Gideon Falls T1 - Par Jeff Lemire et Andrea Sorrentino - Urban comics

23 novembre 2018 0 commentaire
  • Le duo qui avait initié le beau renouveau de Green Arrow voilà quelques années propose cette fois une série originale entre thriller, horreur et folie. Un univers sombre à souhait et une atmosphère particulièrement poisseuse. Mais une intrigue qui nous semble pour le moment plus laborieuse que tortueuse.
Gideon Falls T1 - Par Jeff Lemire et Andrea Sorrentino - Urban comics
Norton, un héros psychotique et paranoïaque
© Jeff Lemire & Andrea Sorrentino

Un prêtre porté sur la bouteille et qui s’était voilà quelques temps égaré tente de retrouver le droit chemin. Pour cela, on l’envoie dans la commune de Gideon Falls en remplacement d’un pasteur mystérieusement disparu. Mais son arrivée coïncide avec une série de morts épouvantables révélant la noirceur larvée qui hante la région.

Pendant ce temps, un jeune marginal prisonnier de lubies compulsives fouille sans cesse les poubelles de sa ville avec l’idée de recomposer une image qui l’obsède. Il collecte pour cela échardes, clous et autres déchets glanés au fil de ses errances. Alors que sa psychiatre s’apprête à le faire à nouveau interner, sa folie prend un tour nouveau, aussi inquiétant que tangible.

Avec Gideon Falls, Jeff Lemire nous plonge dans un univers d’angoisse et de ténèbres. Les deux enquêtes menées parallèlement s’enchevêtrent adroitement jusqu’aux révélations finales d’un premier volume qui joue quand même grandement la carte de l’allusion et de l’hermétisme. Mais le travail sur l’atmosphère de la ville et le mal-être psychique s’avère convaincant.

Wilfred, un prêtre embarqué dans une étonnante enquête
Des profils topographiques
© Jeff Lemire & Andrea Sorrentino

Le scénariste retrouve ici Andrea Sorrentino, dessinateur auquel il avait été associé lors d’un run de grande qualité sur le personnage de Green Arrow. Le graphisme cherche à produire des effets troublants qui donnent le sentiment d’une réalité toujours prête à s’estomper ou à s’effriter pour mieux révéler un envers du décor que l’on devine aussi glauque que repoussant.

Le travail de découpage s’avère tout aussi soigné et inventif. Les double-pages se multiplient, avec des effets de composition parfois très impressionnants. Mentionnons également les pages de titres, mêlant profils de personnage et étrange typographie, et qui constituent de belles réalisations.

Reste que l’ensemble nous a tout de même un peu laissé sur notre faim quant au développement. La carte du mystère demande d’entretenir tension et intérêt : à trop errer parmi les sentiers qui bifurquent, c’est le lecteur que l’on risque de perdre en route.

La Grande Noire, au coeur de tous les mystères
© Jeff Lemire & Andrea Sorrentino

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Gideo Falls T1 : La Grange noire. Par Jeff Lemire (scénario), Andrea Sorrentino (dessin) et Dave Stewart (couleur). Traduction Benjamin Rivière. Urban Comics collection Indies. Sortie le 1er novembre. 176 pages. 10 euros prix de lancement.

  Un commentaire ?