Golden city, T8 : Les Naufragés des abysses - Par Pecqueur, Malfin & Schelle - Delcourt

18 décembre 2009 0
  • Rien ne va plus : Golden City a été dévastée par une explosion, et a fait naufrage, tandis que Mifa est emprisonnée dans un réduit obscur. Après un septième tome un peu terne, l'intrigue reprend de plus belle pour confirmer l'excellent niveau de ce second cycle !

Après avoir déjoué le complot dont il était l’objet, Banks est parti fêter cela comme il se doit avec Mifa et les autres orphelins. Mais le répit n’est que de courte durée, car l’attaque de Golden City par un commando bouleverse les habitudes de la cité artificielle.

Après plusieurs jours de recherches, les équipes de secours ont retrouvé la ville engloutie. Elle gît par trois mille mètres de fond, en partie détruite. Les sauveteurs tentent l’impossible pour pénétrer à l’intérieur de la gigantesque épave dans l’espoir de retrouver d’éventuels survivants...

Golden city, T8 : Les Naufragés des abysses - Par Pecqueur, Malfin & Schelle - Delcourt
Plus d’action, et le retour des personnages du premier cycle !

Concédons-le : le tome 7 de Golden city était peu emballant. Certes, il fallait reconstruire une intrigue riche après le développement en six volumes du cycle précédent, mais si les longs flash-backs apportaient des éléments intéressants pour le caractère des personnages, ils se révélaient aussi plutôt ennuyeux.

Le ’bleu’ de Golden City est une des marques de fabrique de la série

C’est tout le contraire avec ce huitième tome qui redonne l’éclat à cette série fétiche d’anticipation : d’entrée, le récit vous saute au visage, avec la ville de Golden City qui apparaît échouée, éventrée au milieu des abysses, et une bonne part de nos protagonistes qui sont emprisonnés depuis des jours dans une cave obscure.

Utilisant donc les éléments placés judicieusement dans le tome précédent, Daniel Pecqueur captive donc à nouveau son lectorat. Il dissémine les informations, joue avec les émotions des personnages (provenant parfois du cycle précédent) tout en glissant quelques scènes d’action pour soutenir le rythme du récit : un bel équilibre ! Et une fois de plus, le dessin de Nicolas Mafin se mêle aux couleurs clairement identifiables de Pierre Schelle pour nous proposer un spectacle de qualité !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

De Golden city, commander
- le tome 7, les Enfants perdus, chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 8, les Naufragés des abysses, chez Amazon ou à la FNAC
Lire les premières pages de l’album
Dans le même univers, lire nos chroniques de Golden Cup tomes 3 et 4.

  Un commentaire ?