Gauguin à "Contre-champ"

9 décembre 2013 0 Actualité par Charles-Louis Detournay
  • Après [{Nietzsche}->art10363] et Thoreau, Maximilien Le Roy revient avec une nouvelle biographie en dehors des sentiers battus. Avec Christophe Gaultier, ils présentent un Gauguin au crépuscule de sa vie, révolté contre les autorités. Une exposition au CBBD est consacrée à cet album.

"Beaucoup, voire tous mes livres sont politiques, car c’est mon axe de lecture." nous assène Maximilien Le Roy. Après avoir lu ses livres engagés comme Faire le Mur ou Dans la nuit, la liberté nous écoute, nous nous doutions que la rencontre avec le jeune auteur ne serait pas classique.

Gauguin à "Contre-champ"Si on a pu apprécier l’évocation précédemment réalisée par Li-An dans Gauguin - Deux voyages à Tahiti, les récents albums de Le Roy laissaient présager une orientation plus engagée. D’ailleurs, le nouveau titre de la collection qui regroupe ses précédents ouvrages (Nietzsche et Thoreau) ne laisse pas planer de doute : "Contrechamp" affiche la volonté de mettre en perspective des éléments biographiques qui n’ont pas toujours été évoqués, et d’aller de l’autre côté des idées préconçues ou prédigérées dont s’encombrent souvent les personnages historiques.

La couverture illustre déjà la révolte de l’artiste : presque nu au milieu de la nature, sans aucun élément de civilisation, et avec un gendarme qui le toise d’un œil réprobateur. On retrouve effectivement le peintre dans les deux dernières années de sa vie, alors qu’il a quitté Les Marquises pour rejoindre Tahiti.

"Je voulais avant tout me centrer sur le Gauguin politique qui n’avait pas été traité jusqu’ici, ou du moins, pas comme je le désirais, explique Maximilien Le Roy. Cet aspect de sa vie demeurait méconnu, alors que c’était loin d’être anodin : il a beaucoup écrit, il a publié dans des journaux de l’époque, et a même risqué la prison pour ses idées. Il est d’ailleurs décédé avant de purger sa peine. J’ai voulu compléter le portrait de l’artiste, qu’on limite souvent au paradis naturel évoqué dans ses toiles."

Plus qu’une évocation des dernières années de la vie de Gauguin, nous suivons une véritable enquête menée par Victor Segalen. Le récit alterne les témoignages recueillis par le poète, et les éléments de la vie de Gauguin, principalement sa révolte conte la Métropole dont les lois qui bafouent les droits des indigènes et le déclin progressif de son état de santé.

"J’avais d’abord imaginé un scénario qui intégrait Van Gogh, explique le scénariste, Puis j’ai découvert que Victor Segalen, que je ne connaissais que comme poète, a également été très intéressé par Gauguin, même s’il ne l’a jamais rencontré. Je me suis donc très fort inspiré de cette enquête qu’il a réalisée et publiée en se mettant dans les pas de Gauguin. Ce jeu de va-et-vient apportait du dynamisme, tout en multipliant le nombre de plans de départ. On se prend au jeu de découvrir les éléments en même temps que Victor..."

S’il a pris la décision d’arrêter de dessiner pour se consacrer au scénario, Maximilien Le Roy conserve cependant sa technique des séquences complètement muettes, laissant la place au dessin de ses coauteurs :"En tant qu’ancien dessinateur, je veux laisser la plus grande liberté possible : je ne propose pas de cadrage ou de placement sur la page. Je demande juste qu’il y ait une certaine ressemblance avec les personnages historiques, afin de garder un aspect authentique. Je ne me rends pas toujours compte que je laisse tant de cases muettes. Lorsque j’écris le scénario, je me dis qu’il faut naturellement une séquence où les mots ne servent à rien. Ils vont gêner : le dessin se suffit à lui-même."

Outre la révélation de l’engagement de Gauguin, cet album doit beaucoup au dessin de Christophe Gaultier. Son trait est juste, essentiel, en dépeint un artiste bourru, en recherche perpétuelle : de justice, d’amour, de limites et de liberté.

"Christophe [Gaultier] a un style qui me parle beaucoup, explique le scénariste, réaliste, avec un parti-pris graphique très prononcé. Encore plus pour Gauguin, je voulais avoir un dessinateur éloigné de la ligne claire et porteur d’un trait plus épais, charbonneux. Je n’ai donc pas été surpris de m’apercevoir qu’il convenait parfaitement lorsque j’ai découvert les premières planches."

"Maximilien m’avait déjà proposé des projets précédents, explique de son côté le dessinateur, mais malgré l’intérêt que je portais à son travail, j’ai dû décliner à plusieurs reprises car j’avais d’autres albums en chantier. Il a bien compris que je ne voulais d’ailleurs pas un scénario trop directif, nous nous sommes donc bien complétés."

Gauguin, loin de la route ne présente presque pas de peinture ou d’évocation de l’inspiration artistique du peintre. Mais elle constitue une variation intéressante de ce que pouvait être la révolte permanente de l’artiste.

Après un Nietzsche qui ne nous avait pas convaincu, un Thoreau qui gagnait en puissance, ce Gauguin est une réussite scénaristique et graphique.

On retrouvera nos deux auteurs dans un prochain Orwell, l’homme ordinaire, lorsque Gaultier aura achevé une jeunesse d’Arsène Lupin pour Rue de Sèvres.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Gauguin, loin de la route - Par Christophe Gaultier & Maximilien Le Roy - Le Lombard

Expo au CBBD, à la Gallery, jusqu’au 5 janvier 2014.
Centre Belge de la Bande Dessinée - Musée Bruxelles
Rue des Sables 20
1000 Bruxelles
Tél. : + 32 (0)2 219 19 80
Fax : + 32 (0)2 219 23 76
visit@cbbd.be

Ouvert tous les jours (sauf lundi) de 10 à 18 heures.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Lire notre article traitant de deux bandes dessinées traitant de Gauguin : Gauguin et Van Gogh : quand la peinture inspire la BD

Lire les chroniques d’autres ouvrages de Maximilien Le Roy :
- Dans la nuit, la liberté nous écoute
- Nietzche, se créer liberté et/ou Nietzsche ou l’Oncle Paul chez les Bobos
- Faire le mur

De Christophe Gaultier :
- Tombé du ciel
- une interview : "Le style graphique me vient en fonction des ambiances du récit" (entretien en juillet 2008)
- Le Cirque Aléatoire T1
- Guerres Civiles Première et deuxième partie
- Robinson Crusoé T2 et T3
- Demi-Course et casquette motul
- Kuklös

Découvrez le blog de Christophe Gaultier