle s’affine, se féminise, porte des vêtements valorisants, jusqu’à devenir carrément sexy en diable.

Tout de même, l’essentiel de la série s’appuyant sur Gaston, ses éternels ratés et une de vie de bureau totalement fantasmée autant qu’inadaptée, cette focalisation sur une relation sentimentale secondaire ne semble pas particulièrement pertinente.

La relation entre les deux tourtereaux n’aura jamais été pour son créateur qu’une dérive accidentelle de l’intrigue. Gaston Lagaffe n’a pas de vraie socialisation, et reste un personnage enfoncé dans son pull vert et ses idées toujours décalées. Tellement paré contre l’échec qu’avec les filles, il ne semble connaître que le jeu, , si l’on excepte le seul moment où ils couchent (assez sauvagement) ensemble. Mais le dessin est en noir et blanc, comme dans une Idée noire, et ce n’est pas dans Spirou, mais dans Circus

Voir en ligne : le site dédié de l’éditeur

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

[1Et Franquin créa Lagaffe, DistriBD, 1986. Rééd. Dargaud, 1997.

 
Participez à la discussion
25 Messages :
  • Après l’écologie, le coté coeur ?? Je suggère pour la suite, gaston VS De Mesmaeker, VS Prunelle, VS Lebrac, VS Longtarin, etc ... ils peuvent recréer à zéro frais un tas d’albums nouveaux, mais celà restera jamais que de la compil banale et ... surproductive :((
    m’enfin, ça me choque moins que gastoune

    Répondre à ce message

  • Gaston Lagaffe compilé côté coeur
    13 juin 2011 11:41, par Norbert

    Personnellement, je n’achèterais jamais cet album (car j’ai déjà toute la collection !) mais je ne trouve pas la démarche éditoriale aussi stupide que vous le dites : c’est dans l’air du temps de sortir des albums de gags à thème et c’est l’opportunité de toucher de nouveaux lecteurs qui n’auraient de toute façon peut-être jamais acheté la série traditionnelle.

    C’est une façon - que certains anciens lecteurs peuvent trouver choquante mais bon - de relooker l’œuvre et de la faire vivre encore un peu, car, tout le monde le sait, après la mort de leur créateur, les séries à succès finissent toujours par s’éteindre à petit feu, quelque soit leur qualité. C’est la vie...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Frenchoïd le 13 juin 2011 à  18:25 :

      Ce qui est dans l’air du temps, c’est bien de revendre et revendre sans cesse ce qui se vend déjà : XIII et Largo Winch sont sans cesse recyclés sous les prétextes les plus pendables, on reprend les gags déjà parus du Petit Spirou, de Cédric, etc., et on les republie dans le désordre (ou dans "un ordre thématique", qu’ils disent).

      Dans une époque où la surproduction n’a toujours pas trouvé de début(s) de solution(s), ce comportement de la part des éditeurs est assez consternant, quand bien même il faut croire qu’il est économiquement censé, étant donné l’ampleur que le phénomène a prise.

      On peut aussi s’interroger sur les intégrales. Certes une part conséquente de celles-ci comble de réels manques, de réelles absences (les admirateurs de Macherot, par exemple, ne peuvent que se réjouir des intégrales annoncées, quand bien même il ne s’agira pas de ze big "Tout Macherot" que ses éditeurs ont laissé miroiter à la mort du grand bonhomme), mais tout de même, investir tant d’efforts dans l’exploitation du passé, ça me fait à peu près le même effet que s’il ressortait plus de films en salle qu’il n’y arrive de nouveautés...

      Répondre à ce message

      • Répondu le 15 juillet 2011 à  13:38 :

        On en est pas là dans le rapport ancien/nouveau mais malgré tout, j’ai bien l’impression qu’il n’y a jamais eu autant de ressorties nationales de vieux films à l’écran. Et je ne parle pas que de cycle tel ou tel auteur comme le récent Kubrick...

        Ou alors ça a toujours été comme ça mais je le remarque plus qu’avant ?

        Répondre à ce message

  • Gaston Lagaffe compilé côté coeur
    13 juin 2011 16:34, par LC

    Certes, il est intéressant de constater les progrès graphiques de Franquin, depuis l’apparition du personnage de Jeanne en novembre 1962 (pl. 224), jusqu’aux éblouissants dessins de la dernière période.

    Qu’il y ait une évolution graphique c’est indéniable, mais on ne peut en aucun cas parler de "progrès". En 62 Franquin avait fait l’essentiel de Spirou avec une maitrise qui frôle le génie, il a par la suite exploré de nouvelles voies graphiques, mais ce ne sont pas des "progrès".

    Répondre à ce message

  • Gaston Lagaffe compilé côté coeur
    13 juin 2011 17:53, par JF.

    0% créativité.

    100% pompe à fric.

    Répondre à ce message

  • Le seul vrai défaut de ce titre, c’est son prix : 10€45 pour une BD de compil de Gaston c’est trop cher quand la dernière compil du Petit Spirou est à moins de 8€.
    A 5 ou 6€ ce serait bien et je l’achèterai.

    J’ai déjà les 19 tomes de la série dite Définitive. J’aime lire et relire Gaston Lagaffe. Une compil thématique apporte un nouveau regard sur un point particulier de l’œuvre.

    Ce titre permet aussi de mettre Gaston en tête de gondole et de le faire connaitre à la nouvelle génération, mais à 10€45 ce ne sera pas simple.

    Répondre à ce message

  • Rappelez-moi, le "côté coeur" n’est-ce pas le côté où l’on range son portefeuille ?

    Répondre à ce message

  • Gaston Lagaffe compilé côté coeur
    14 juin 2011 20:37, par Oncle Francois

    Je ne vois pas où est le problème...Gaston Lagaffe reste un des chefs d’oeuvre de la BD que l’on peut toujours relire ou découvrir, encore faut-il pour celà qu’ils soient sur le présentoir Nouveautés des Libraires

    Répondre à ce message

    • Répondu par Tevenec le 15 juin 2011 à  02:37 :

      Gaston Lagaffe reste un des chefs d’oeuvre de la BD

      Pas un chef d’oeuvre, mais une bd gros nez rigolote, c’est du gros gag, c’est marrant et bien dessiné mais ce n’est pas un chef d’oeuvre.

      Répondre à ce message

      • Répondu par LO le 15 juin 2011 à  09:42 :

        Réponse de triste sire, parce qu’elle fait rire cette BD ne pourrait pas être un chef d’oeuvre ?

        Répondre à ce message

      • Répondu le 15 juin 2011 à  11:51 :

        D’après Wikipédia :

        Un chef-d’œuvre est une « œuvre accomplie en son genre » (Le Petit Robert, 2004). Ce terme est habituellement utilisé dans le domaine des arts pour souligner la perfection de l’œuvre, issue de la maîtrise de l’artisan ou de l’artiste et souvent couplée à une imagination remarquable. Par extension, on utilise ce terme pour signifier qu’il s’agit de l’œuvre la plus importante ou la plus aboutie d’un auteur, ou encore qu’elle est la meilleure représentation d’un mouvement artistique.

        Gaston Lagaffe est donc un chef d’œuvre de l’humour.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 15 juin 2011 à  14:56 :

          Le terme est galvaudé, certains pensent même que Guardino est le meilleur dessinateur du monde.

          Répondre à ce message

        • Répondu par LO le 15 juin 2011 à  14:57 :

          Et un chef d’oeuvre de la BD, non ?...

          Répondre à ce message

      • Répondu par iznogoudlevizir le 16 juillet 2011 à  00:15 :

        tout d abord franquin est un des plus grand dessinateur de tout les temps avec hérge et uderzo, peyo et moris.
        il a creer un univers magique avec gaston plein d humour de finesse et de poesie.
        oui gaston est un pur chef d oeuvre de la bd
        je possede toute son oeuvre et de tous formats et chaque fois c est une mega claque
        l oeuvre de franquin avec gaston et spirou a ouvert les portes a des centaines de dessinateurs actuels alors... du respect messieurs

        un fan a jamais

        Répondre à ce message

    • Répondu le 15 juin 2011 à  16:36 :

      Qu’on laisse tomber ces vieilles bd, c’est aussi ringard que le sapeur Camembert ou la famille Fenouillard, on a des bd super drôles actuelles, comme Titeuf, le petit Spirou, les nombrils ou Kid Paddle.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois le 15 juin 2011 à  23:35 :

        Vos avez de bonnes lectures, mais il s’agit surtout de titres récents qui se vendent très bien en hyper-marchés depuis l’an 2000 environ. Avez vous 15 ou 17 ans ? La BD ne commence pas et ne se termine pas avec celà, le Gaston de Franquin n’a rien de ringard... Peut-être qu’en viellissant ou en acquèrant de la culture, vous en découvrirez les mérites !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Pwarkkk le 16 juin 2011 à  12:26 :

          Peut-être qu’en viellissant ou en acquèrant de la culture, vous en découvrirez les mérites !

          N’importe quoi, pas besoin d’être un vieillard ou cultivé pour apprécier Gaston Lagaffe.

          Répondre à ce message

      • Répondu par L. Van B. le 16 juin 2011 à  17:12 :

        Titeuf, le petit Spirou, les Nombrils ou Kid Paddle ont tous un ancètre commun... c’est Gaston Lagaffe !

        Répondre à ce message

        • Répondu le 16 juin 2011 à  21:28 :

          Titeuf, le petit Spirou, les Nombrils ou Kid Paddle ont tous un ancètre commun... c’est Gaston Lagaffe !

          Qui lui-même s’inspire de la Famille Illico et plein d’autres strips américains.

          Répondre à ce message

        • Répondu par Tilt le 17 juin 2011 à  03:10 :

          Kid Paddle au début c’est tout pompé sur Calvin et Hobbes, pas sur Franquin.

          Répondre à ce message

    • Répondu par Guerlain le 15 juillet 2011 à  12:02 :

      encore faut-il pour celà qu’ils soient sur le présentoir Nouveautés des Libraires

      des tas d’auteurs de romans ne sont pas présents sur les présentoirs de nouveautés des librairies mais se vendent toujours trsè bien.
      Pourquoi devrait-il en être autrement en bande dessinée ? Le public serait à ce point stupide qu’il resterait aveuglé par la seule tête de gondole ? Si c’est le cas, le public est un veau.

      Répondre à ce message

  • Gaston Lagaffe compilé côté coeur
    15 juillet 2011 07:18

    Bon finalement je l’ai acheté cet album, trouvé à 5€ dans une brocante (un peu cher pour un Gaston dans une brocante, mais acceptable pour un titre sorti il y a un mois).

    En fait c’est bien fait. Je reste sur le fait que 10€45 c’est trop cher mais sinon :

    - le papier est de bonne qualité, certes les puristes reprocheront le coté brillant et non mat des vieilles BD, je trouve que cela rend bien, les couleurs sont vives et modernes,

    - les gags retenus ne font pas vieillot : à une ou 2 exceptions, toutes les situations sont encore contemporaines et on pourrait les imaginer dans un environnement plus modernes... (les personnages seraient des enfants et on appellerait ça Gastoon ?)

    - il y a quelques pages de texte, "du rédactionnel" relatives au thème et l’ajout de quelques citations, c’est pas énorme mais ce rend cohérent l’ensemble,

    - un dernier détail : les pages reliant le cahier à la couverture (si quelqu’un connait le nom de ces 2 pages) : Gaston emmêlé dans les cheveux de M’oiselle Jeanne pour la première et Franquin se retournant sur le passage de M’oiselle Jeanne pour la 2nd : superbes. Je crois que je vais chercher ces 2 images en poster pour les accrocher au dessus de mes étagères.

    Au final, une bonne surprise, mine de rien Marsu Productions à un peu bossé le sujet et livre une BD cohérente, à redécouvrir ou à faire découvrir aux jeunes générations. Reste plus qu’a bosser sur le prix (je crois que je radote).

    Répondre à ce message