Gigant T. 8 - Par Hiroya Oku - Ki-oon

  • Un spectacle apocalyptique afflige Tokyo depuis l'apparition de Satan. En effet, le géant responsable de la destruction de la mégalopole pousse également les habitants au suicide. Un nouveau tome exclusivement rythmé par de l'adrénaline pure et de l'action incessante. Fantasmagorie visuelle garantie !

Tokyo est à feu et à sang. Non seulement Satan piétine et détruit les gratte-ciels, mais la population est condamnée à disparaître car des ondes ultra-puissantes poussent les tokyoïtes à se suicider. Certains n’hésitent pas à se jeter dans le vide. D’autres luttent désespérément... mais pour combien de temps encore ?

Des combattants casqués tentent de freiner les ardeurs du colosse destructeur, cherchant minutieusement une éventuelle faille. Mais ce combat totalement déséquilibré, semble vain.

L’intervention inespérée et presque miraculeuse de Papico qui se propulse à toute allure dans l’œil du géant et parvient à s’introduire dans son corps, pour ensuite exploser hors de son cerveau, face à de nombreux citoyens fascinés par l’héroïne, change la donne.

Tandis que tous se félicitelnt de cette intervention, la victoire apparaît de courte durée puisque cinq nouveaux monstres géants, aussi terrifiants les uns que les autres, font leur apparition. Leur fonction ? Gagner du temps afin que Satan puisse se régénérer…

Nous voici déjà arrivés au 8ᵉ tome de la saga ; les volumes s’enchainent à vive allure, et pourtant, montre en main, en un quart d’heure (voire moins), Gigant est lu et digéré. La raison est simple : la majorité de ce titre est soutenu par de une action omniprésente, sans temps mort. Ici, point de place à des dialogues superflus, il y est question de la survie de la mégalopole... et du reste du monde !

On reste comme à chaque fois, tétanisé par un tel spectacle : Les monstres géants inspirent réellement la peur, par leur aspect désarticulé et leur apparence terrifiante. Et que dire de Satan, dont le cerveau projette des flammes, marquant chaque paysage de sa haine.

On a beau dire, ce titre n’ajoute pour ainsi dire aucun élément nouveau à la trame principale, mais qu’importe : les lecteurs seront comblés par cette déferlante d’énergie.

Dans ce paysage désolé demeure Papico, toujours présente, dessinée à la perfection, et bien décidée à éradiquer définitivement les forces démoniaques.

Toujours aussi efficace, Gigant reste un incontournable en matière de SF post-apocalyptique moderne dans la production des mangas du moment.

Gigant T. 8 - Par Hiroya Oku - Ki-oon
©Hiroya Oku / Ki-oon
Face à un tel adversaire, Papico pénètre le cerveau de Satan et le terrasse de l’intérieur. Une victoire de courte durée.

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Gigant T. 8. Auteur : Hiroya Oku. Editeur : Ki-oon. Traduction : Sébastien Ludmann. Sortie : le 2 décembre 2021. Prix : 7,90 euros.

- Lire la chronique Gigant T. 1 - Par Hiroya Oku - Ki-oon
- Lire la chronique Gigant T. 3 - Par Hiroya Oku - Ki-oon
- Lire la chronique Gigant T. 5 - Par Hiroya Oku - Ki-oon
- Lire la chronique Gigant T. 6 - Par Hiroya Oku - Ki-Oon
- Lire la chronique Gigant T. 7 - Par Hiroya Oku - Ki-oon
- Lire la chronique Gantz:G T. 1 - Par Keita IIzuka & Hiroya Oku - Delcourt/Tonkam
- Lire la chronique Gantz:G T. 2 & T. 3 - Par Keita IIzuka & Hiroya Oku - Delcourt/Tonkam
- Lire la chronique Last Hero Inuyashiki T. 1 - Par Hiroya Oku - Ki-oon
- Lire la chronique Gantz : point final

 
Newsletter ActuaBD