Newsletter ActuaBD

Go West Young Man : 16 auteurs en hommage au Western

  • Seize auteurs et quatorze récits courts réunis par Tiburce Oger autour de la sentence du journaliste Horace Greeley qui invitait les jeunes Américains à conquérir l'Ouest, mais qui est aussi le titre d'un film fondateur d'Henry Hathaway avec Randolph Scott et Mae West (1936), composent ce bel hommage au Western dans un album de près de 120 pages. En quelques années, on a assisté à un retour en force du genre Western dans la bande dessinée à travers des séries emblématiques comme "Undertaker" (Dargaud) ou "Marshall Bass" (Delcourt). Avec "Go West Young Man", les éditions Bamboo ont cherché à illustrer le mouvement avec une production originale qui associe qualité et diversité.

À l’initiative de Tiburce Oger, grand connaisseur et lui-même pratiquant du genre, ce collectif propose un parcours de la conquête de l’Ouest avec quatorze récits déclinés par des grands noms de la bande dessinée contemporaine. Cette série d’histoires complètes signées Michel Blanc-Dumont, François Boucq ou encore Ralph Meyer s’inscrit dans une cohérence narrative assurée par le créateur de Ghost Kid, qui s’est volontairement limité au rôle de scénariste. Malgré la variété des regards et des styles graphiques, tous ces épisodes sont reliés par un fil rouge : une belle montre en or qui joue ainsi le rôle de passerelle entre les différentes séquences.

Le principe de l’objet transitionnel n’est pas nouveau, on l’a vu par exemple au cinéma dans Winchester 73 un grand classique d’Anthony Mann (1950) ou dans une des premières créations du jeune Tardi (Un Cheval en hiver) publiée jadis dans Pilote. Avec cette breloque qui passe de main en main, cet incroyable projet réussit le tour de force de parcourir plus de cent cinquante ans d’histoire de l’Ouest américain, sans faire l’impasse sur des thèmes incontournables comme le sort des Indiens, la Guerre de Sécession, le Pony Express, l’esclavagisme ou encore le comportement des trappeurs !

Go West Young Man : 16 auteurs en hommage au Western
Parmi les auteurs invités, François Boucq...
Patrick Prugne...
... et Enrico Marini pour la couverture, un choix qui témoigne une grande diversité de talents au service d’un genre mytthique.
Couverture de l’Edition Luxe grand format.

Infatigable touche à tout et grand amateur de western Tiburce Oger a non seulement réussi à convaincre Hervé Richez de ce projet « un peu fou », mais aussi à réunir une équipe d’auteurs familiers de cet univers, et non des moindres. ! Qu’il s’agisse de Patrick Prugne, de Christian Rossi ou de Félix Meynet, chacun a privilégié un angle particulier, tout en restant fidèle à ses choix esthétiques ou graphiques.

Le résultat s’avère plus que convaincant et permet d’apprécier cette déclaration d’amour à un genre narratif mythique d’une belle vitalité et encore plein d’inventivité. « Un rêve de gosse », selon son initiateur, qui est devenu un bel objet éditorial ! Cet hommage de près des 120 pages est également décliné en version luxe, grand format complété par un cahier graphique.

Dans cette vidéo, entretien entre l’éditeur Hervé Richez et Tiburce Ogier, on vous raconte l’aventure de l’album.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Go West Young Man - Par Tiburce Oger - Editions Grand Angle/Bamboo

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Bonjour,
    vous avez indiqué "Cet hommage de près des 2120 pages" à la fin de l’article.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 11 novembre à  15:19 :

      Nous avons corrigé la coquille. Merci.

      Répondre à ce message

  • Hermann pas là ? Un autre album avec les belges les italiens, espagnol aussi.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Milles Sabords le 18 novembre à  14:32 :

      Quel que soit le prestige du casting, ce genre d’album choral reste compliqué à vendre. Pas sûr qu ’il y est un deuxième opus...

      Répondre à ce message

      • Répondu le 18 novembre à  19:16 :

        Toujours aussi rabat-joie. Et il n’est pas sûr non plus que vous écriviez correctement le français.

        Répondre à ce message

  • Je ne suis pas sûr qu’on puisse parler "d’objet transitionnel".. Sauf erreur de ma part, l’archétype de l’objet transitionnel est le doudou des tout petits, l’objet qui rassure..
    Le principe de l’histoire de l’objet qui passe de main en main n’est certes pas nouveau (je pense aussi à "mémoires d’un 38" de Franz/Bocquet/Fromental), mais l’idée de changer à chaque fois de dessinateur est excellente, elle rend le relai d’autant plus crédible. C’est du moins l’impression que j’ai ressentie après une lecture qui m’a fait passer un bon moment. (seul petit bémol, les nombreuses fotes d’ortograf)

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD