Grimés en Super-Héros, des jeunes veillent au bien-être de la société

5 octobre 2009 5
  • Sur fond de succès hollywoodien, des super-héros en herbe se sont mis en tête de protéger les prostituées et les sans-abri dans les rues des villes américaines.

Si le masque et le costume sont bien au rendez-vous, les super-pouvoirs, eux, manquent à l’appel. Du coup, contrairement à leurs modèles originaux (Batman, Superman, Spider-Man), les jeunes “super-héros anonymes“, sont loin de pouvoir révolutionner et protéger physiquement la société.

Mais ce n’est pas vraiment le but de ce groupe, fondé en 2006 par Ben Goldman, réalisateur de films et Chaim Lazaros, étudiant et animateur radio. « Nous essayons juste de remédier un peu à cela et d’alléger la souffrance autant que possible » ont déclaré les deux acolytes. Au lieu de castagner du méchant, les membres feront le bien par d’autres biais, plus accessibles à leurs réels “pouvoirs“, tels qu’aider les sans-abris, ramasser les ordures ou encore enseigner les premiers secours. Grimés en Super-Héros, des jeunes veillent au bien-être de la société

Sous des pseudonymes variés, tels que “Life“, “KnightOwl“ (chevalier hibou) ou encore “Scavenger“ (la chiffonnière), et des costumes divers, ces jeunes adultes souhaitent sauver par de petites gestes une société qu’ils considèrent comme ayant perdu tous repères.

La réaction des instances officielles est attentiste. Les autorités préfèrent pour le moment fermer les yeux et s’en amuser. Idem dans les rues où les gens écarquillent les yeux, ébahis de se retrouver face à une caricature de leurs héros de comics.

D’après les informations fournies par le groupe, ils seraient quelques 200 membres à jouer actuellement aux héros bénévoles et à patrouiller dans les rues sombres de l’Amérique.

Effet de mode, provoqué par le succès des films de super-héros en salle, ou nouvelle forme de soutien social amené à durer aux USA ? L’avenir nous le dira.

(par Olivier Wurlod)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • C’est très beau et touchant, vraiment. Néanmoins ces "super-héros" ont un agenda bien limité : fixer les problèmes que crée l’ultra-libéralisme.Un vrai super-héros se devrait de botter le c.. de tous ces profiteurs plutôt que de rafistoler les problèmes qu’un système économique et politique engendre de facto. Mais, les super-héros ont toujours oeuvré par tradition pour les institutions en place... De fait, avec leur support et leur bonne volonté ingénue, les escrocs continuent de s’en laver les mains.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois : amateur de bien-être cocooniste et douillet le 8 octobre 2009 à  19:47 :

      Sans être un spécialiste des comicbooks, je voudrai me permettre d’apporter deux commentaires à votre analyse. D’abord, il me semble que les super-héros bottent bien le C... de tous les profiteurs, voleurs, kidnappeurs,etc, avant de les envoyer se refraichir les idées en prison (chez Marvel) ou à l’asile (chez Batman). D’où ils s’echapperont trois mois plus tard, car il est plus difficile d’imaginer un personnage intéressant que d’en créer un autre, de plus les lecteurs finissent par s’attacher à ces méchants de pacotille.

      En fait, je n’ai souvenir que de deux super-héros radicaux : Judge Dredd, incarné par Stallone au cinéma, et le Punisher, sorte d’Executeur à la sauce Marvel (il se balade sans masque, avec un teeshirt à tête de mort ; les truands ne sont pas trés futés aux States). Eux ne font pas dans la dentelle, ils ont compris que les prisons étaient surpeuplées, et qu’il ne servait à rien d’aggraver le déficit de l’Etat en nourrissant des parasites assassins ; donc pour reprendre le slogan de Judge Dredd, ils sont à la fois policier, juge et bourreau, ce qui permet de gagner du temps, d’offrir un peu d’action et de violence aux jeunes lecteurs qu’il faut bien éduquer ; de plus cela permet de réduire des deux tiers les frais de fonctionnaires.

      Autre remarque, plus axée dans la réalité : il ne sert à rien de se déguiser en super-héros pour veiller au bien-être de la société. Un de mes cousins habite dans un tranquille lotissement de pavillons situé à proximité d’une zone d’HLM. Aprés moult cambriolages, arrachage de sacs à main, vols d’autoradios, racket des mineurs, intimidation des personnes agées et des femmes, rodéos nocturnes dans les allées, les paisibles habitants (moyenne d’age de 50 à 70 ans)ont décidé de réagir, notamment en organisant des rondes de surveillance. Cela a réduit le nombre des délits, vous savez ? Voila un exemple de ce que la force tranquille peut avoir de dissuasif, à l’opposé de la tolérance et de la permissivité.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Lecteur qui en a marre de subir Pincemi le 9 octobre 2009 à  16:11 :

        Super, l’apologie des groupes d’autodéfense maintenant, de mieux en mieux.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Alex le 9 octobre 2009 à  19:04 :

        Je n’ai peut-être pas été très clair dans mon message. Hormis le ton politique je voulais parler aussi de tout un genre de bd -le comics de super-héros- et le remettre dans une perspective socio-économique. Ce n’est pas un simple hasard si la bd de super-héros nous arrive des USA.

        Le système politique de non-interventionisme social et économique -le libéralisme- rejette la responsabilité sur le citoyen. Botter le c.. des "véritables" escrocs n’est pas l’agenda de nos amis aux super-pouvoirs. Ils se contentent de mettre en tôle qq petits margoulins et rétablissent l’ordre.

        Je cause, je cause mais Alan Moore a présenté bien mieux que je ne saurais le faire l’ambivalence d’un tel projet dans la gallerie de portraits de "super-héros" qu’il s’est employé à décrire tout au long de sa carrière.

        Votre exemple me fait froid dans le dos : quand le démantèlement des infrastructures atteint un tel degré, le vigilantisme pointe son nez, c’est indéniable... A+B. Je ne vois aucune raison de s’en réjouir.

        Quand à ces jeunes "super-héros", dont je ne doute pas de la bonne volonté -je me demande si leurs actions ne servent pas en fait à entériner le système qu’ils souhaitent améliorer.
        Maintenant, savoir s’il faudrait mieux ne rien faire ?... Pff, je n’en sais rien. Nous sommes sur un forum, le débat est ouvert pour qui souhaite y participer.

        Répondre à ce message

  • Dites , vous savez que c’est illégal de faire le super héros ?
    Faire le super héros, c’est jouer le rôle de vigile alors que seule la police est habilitée à combattre le crime.
    Non seulement un criminel "arrêté" par un vigile n’a pas de comptes à rendre aux vigiles mais il aurait en plus le droit de le poursuivre en justice pour atteinte à sa présomption d’innocence, diffamation voire coups et blessure si l’arrestation a été musclée.
    Quand aux super héros , je rappelle que c’est de la fiction : un type comme le punisher ne ferait pas trois pas dans la rue sans finir en taule et que Castle pour un vétéran du Viet-nam donc théoriquement âgé de plus de soixante berges est bien fringuant non ?

    Répondre à ce message