Générations Astérix : l’album hommage

27 août 2019 0 commentaire
  • Célébrant les 60 ans de la création d’Astérix par Uderzo et Goscinny, "Générations Astérix", réunit plus de 60 autrices et auteurs rendant hommage aux créateurs du célèbre Gaulois : René Goscinny et Albert Uderzo. Un ensemble curieux rassemblant deux générations de créateurs, et puis quelques auteurs internationaux qui ne sont pas forcément tombés dans la marmite de la BD franco-belge quand ils étaient petits.

La démarche n’est pas nouvelle : à chaque anniversaire, dix ans, vingt ans, trente ans, etc. des auteurs de BD, collègues et amis de René Goscinny et d’Albert Uderzo, ont rendu hommage à un personnage qui a quand même rendu d’éminents services à la BD francophone : en donnant un statut aux auteurs, notamment aux scénaristes méprisés jusqu’ici, mais surtout en bâtissant un tel succès (380 millions d’albums vendus, avec des traductions en 111 langues et dialectes) qu’il reste jusqu’à aujourd’hui un étendard de la bande dessinée francophone dans le monde et surtout dans la grande distribution qui n’a pas toujours un best-seller à 4,5 millions d’exemplaires à se mettre sous la dent.

Ce qui marque dans cet album, c’est d’abord l’étendue des auteurs sollicités qui n’ont pas toujours un lien de parenté avec le style et l’humour de René Goscinny et d’Albert Uderzo : de Philippe Aymond à Serge Clerc, d’Emmanuel Guibert à Frank Margerin, de Lolita Séchan à Bastien Vivès, avec parfois même des audaces que -Jésus, Marie, Joseph !- l’on n’aurait pas imaginé dans des illustrés convenables. Et puis son équipe internationale : de Milo Manara qui fait rencontrer Astérix avec une accorte romaine, au Coréen Kim Jung Ji, au Canadien Guy Delisle, en passant par le Britannique Charlie -Walking Dead- Adlard...

Générations Astérix : l'album hommage
Le magnifique hommage de Ralph Meyer.
© Albert-René

Et puis, il y a ceux que l’on n’est pas étonné de voir dans ce cousinage : Christophe Arleston, dont le Lanfeust est un hommage énamouré à l’univers du Gaulois, Tébo ou Florence Cestac qui sont dans la lignée disneyenne qui est déjà celle d’Uderzo. Et puis il y a ceux dont le mimétisme est confondant. Ferri et Conrad, bien sûr, les successeurs en titre. Mais aussi Fabrice Tarrin qui avait déjà illustré l’album du film « Astérix et la Potion magique  » paru en 2018. Pour la première fois, il commet deux planches d’Astérix parfaitement orthodoxes.

Dans ActuaBD.com, l’année dernière, Vincent Savi concluait sa chronique «  Astérix a-t-il toujours une bonne potion ? » par cette remarque à propos du travail de Tarrin : « Un album ne semble donc pas au programme, d’autant plus que l’équipe composée de Jean-Yves Ferri et Didier Conrad nous prépare un album pour 2019, écrivait-il après une interview où Tarrin protestait à l’idée qu’il dessinerait un jour un album d’Astérix. Mais si l’éditeur cherche une seconde équipe créative pour alterner avec l’actuelle - à la manière de Blake et Mortimer - on ne s’étonnerait pas de voir Fabrice Tarrin en faire partie... »

César aurait-il envoyé un devin créer la zizanie dans ActuaBD ? « Sic enim perspicio, sic iudico ! » (telle est notre opinion, tel est notre sentiment) aurait dit Cicéron.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

© Albert-René

  Un commentaire ?