Greg, la triple vie d’un géant au Centre Belge de la Bande Dessinée

31 mars 2007 1
  • Le CBBD met à l’honneur un "homme orchestre" de la BD franco-belge, Michel Greg, en proposant de suivre le parcours hors norme d’un dessinateur talentueux, d’un scénariste prolifique et d’un homme de presse amoureux de la bande dessinée.

Le mardi 20 mars dernier, s’est inaugurée à Bruxelles une exposition retraçant le parcours de Michel Regnier, dit Greg. Cet auteur incontournable, à la fois pionnier et bâtisseur de la bande dessinée franco-belge, avait déjà été mis respectivement à l’honneur pour son dessin et ses talents de scénariste à Angoulême ou à la Bibliothèque nationale de France, notamment. Mais jamais il n’avait eu droit à une rétrospective réunissant l’ensemble de ses talents.

Le Centre Belge de la Bande Dessinée a souhaité réunir les deux facettes du créateur de bande dessinée à celle qui a sans doute été l’initiatrice de son amour pour la BD : sa dimension d’homme de presse. Il a en effet participé au lancement de différentes parutions, telles que Paddy au début de sa carrière, celle d’Achille Talon Magazine quand il est devenu un auteur confirmé, ou encore de divers suppléments de quotidiens... Mais il a surtout été un bouleversant rédacteur en chef de Tintin, bousculant les standards de l’hebdomadaire, souvent au grand dam d’Hergé lui-même sachant fédérer les anciens talents et en découvrir de nouveaux, tout en ponctuant la partie rédactionnelle de dossiers intelligents aux qualités journalistiques et littéraires indéniables.

Cherchant à adapter ce journal aux nouveaux modes de consommation des jeunes, il a été entre autres à l’initiative d’un nouveau style de prépublication des albums, sous la forme de mini-chapitres (Bo-Doï ou Suprême Dimension l’utilisent encore aujourd’hui) et a introduit une kyrielle de jeunes auteurs qui ont tenu leurs promesses (Dupa, Hermann, Dany, Vicq, Turk, de Groot, etc.) et qui se sont, pour certains, imposés par la suite comme des pointures du 9°art.

Greg, la triple vie d'un géant au Centre Belge de la Bande Dessinée
L’impressionnante galerie des personnages de Greg
(C) Greg et les auteurs

Malgré une énumération qui peut paraitre fastidieuse, il est utile de rappeler une partie de l’immense contribution de Greg à la BD franco-belge. Si certaines séries sont devenues des incontournables, d’autres avaient également fortement marqué leur époque, tant elles étaient empreintes d’actualité et d’innovation, dans un milieu parfois emprisonné dans des carcans trop rigides. On peut aisément reconnaitre une histoire de Greg grâce à l’humanisation des personnages principaux, des seconds rôles forts, et des dialogues percutants, truffés de mots d’auteur.

Animateur du maléfique Zorglub, à qui il donna une dimension inoubliable, on lui doit entre autres : quelques aventures de Spirou et Fantasio, et de très nombreux gags de Modeste et Pompon pour Franquin ; des scénarios pour Chick Bill, Mouminet, et les Peurs-de-Rien de Tibet ; Olivier Rameau pour Dany ; Comanche et Bernard Prince pour Hermann ; Bruno Brazil pour William Vance ; Corentin, Flamme d’Argent et Line pour Cuvelier ; Domino pour Chéret ; Luc Orient pour Eddy Paape ; Go West pour Derib ; Chlorophylle pour Dupa ; Colby pour Blanc-Dumont ; le Marsupilami avec Franquin et Batem, etc. Sa marque de fabrique est sa capacité de se couler dans l’univers personnel de chaque dessinateur.

Mais ses qualités de scénariste ne doivent pas faire oublier celles du dessinateur. On lui doit notamment la reprise de Zig et Puce [1] et surtout, la création de l’inclassable Achille Talon.

Enfin, il réussit le difficile pari d’adapter Tintin pour la télévision [2]. On lui doit également le scénario de la seule histoire du reporter créée spécialement pour le cinéma : Tintin et le lac aux requins ainsi que quelques scénarios pour la série télé La croisière s’amuse (The Love Boat).

Une production prolifique qui suscita bien des reproches, d’autant que ce bouillant créateur cumulait ses qualités d’auteur avec celles de rédacteur en chef (au Lombard) puis d’éditeur (chez Dargaud).

Benoit Mouchart, auteur d’un livre d’entretiens avec Greg ({Michel Greg, dialogues sans bulles}, Ed. Dargaud), et Johan de Moor
Photo (c) Nicolas Anspach

Lors du vernissage de son expostion au CBBD, un autre grand scénariste, Jean Van Hamme, qui lui doit une part de sa carrière, nous a détaillé sa relation avec ce bourreau de travail :
« J’ai très peu collaboré avec lui, mais nous nous estimions mutuellement. Il représentait ce que j’appréciais dans la BD, et j’ai pioché dans son style à mes débuts, avant de m’en éloigner pour aborder d’autres horizons. Il s’était éloigné du héros sans peur, sans reproche, mais surtout sans relief, qui fleurissait à une époque. En insufflant des qualités et des défauts, tels que par exemple la lâcheté, il rendait ses personnages beaucoup plus réalistes, et donc améliorait le processus d’identification du lecteur. Si ces intrigues étaient souvent assez simples, il privilégiait les émotions à la seule action, le vécu des personnages comptait plus que les actes posés. Cette mise en situation prend le lecteur aux tripes, car il se sent proche des choix cornéliens de ses héros : ce sont les ingrédients de la tragédie. Mon premier one-shot, Histoire sans Héros, était construit sur ce thème : peu d’action dans un huis clos où les caractères des personnages primaient sur l’action absente. Lorsque j’ai présenté ce projet, la direction du Lombard y était très réticente car, selon elle, seules les séries s’avéraient rentables au long terme. Mais Greg en a directement saisi le potentiel, et l’a soutenu jusqu’à son terme. On connaît maintenant la réussite des one-shots, mais à l’époque, il fallait être visionnaire pour en saisir l’importance, et heureusement, Greg a tracé un sentier, devenu autoroute aujourd’hui.  »

Comprenant notamment une sélection de planches originales illustrant d’un bout à l’autre sa carrière de dessinateur, ainsi que des documents exceptionnels, présentés en primeur au public (premières publications, pages de scénarii, etc.), la "Rétrospective Greg" raconte les multiples vies de ce géant au souffle épique, et d’époque : Greg dessinateur, Greg scénariste, Greg rédacteur en chef, Greg amoureux de la BD, ou encore … Greg l’Américain.

Comme dirait Zorglub : EVIV GERG !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

L’exposition prend place jusqu’au 24 juin au :
Centre Belge de la Bande Dessinée – 20, rue des Sables – 1000 Bruxelles
Tél : + 32 2 219 19 80 – Fax : + 32 2 219 23.76 – visit@cbbd.be
Ouvert tous les jours (excepté les lundi) – de 10 à 18h

[1leur créateur, Alain Saint-Ogan, charmé par le bonhomme, lui lèguera d’ailleurs ses personnages.

[2Il avait d’ailleurs édrit pour Hergé deux histoires de Tintin inédites, Les Pilules et Tintin et le Thermozéro, auxquelles Hergé ne donna pas suite.

 
Participez à la discussion
1 Message :