Geluck lâché dans sa nature

23 septembre 2009 0 commentaire
  • Sans concession, Philippe Geluck flingue à tout va dans cette compilation de textes et de dessins issus notamment de Siné Hebdo. Il nous présente également des dessins plus 'lâchés' et aquarellés qui collent forcément bien au ton piquant de ce nouveau recueil.

Nous vous ferons pas l’injure de vous présenter Philippe Geluck, mais voici que le célèbre et truculent dessinateur-chroniqueur-acteur-humoriste-etc. nous dévoile une nouvelle facette de son talent : une vision du monde qui lui est propre ; drôle mais sans retenue !

Si Philippe Geluck est surtout reconnu pour les ouvrages du Chat, et son dernier recueil de textes issus de Vivement Dimanche !, certains de ses récents lecteurs risquent d’être autant surpris, que seront (enfin) récompensés ses fans de la première heure : son dernier livre qui paraît ces jours-ci, reprend des textes tirés de suppléments d’un quotidien belge, ainsi que des dessins issus du Siné Hebdo et de ses ’conversations dominicales’. Une sélection impitoyable défendue par le Belge à tête de félin :

Geluck lâché dans sa nature
Un regard inquisiteur et piquant sur les petites détails de notre quotidien

« Je ne me suis aucunement auto-censuré, mais j’ai choisi des dessins qui collent encore et toujours à l’actualité. J’avais ainsi imaginé placer un dessin refusé par Siné Hebdo intitulé les ’dialogues du vagin’, qui représentait la bataille de Royal et Aubry, mais je me suis rendu compte qu’il n’était plus suffisamment évocateur pour des lecteurs d’aujourd’hui et de demain. Cette sélection de dessins tirée de Siné Hebdo et de Vivement Dimanche a été difficile, mais je voulais garder le meilleur tout en évitant d’aborder plusieurs fois le même thème. Je crois que le public sera servi avec des sujets en tous genres, tout aussi gratinés les uns que les autres ! »

Mais ce recueil reprend surtout des textes d’une verve qu’on avait rarement retrouvée depuis le défunt Docteur G : « Si, malheureusement pour les fans, le Docteur G a définitivement tiré sa révérence, ils retrouveront des traits de sa personnalité acide dans les divers textes de "Geluck se lâche !". Tout autant que le style que j’avais dans le Jeu des dictionnaires [1] et que l’on retrouve dans les diverses encyclopédies que j’ai écrites ! »

Décapant

Ce livre fera sans aucun doute hurler des hordes de frustrés bien pensants, mais il fera le bonheur de philosophes en herbe, prêts à s’émerveiller de chaque innovation tout en se moquant gentiment de leur voisin handicapé, noir ... et belge !

D’ailleurs, si Geluck a déjà répondu à la question : « Peut-on rire de tout ? », il démontre que l’on peut faire rire de tout, en traitant les objets, les animaux, ou les organes anodins, et en tirant de formidables chroniques : "Faire naître le rire à partir de toute chose, je pense que c’est mon credo ! J’essaye de prendre l’objet le plus simple, comme un caillou ou un glaçon, et je le transforme en personnage pour lequel on aurait de l’empathie. C’est sans doute mon sens de l’absurde, du surréalisme, qui prend le pas lorsque je me lance dans l’écriture sans savoir où je vais, mais cela finit par former une histoire. Dans « Geluck se lâche », je n’ai d’ailleurs pas de contrainte de taille, car normalement, je dois être percutant et bref,pour faire rire, mais dans ces textes, je pars sans savoir où je vais, et la construction se place d’elle-même. »

Malgré l’aval de Drucker, ce dessin fut refusé par France 2. Il faut dire que Benoît avait choisi le week-end du Sidaction ...

Si Geluck a multiplié ses dernières années, les expériences publiques et personnelles, c’était pour confronter ses gags et récits à la sanction immédiate du public, que cela soit en récompense d’un bon mot, ou en déni d’une blague mal perçue ! Comme il l’avait confié l’année dernière, il voulait diminuer ses apparitions publiques, mais a-t-il besoin de ce contact de foule pour définir au mieux cet humour changeant et lié à l’actualité ?

« Je passe encore de temps en temps chez Laurent Ruquier à Europe 1, ce qui me permet de garder ce contact. D’un autre côté, je me suis lancé brièvement dans l’OVNI théâtral de Jacques Mercier, qui mélange écriture et improvisation : ce contact du public me donne toujours autant de satisfaction et d’objectivité sur mon travail. Malgré les réserves que j’émettais il y a peu, j’ai remis les deux pieds sur l’accélérateur, car le projet de dessin animé du Chat avance à grands pas. Je me sens également en pleine forme, car je travaille moins en solitaire dans mon nouvel atelier : nous sommes une demi-douzaine, avec qui j’échange constamment ! »

Si on retrouve donc un Geluck très mordant, c’est surtout un nouveau dessinateur qui apparaît ! Difficile de qualifier ce trublion trop connu pour avoir tous les talents ! Son Chat devient parfois évident, voire simpliste ! Pourtant, après 25 ans de dessin, on découvre un trait plus ample et aquarellé peu en accord avec la vision qu’on avait jusqu’alors de ce comique pince-sans-rire, un trait plus "artistique" en somme :

Un crayonné expressif, mais tout aussi corrosif !

« Je voulais surprendre avec un dessin plus lâché. Quoiqu’on puisse croire, je suis très attentif aux critiques constructives. Des caricaturistes comme Kroll sont plutôt fans de Franquin, alors que je suis plutôt inspiré par Hergé et la ligne claire en général. Mais cela a fait résonner en moi une envie de présenter ces crayonnés préparatoires à mon dessin. Je montre peut-être plus que je suis un dessinateur, avec mes traits de nervosité. Cela me change du Chat qui exige une épure de très peu de traits. »

Bien sûr, mis à part de francs éclats de rires qu’on ne partagera qu’avec ses vrais amis, on retiendra cette simple dédicace au pape Benoit XVI :
« J’aime beaucoup Benoît ! Sérieusement, tout le monde a dit que ces déclarations étaient honteuses, mais on pense que l’Église a évolué car la messe est en français, parce que les prêtres portent des jeans, mais fondamentalement, ils demeurent de vieux réactionnaires ! Mais s’ils ne l’avouent pas, on peut encore douter. Je suis donc ravi que le Pape évoque publiquement de telles idées, à la différence de Jean-Paul Ier, qui voulait vraiment modifier cet état d’esprit, mais qui n’a pas eu la ‘chance’ d’exercer longtemps ! »

Si vous avez foi en la doctrine du pape, si vous pensez que se remettre en question ne sert qu’aux faibles, si vous vous satisfaisez du moindre regard de mépris, et enfin, si vous parvenez à regarder de bout en bout un journal télévisé sans vous poser aucune question, alors ce livre... n’est pas fait pour vous !

Mais si vous avez en vous un minimum de sens de la révolte, alors cet ouvrage sera un meilleur cadeau que l’abat-jour prune que vous envisagiez d’offrir pour Noël ! Le destinataire de votre présent ne vous en sera que plus reconnaissant !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Geluck se lâche chez Amazon ou à la FNAC

[1Une émission de la télévision belge.

  Un commentaire ?