Grayson T1 - Par Tim Seeley, Tom King & Mikel Janin - Urban Comics

23 novembre 2015 0 commentaire
  • Officiellement décédé lors de la guerre contre le Syndicat du Crime, Dick Grayson enfile une nouvelle identité. Après celle de Robin premier du nom, celle de chef des Teen Titans, celle de Nightwing et même celle de Batman durant une courte période, le jeune prodigue est désormais membre de l’agence d’espionnage Spyral ! Une nouvelle série rafraîchissante, décontractée et trépidante.

Avec ce nouveau titre tout récent, appartenant à The New 52 [1], DC Comics joue la carte du changement de style et d’univers pour l’un de ses personnages historiques et classiques : Dick Grayson. Une transformation qui trouve ses origines dans la convergence de deux projets éditoriaux que nous avons évoqués dans nos pages ces derniers mois.

Tout d’abord l’aspect scénaristique se présente comme une conséquence directe de l’évènement Forever Evil publié dans les tomes six et sept de la série Justice League. La capture de Dick Grayson par le Syndicat du Crime, puis la révélation publique de son identité s’est parachevée par la mort de notre héros… une simulation qui lui a permis d’échapper -pour le moment- au problème de son identité mise à jour.

C’est ainsi que le personnage de Dick se doit d’être « réinventé »… et cela tombe bien : Mark Doyle, ancien éditeur du label Vertigo, ayant pris en charge la ligne des titres Batman depuis février 2014 a un grand projet de diversification. Il désire proposer de nouvelles séries dotées d’ambiances singulières et d’approches originales exploitant l’univers et des personnages bien connus de Gotham City.

Grayson T1 - Par Tim Seeley, Tom King & Mikel Janin - Urban Comics
© DC Comics / Urban Comics

C’est ainsi qu’a émergé petit à petit toute une ligne de séries Batman « nouvelles générations », dont plusieurs sont arrivées chez nous via Urban Comics : Arkham Manor, Gotham By Midnight, Batgirl, Catwoman Eternal, Gotham Academy et évidemment Grayson qui nous intéresse ce jour.

Une nouvelle série et une nouvelle carrière qui marque donc une nouvelle étape pour un personnage qui a su évoluer avec le temps.

Créé en 1940 par Bob Kane, Bill Finger et Jerry Robinson dans Detective Comics #38, l’histoire de Dick Grayson est certainement l’une des plus connue de l’univers Batman. Jeune trapéziste se produisant avec ses parents, il est recueilli par Bruce Wayne après la mort de ces derniers, tués par des criminels qui ont tenté d’extorquer de l’argent au cirque dans lequel ils se produisaient.

Dick endosse rapidement une carrière de super-héros en devenant Robin, le jeune acolyte de Batman, et développera par la suite une relation romantique avec Barbara Gordon, alias Batgirl.

Dans les années 1960, Dick prend la tête d’une équipe de super-héros juniors, les Teen Titans, rassemblant des acolytes adolescents de grands héros.

Les années 1980 marquent un tournant décisif pour notre jeune prodigue que nous pouvons qualifier de passage à l’âge adulte. En effet cette décennie est celle de la série culte The New Teen Titans de Marv Wolfman et George Pérez.

Dans ce comics, Dick se trouve une nouvelle fois à la tête des Teen Titans. Il y vit une relation amoureuse (et non-platonique) avec la sulfureuse extra-terrestre Starfire et surtout les auteurs lui font abandonner son identité de Robin, pour en revêtir une nouvelle : Nightwing.

© DC Comics / Urban Comics

Sa nouvelle tenue bleue deviendra par la suite bleue et noir, pour se changer en rouge et noir lors du relaunch The New 52. En tant que Nightwing, Dick évolue vers des aventures plus personnelles et devient le protecteur de la ville de Blüdhaven, une localité proche de Gotham City, partageant une ambiance et une criminalité relativement proches.

C’est en 1996 que débute la série régulière Nightwing qui s’interrompra en 2009, après 153 épisodes pour reprendre en 2011 lors du relaunch The New 52. Enfin, notons que Dick va également revêtir le costume de Batman à plusieurs reprises au cours de ces décennies, lorsque Bruce ne pourra pas assumer son rôle.

L’année 2014 marque donc la fin de la série Nightwing et le lancement de Grayson, écrite à quatre mains par Tim Seeley, que les lecteurs ont pu croiser sur Batman Eternal, et Tom King, ancien agent de la CIA.

La partie graphique est quant à elle assurée par Mikel Janin, vu sur Justice League Dark, Trinity War, Batman Eternal, qui nous propose un dessin classique fort agréable, nerveux, équilibré et avec de belles scènes d’action.

Dans ce premier tome [2] nous découvrons que Dick a été recruté par Spyral, une agence d’espionnage enquêtant sur les méta-humains en tout genre. Notre héros a abandonné son masque et se fait désormais reconnaître sous le nom de code d’Agent 37.

Cependant son anonymat est assuré par un dispositif qui fait la particularité de l’agence, et de la série : l’Hypnos qui outre les suggestions permettant de manipuler la mémoire de leur cible, ne laisse aucun souvenir du visage de l’agent à ceux qui le rencontrent, appareil vidéo et photographique compris !

© DC Comics / Urban Comics

A ses côtés nous retrouvons une nouvelle version de Helena Bertinelli qui tenait le rôle d’Huntress avant le relaunch The New 52 et qui tient ici celui de sa partenaire, froide professionnelle qui a du mal avec la nonchalance de notre héros ; ainsi que Midnighter, personnage issu de l’univers Wildstorm, qui joue l’ennemi juré et le rival de Dick -sans oublier l’énigmatique M. Minos, son nouveau patron.

Ces aventures jouent la carte de l’exotisme avec des missions se déroulant à travers le monde entier et qui visent le plus souvent à mettre la main sur un individu dangereux. Evidemment nous avons droit à notre lot de secrets, de suspicions et de manipulations, en particulier autour du véritable objectif de Dick, et à la course contre la concurrence pour ne pas se faire « doubler » !

Si l’issue dramatique et cruelle n’est jamais bien loin, la série distille aussi une jolie dose d’humour à travers d’une part une ambiance décontractée à la James Bond (de l’organisation de l’agence jusqu’à la Spyral Mobile !) et d’autre part en jouant sur le sex-appeal de Dick, véritable élément sexy de la série, se retrouvant torse nu à la moindre occasion !

En dépit de tous ces changements Dick reste en fin de compte égal à lui-même. L’approche choisie est de plonger notre jeune prodige dans un univers inconnu et ultra-codifié qu’il dynamite en quelque sorte de l’intérieur par sa décontraction, ses capacités hors normes et son sens moral inflexible.

Une nouvelle série étonnante qui s’avère donc très réussie et nous propose une reconversion convaincante d’un personnage classique, le tout servi par des aventures hautes en couleur.

Seul bémol, le final du tome qui semble précipité mais qui ouvre en même temps de nouvelles perspectives alléchantes, donnant furieusement de lire la suite des aventures du désormais Agent 37 de Spyral !

© DC Comics / Urban Comics

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Grayson T1. Par Tim Seeley (scénario), Tom King (scénario), Mikel Janin (dessin) & Collectif. Traduction Thomas Davier. Urban Comics, collection "DC Renaissance". Sortie le 6 novembre 2015. 232 pages. 19,00 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

[1Redémarrage éditorial de l’univers super-héroïque de DC Comics, qui a eu lieu en septembre 2011.

[2Les épisodes contenus dans Grayson T1 : Agent de Spyral sont :
- Grayson #1-8, Annual #1 (septembre 2014 à mars 2015),
- Secret Origins #8 (décembre 2014).

  Un commentaire ?