Girlfriend, T1 & 2 - Par Hokazono & Betten - Delcourt/Akata

12 septembre 2008 0 commentaire
  • Succession de nouvelles décrivant les mœurs amoureuses des écoliers nippons, {Girlfriend} débute par un premier tome plutôt mièvre, pour se donner plus d'épaisseur dans le second.

Chaque recueil de Girlfriend comporte six nouvelles sentimentales qui sont autant de voies d’exploration des rapports amoureux naissants entre adolescents. Elles sont plus directement axées sur le sexe et ses gentilles manipulations que sur les sentiments, comme le constateront à leurs dépens les protagonistes de ces histoires d’amour, parfois discutables.

Les sentiments – comme le désir – vont, viennent et parfois se heurtent. Tout particulièrement à l’adolescence. Dans ces nouvelles, les filles mènent souvent le jeu, comme le constatent à leurs dépens les héros amoureux de demoiselles, s’arrogeant les droits les plus fous, sous couvert de faiblesse. Si ces initiatives diminuent le réalisme des situations présentées, elles accélèrent le rythme de ces saynètes, tout en augmentant leur sensualité.

Girlfriend, T1 & 2 - Par Hokazono & Betten - Delcourt/Akata

Vu le nombre restreint de pages, ces courts récits ne s’embarrassent pas toujours de longs développements pour présenter leurs intrigues amoureuses : une ’garçon manqué’ juste intéressée par l’aspect sexuel de la relation, la petite amie du grand frère qui s’attaque aussi au cadet, la fille facile qui traîne dans les rues sans vouloir s’attacher, la collégienne canon et démonstrative qui exhibe ses sentiments envers la tâche de la classe, la lycéenne ’super chaude’ dont les élans brisent la tendresse des mecs, etc. D’ailleurs, le moment de surprise passé, ce premier tome de Girlfriend se lit très vite. Trop vite, pour se révéler intéressant, et l’on se dit que le scénariste devait être un otaku qui a épanché ses anciens fantasmes d’écolier.

Pourtant, le second tome cache d’excellentes surprises. Tout d’abord, la suite d’une nouvelle du tome précédent, qui donne de l’épaisseur aux personnages tout en présentant un intérêt réel pour leurs sentiments, et une originalité à ces échanges amoureux. Originalité qui se poursuit dans un plus long récit où deux chapitres s’enchaînent, dévoilant la complexité féminine et la naïveté masculine. Plus loin, une déléguée de classe succombant au syndrome de Peter Pan ne désire qu’être embrassée, tandis qu’une fille courtisée va comprendre l’intérêt de la psychologie et la passion. Enfin, une histoire très contemporaine présente les sentiments de deux frère et soeur d’une famille recomposée.

Dévoilant certains aspects particuliers du Japon scolaire et de l’attrait que les collégiennes excercent sur les fantasmes masculins, Girlfriend Girlfriend est une série qui se bonifie sur la longueur. Si ces filles entreprenantes, et limite avides de sexe, en prise avec des garçons perclus de tendresse présente un antagonisme marqué avec les réels sentiments traversés par cette classe d’âge, ce miroir provoque quelques réflexions intéressantes, dans les histoires plus fouillées. Le second tome vous sera pourtant indispensable pour aborder ce sujet.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?