Gotham Central T1 - Par Ed Brubaker, Greg Rucka et Michael Lark (trad. Alex Nikolavitch) - Urban Comics

5 mai 2014 0 commentaire
  • Pas facile d'être simple flic, au milieu des masques et des monstres, des pourris et des mafieux. {Gotham Central} vous propose de suivre les enquêtes, et le quotidien, des membres de la brigade des Crimes Majeurs, l'élite de ces policiers. Et de ressentir les pulsations de la ville que hante la Chauve-Souris.

Après le tremblement de terre, après la reconstruction de Gotham City narrée dans No Man’s Land, après le départ du Commissaire Gordon... : c’est là que ça commence. Deux équipes, d’une dizaine de membres chacune, l’une de nuit, l’autre de jour, forment la Brigade des Crimes majeurs. La fine fleur des flics de Gotham City, jusqu’ici soigneusement et personnellement recrutés par Gordon. Et qui doivent à présent se passer de cette figure tutélaire.

Le projet de Greg Rucka et Ed Brubaker était de proposer aux lecteurs de Batman un nouveau point de vue sur Gotham City et la pègre si particulière qui en façonne les contours. Et les deux scénaristes d’écrire, à tour de rôle, après un prologue réalisé en commun, des enquêtes mettant en scène, et en avant, ce collectif d’où émergent de véritables et passionnantes personnalités. Avec un même dessinateur, voulu dès l’origine du projet : Michael Lark.

La richesse de Gotham Central vient indéniablement de la galerie de personnages instaurée, individus mis à l’épreuve de situations monstrueuses, hors du commun. Quand eux, simples agents soucieux de leur ville, doivent ravaler leur fierté devant les interventions toutes puissantes du Batman, comme ils le désignent entre eux, et faire le dos rond devant les terrifiants témoignages de folie des déments qu’ils doivent mettre sous les verrous.

Gotham Central T1 - Par Ed Brubaker, Greg Rucka et Michael Lark (trad. Alex Nikolavitch) - Urban Comics
Quelle relation avec Batman pour ces équipes ?
© DC / Urban Comics

Série publiée aux États-Unis entre 2002 et 2006, sans grand succès public malgré une réception critique flatteuse, Gotham Central connut différentes publications en France, parcellaires : chez Semic d’abord (deux volumes) puis Panini Comics (trois volumes). Cinq tomes au total, mais dont les contenus ne recoupent pas les cinq TPB américains.

La voilà donc qui revient sous la forme d’une intégrale en quatre tomes assez épais, chez Urban. Le premier reprend l’équivalent des deux anciennement édités par Semic. On y trouve donc le prologue écrit à deux et sa suite assumée par Ed Brubaker. Une sombre affaire d’assassinat, d’une jeune fille, autour de laquelle des menaces de glace et de feu prendront forme.

Deux agents aux prises avec Freeze
© DC / Urban Comics

Mais c’est surtout la seconde moitié de l’ouvrage qui convaincra le lecteur de l’intérêt de Gotham Central. Greg Rucka s’empare à nouveau du personnage de Renée Montoya et poursuit le travail entamé autour d’elle dans une précédente aventure, "Deux pour la route" [1]. L’histoire est connue : le personnage y fait son coming out, ce qui avait alors créé une polémique, Greg Rucka frappant là un grand coup.

Au-delà même de l’événement, le récit se révèle particulièrement prenant notamment du fait de l’atmosphère de suspicion qui pèse sur l’héroïne et de l’impression de voir se déployer autour d’elle un traquenard sans issue. La résolution finale est splendide et c’est là que la série accroche fermement son lecteur.

Pour peu qu’on ait fait le deuil, sinon des costumes et des masques (car à Gotham City tout le monde cache quelque chose), du moins des effets de manches du Chevalier Noir qui les accompagne, ce dernier apparaît ici moins comme une guest star que comme un invité indésirable. Un parti-pris radical qui fait toute la force et l’excellence de Gotham Central
.

Quel rôle pour ces agents avec Batman dans les parages ?
© DC / Urban Comics

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Gotham Central T1 - Par Ed Brubaker, Greg Rucka et Michael Lark. Traduction Alex Nikolavitch - Urban Comics, collection "DC Classiques". Sortie le 25 avril 2014. 256 pages. 22,50 euros.

- Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Les 75 ans de Batman sur ActuaBD, ce sont des articles de fond et annonce d’édition :
- 75 ans de Batman : l’œuvre au noir d’Urban Comics
- 75 ans de Batman - DC commémore le mythique numéro 27 de Detective Comics
- L’annonce : Urban Comics célèbre les 75 ans de Batman en noir et blanc
- Urban Comics célèbre les 75 ans de Batman en noir et blanc

Ainsi que les chroniques des récents albums parus en 2014 chez Urban Comics, touchant de près ou de loin le Chevalier noir :
- Gotham Central T1
- La Cible de Deadshot
- le collectif Batman : Cataclysme
- Joker Anthologie
- Batman - Le Fils prodigue
- Empereur Joker
- Batman T3 – Le Deuil de la famille
- Batman : Des Ombres dans la nuit
- le collectif Batman Anthologie

[1On retrouve ce chapitre spécial dans le premier tome de No Man’s Land, qui vient également de paraître chez Urban Comics. Il était d’ailleurs compris dans le deuxième TPB de Gotham Central.

  Un commentaire ?