Grünt confinement : de la BD chez Jean Morel

10 avril 2020 0 commentaire
  • Membre fondateur du collectif Grünt, popularisé par la diffusion de séances de freestyle devenues légendaires, le journaliste musical spécialisé dans le rap Jean Morel (et ses chaussons), par ailleurs présentateur de l’émission hebdomadaire Grünt sur Radio Nova, a décidé de ne pas se laisser abattre par le confinement. Fort d’une importante communauté sur Internet et les réseaux sociaux, l’équipe de Grünt vous convie chaque jour en live à des émissions « participatives », réunissant des invités de tous horizons : rap bien sûr, musique de façon générale, mais aussi littérature, cinéma, cuisine, économie… et surtout BD !

Pour inaugurer la section 9e art de l’émission, les membres de la coloc’ de Grünt ont choisi d’appeler en visioconférence l’un des joyeux trublions à l’initiative du projet cross-platform Lastman, Bastien Vivés ! On ne présente plus l’artiste, auteur complet détenteur d’une œuvre protéiforme allant du best-seller Le Chemisier, à l’érotico-pornographique Les Melons de la colère, - publié dans la collection BD cul des éditions Requins Marteaux pour laquelle l’auteur annonce travailler sur un nouveau titre - Vivès a vu son dernier album, Quatorze Juillet (co-scénarisé par le journaliste Martin Quenehen) sortir peu de temps avant le début du confinement, le 11 mars 2020.

Pour ceux n’ayant pu se le procurer en librairie avant l’assignation à résidence, sachez qu’ActuaBD s’est chargé de le chroniquer pour vous. Dans cette Grünt confinement, onzième du nom, Vivès revient sur cette parution, exposant les raisons l’ayant poussé à développer le thème de l’album. Le constat d’une évolution singulière de la conceptualisation de la liberté d’expression depuis les attentats de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015.

Grünt confinement : de la BD chez Jean Morel
© Éditions Casterman

Parmi d’autres sujets, vous entendrez Bastien Vivès évoquer son processus créatif et la soif de nouveauté qui l’anime sur chaque projet, le poussant sans cesse à créer et imaginer de nouvelles choses (pour notre plus grand bonheur !). Vous y découvrirez également des extraits de conseils musicaux et cinématographiques de l’auteur, une sélection hétérogène incluant le musicien Paul Simon et l’acteur Alain Chabat, et qui témoigne du condensé culturel constituant sa personnalité artistique.

Second invité 9e art de l’émission, Mimoun Larrssi, libraire à la librairie parisienne Bulles en Vrac, et chroniqueur pour le podcast Le Gaufrier. Cet amateur de rap, fervent spectateur des émissions de Jean Morel, l’avait contacté pour proposer des chroniques BD, probablement en mal de son activité de conseil en librairie… La passion ne se contrôle pas !

Intervenu le 29 mars dernier, le libraire a prodigué ses conseils avisés, centrant sa sélection sur des albums ayant trait à la musique et plus particulièrement au rap. Si les liens entre bande dessinée et rock’n’roll ou jazz sont établis depuis des années avec des figures emblématiques comme Franck Margerin, Loustal ou plus récemment Juanjo Guarnido, qui signe l’affiche du dernier festival Jazz à Vienne, Jean Morel et Mimoun Larrssi s’attellent à prouver aux auditeurs de Grünt confinement que le rap (et ses sources), en sa qualité de nouvelle musique populaire, a lui aussi atteint les rivages du 9e art.

Après avoir présenté les albums Love in Vain de Jean-Michel Dupont et Mezzo, Le Petit livre de la black music de Hervé Bourhis et Brüno et le premier tome du Hip Hop family tree d’Ed Piskor, Mimoun fait un détour du côté de l’animation présentant les dernières créations du studio Bobbypills, les géniaux Vermin et Crisis Jung (tous deux disponible sur Netflix), le tout sur fond de discussions rapologiques.

Grünt confinement, une émission culturelle journalière à regarder de toute urgence, que vous soyez mélomanes, curieux ou amateurs de BD !

(par Thomas FIGUERES)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?