Gil St André : T6 - Sœurs de Larmes - par Kraehn & Vallée, Glénat

8 juillet 2003 0
  • Figure de proue de la collection {Bulle Noire} des éditions Glénat, le premier cycle de Gil St-André a comblé toutes les attentes et a rassemblé un bon nombre de lecteurs autour d'un genre qui était alors peu exploité en bande dessinée : le polar !

Dans une banlieue quelconque de la région lyonnaise, une jeune beurette du nom de Drissia fait une fugue en pleine nuit. Mais ses deux frères, violents et sévères, sont vite alertés et partent à sa recherche dans le quartier. Ils se rendent chez leur autre soeur, qui n’est autre que la jolie Djida Feschaoui. Elle a depuis longtemps coupé les ponts avec sa famille qui a une conception de l’éducation féminine pour le moins conservatrice... Ecoutant le répondeur de Djida, ils parviennent à localiser la petite soeur et filent non sans baîlonner la grande. Sympa les frangins ! Ils rattrapent Drissia en gare de Perrache, prête à s’enfuir définitivement. La pauvre enfant ne sait pas encore ce qui l’attend...

Djida va tout mettre en oeuvre pour la retrouver, même si autre chose lui occupe l’esprit : Elle est toujours amoureuse de Gil St-André..

De son côté, le jeune chef d’entreprise, qui vient juste de reprendre une vie normale, est contacté par le producteur de films X pour qui travaillait sa belle-soeur. Celle-ci n’aurait pas honoré son contrat et il est fortement conseillé à Gil de l’aider à la retrouver...

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Jean-Charles Kraehn réussi le tour de force de réaliser une nouvelle aventure autour de Gil St-André, un homme presque banal dont la profession est à mille lieux de celle d’aventurier. Le suspense est au rendez-vous, même si les questions posées dans ’Sœurs de Larmes’ trouveront sans doute une explication dans le prochain album.
Sylvain Vallée, jeune dessinateur talentueux, suit les sillons laissés par le graphisme de Kraehn (dessinateur des deux premiers albums), tout en imposant sa marque, sans doute un peu plus emprunte de noirceur. Songeons à la superbe composition graphique rendue par l’explosion de la voiture à la dernière page…

Une série qui reste dans la lignée de certains classiques, tout en revisitant le genre…

Lire un extrait

  Un commentaire ?