Guy Delisle à Jérusalem

30 novembre 2011 1 commentaire
  • Le Canadien Guy Delisle avait traîné ses basques et son regard à Pyongang en Corée du Nord, Shenzen en Chine populaire et en Birmanie. À chaque fois, il en avait retiré une « chronique » qui peignait de façon à la fois personnelle et réaliste un séjour lié, là à son statut d’animateur de dessin animé, ici à son statut de dessinateur accompagnant son épouse cadre à Médecins sans frontière.

Israël, il faut en convenir, n’est pas un pays comme les autres. Il suffit de se rendre à Jérusalem dans le Saint-Sépulcre pour s’en rendre compte : chaque marche, chaque dalle, chaque objet appartient de façon codifiée à une officine religieuse et, dans chaque recoin, se trouve tapi un représentant de ces congrégations prêt à bondir si le visiteur contrevient à la coutume. On imagine la tension qui anime ces lieux…

De la même façon, Jérusalem ou Tel Aviv figurent parmi les villes les plus sûres au monde car chaque quartier, chaque bloc, est surveillé par un personnel de sécurité, souvent en civil, un revolver toujours à portée de main. Il m’est arrivé de voir passer sur les toits de Jérusalem à quatre heures du matin une troupe silencieuse de soldats en arme. Étrange rencontre…

Israël est une démocratie en guerre, et la guerre est davantage compatible avec la passion qu’avec a raison.

Guy Delisle à Jérusalem
"Chroniques de Jérusalem" – Par Guy Delisle – Editions Delcourt

On ne peut mettre en doute –même s’il a parfois la dent dure- l’implacable sincérité du témoignage de Guy Delisle. Rien d’antisémite là-dedans : il n’y a pas d’incitation à la haine et le discours reste dans la compréhension du fait. Rien d’anti-israélien non plus, même si le point de vue est celui d’un habitant de Jérusalem Est et s’il démontre parfaitement les absurdités d’une politique faite de comportements contradictoires calcifiés dans le temps en raison des circonstances dramatiques qui composent son histoire.

Comment en effet concilier un Palestinien dont la famille a été tuée dans un bombardement avec un Israélien recevant des missiles sur sa maison et soucieux de préserver un état où il peut vivre en paix ? Certainement pas par un mur, et pourtant. Comment, de même, ne pas comprendre le ressentiment d’un Arabe israélien victime dans son quotidien de vexations sécuritaires qui l’empêchent de vivre normalement, comme vous et moi, et dont les quartiers se trouvent grignotés par des colons ouvertement hostiles ?

"Chroniques de Jérusalem" – Par Guy Delisle – Editions Delcourt

J’ai toujours été frappé que ce bout de terre ingrat, grand comme la Hollande, où il n’y a rien, aucune matière première, aucune autre ressource que des habitants (7 millions d’Israéliens, 5 millions de Palestiniens), soit un tel enjeu qui occupe quasi quotidiennement l’actualité. Il est bon d’appréhender Israël sur 336 pages, dans toute sa complexité, plutôt que de s’en faire une opinion sur un reportage de deux minutes au 20 heures.

« Paix aux hommes de bonne volonté » disent les Évangiles. On a vu dans l’histoire des murs s’écrouler, des peuples se réconcilier. Les Chroniques de Jérusalem sont dans le constat (nous sommes, au moment du récit, à l’époque de l’opération « Plomb durci » sur Gaza), et la volonté de paix est encore loin.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire l’interview de Guy Delisle par Thierry Lemaire sur ActuaBD.com

Commander "Chroniques de Jérusalem" – Par Guy Delisle – Editions Delcourt sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Guy Delisle à Jérusalem
    1er décembre 2011 06:01, par Eric

    J’ai visité Jérusalem et Bethléem il y a une année... J’ai retrouvé ce que j’y ai ressenti dans ce livre et ça, c’est très fort : dessiner et montrer l’ambience générale par des anecdotes et plusieurs histoires de la vie quotidienne sur place.
    J’ai passé un bon moment à le lire.

    Répondre à ce message